Aussi intéressant que passionné, Matthias Van Halst est le « Monsieur MLS francophone » de Twitter. Amical, disponible, il est incontournable si l’on veut en savoir plus sur la Major League Soccer et son fonctionnement. En mars dernier, j’ai discuté avec lui de la saison à venir et de son regard sur son évolution de la MLS.

  • Pour commencer, tu peux te présenter aux personnes qui ne te connaissent pas forcément ? 

« Allez je me lance, pour me présenter mon nom c’est Matthias Van Halst je travaille pour la MLS depuis 2011 et je m’occupe surtout (pas seulement mais surtout) du contenu en Français. J’ai fais des articles sur la version francophone du site de la MLS « Coup-Franc » qui pour le moment est en pause mais je m’occupe aussi d’autres choses : les communiqués de presse en français (traduction des règlements en français par exemple) et je travaille pour d’autres secteurs de la MLS, on va dire que c’est assez varié comme boulot. »

Coup Franc : l’espace officiel de la MLS en Français. Crédit image : vhds.info
  • Quel est ton parcours et en quoi consiste ton travail ?

« Mon parcours est une longue histoire courte, je suis journaliste sportif de formation et j’ai tout simplement un diplôme de journaliste. J’ai travaillé dans plusieurs rédactions en Belgique : à « RTBF Radio Sport« , puis surtout longtemps à « La Libre Belgique » où j’ai appris énormément. Puis je me suis installé au Québec et là après des recherches très difficiles (pas un secteur très très simple au Québec), je me suis retrouvé à « Québec Soccer » où j’ai été rédacteur en chef pendant 7 ans avec un record du nombre de numéro en tant que rédacteur en chef de ce magazine. Ce dernier existe depuis 1977 mais il est malheureusement en pause depuis deux ans. Début 2011, j’ai quitté « Québec Soccer » afin de postuler pour travailler à la MLS et ils m’ont retenu après des tests. Mon rôle a ainsi évolué au sein de la MLS depuis 6 ans et demi. »

Québec Soccer numéro 300.
  • Je pense donc que tu es assez légitime pour répondre à cette question : Comment vois-tu l’évolution de la MLS depuis que tu la suis ?

« Je ne suis pas la MLS depuis sa « naissance » comparé à certains de mes collèges sur « mlssoccer.com ». Je la suis de près depuis environ 2011, un peu avant que l’Impact y arrive, mais il y a eu une énorme évolution à partir de 2007 où il y a eu quelque chose dont on parle assez peu qui s’appelle l’initiative « Game First » à comprendre « place au jeu » qui a fait beaucoup évolué la façon de regarder la MLS de l’intérieur ou extérieur en se focalisant sur l’aspect sportif. Le plus gros exemple aura été la création du statut de « Joueur Désigné« * mais le Championnat a aussi évoluer en prenant exemple sur le football européen. Depuis, le niveau de jeu a énormément changé notamment grâce aux Joueurs Désignés mais pas uniquement.
L’Allocation Monétaire Ciblé (souvent abrégée TAM en anglais) a permis à des clubs comme l’Impact Montréal d’attirer des joueurs comme Didier Drogba mais aussi des joueurs dans la force de l’âge, qui ne sont pas forcément des stars internationales mais qui ont le niveau et l’expérience, à l’image de Laurent Ciman. De plus en plus de joueurs avec un bon niveau viennent tirer les équipes et joueurs de MLS vers le haut.
Il commence à y avoir aussi et ça c’est plus récent, une hausse du niveau des entraîneurs aussi bien au niveau local qu’international. Patrick Vieira est celui qui l’illustre le mieux pour le moment et brise un peu cette image des entraîneurs étrangers qui ne réussissent pas en MLS comme Ruud Gullit (entraîneur Néerlandais de LA Galaxy en 2007/2008) qui s’est planté en MLS comme il s’est planté partout. Maintenant, il y a plus de moyens et les entraîneurs sont mieux choisis comme Rémi Garde et je pense qu’il va réussir. À côté de ça, il y a un choix plus méticuleux des entraîneurs notamment américains : Greg Vanney (Toronto FC) et Gregg Berhalter (Columbus Crew) qui font un travail de très haut niveau avec leur club sur le long terme qui amène de la stabilité et permettent aussi au championnat de beaucoup progresser. »

* « Joueur désigné » aussi surnommé « Règle Beckham » est une règle qui permet à certains joueurs (David Beckham et Thierry Henry étaient les premiers) de toucher un salaire plus important que le plafond salarial imposé par la Major League Soccer.

  • Justement, le système de recrutement des clubs a fait un virage à 90 degrés en allant chercher des jeunes talents en Amérique du Sud. Tu en penses quoi ?

« Est-ce que c’est vraiment un virage complet ce système de recrutement ? Quand on y pense pas tant que ça, j’aime bien ta question là-dessus parce que en y réfléchissant je me dis que c’est peut-être une suite logique, c’est-à-dire que la MLS à mes yeux, un de ces endroits de recrutement de prédilection c’est la CONCACAF (Costa Rica, Honduras, Panamà..) car le Mexique et les USA sont les plus forts de la zone. Le scouting y est facilement accessible et donc on voit que finalement l’étape suivante c’est de continuer vers le sud et ça peut se comprendre il y a eu quelques réussites. Cette année est une année assez exceptionnelle car on est allé chercher une trentaine de joueurs sud-américains, on n’a pas recruté 30 Almiron il ne faut pas se leurrer, certains clubs vont se planter, mais on va voir une évolution au fil des saisons ça fait partie d’un processus. Pour ces joueurs, il n’y a pas juste l’Europe, le championnat leur convient aussi et surtout que ça permet d’attirer les yeux sur la MLS pour des coéquipiers qui voudraient venir aussi.

CONCACAF / CONMEBOL. Crédit : El Heraldo

Peut-être que d’autres rapprochements entre le Nord et le Sud du continent pourraient aider (je pense que la CONCACAF et la CONMEBOL devraient bientôt fusionner) ce qui serait une bonne chose à bien des égards surtout pour la Coupe Du Monde. »

  • On débat beaucoup sur le niveau de la MLS, tu le situerais où toi ?

Plus les équipes de MLS battent les équipes mexicaines plus on voit que l’écart se réduit et il faut que ça se confirme sur le long terme.

« C’est très très difficile de répondre à ça, on me pose souvent la question et honnêtement c’est compliqué de répondre pour plein de répondre notamment à cause de l’écart des niveaux entre les équipes (la MLS fait en sorte qu’il y en ait le moins possible) et au sein des équipes où là au contraire il peut y avoir un écart énorme entre le meilleur et le moins bon joueur dans un effectif donc les repères sont compliqués. La seule chose qui nous permet de juger ce sont les matchs officiels tels que la Ligue des Champions, on peut s’y comparer aux autres équipes de la CONCACAF (Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes). On voit par exemple que le Honduras a beaucoup fléchi en niveau, avant les USA étaient proche d’eux et du Costa Rica mais maintenant l’écart a grandi et on voit donc que la MLS évolue et au-dessus il y a l’intouchable Mexique. Plus les équipes de MLS battent les équipes mexicaines plus on voit que l’écart se réduit et il faut que ça se confirme sur le long terme.

Une compétition continentale de club qui regroupe jusqu’en Amérique du sud permettrait de s’ouvrir à plus de pays et voir l’évolution dans un contexte où il n’y a pas une grosse puissance et les autres qui essayent de la rattraper, cela permettrait de mesurer le niveau de la MLS par rapport aux championnats sud-américains. »

  • Tu attends quoi de cette saison ? Tes surprises ? Tes déceptions ?

« Je pense qu’il y aura beaucoup de découvertes avec cet afflux énorme de joueurs d’Amérique du sud, beaucoup de mystères (Barco d’Atlanta) et ça a rarement été aussi difficile de faire des pronostics en début de saison 2018 avec des surprises et découvertes intéressantes. La hausse du TAM (Allocation Monétaire Ciblé) permet d’aller chercher de meilleurs joueurs et d’augmenter le niveau général du championnat sans oublier les évolutions tactiques avec de nouveaux entraîneurs comme ceux nommés précédemment ou d’autres qui veulent confirmer.

Certains clubs vont essayer de renaître comme LA Galaxy avec l’arrivée de Zlatan Ibrahimovic et Romain Alessandrini qui était bon la saison dernière mais un peu seul. Certaines équipes peuvent évoluer plus vite qu’on ne pourrait le penser comme l’Impact. On va voir aussi comment vont évoluer des équipes qui pourraient être anonyme mais se montre bien comme Columbus Crew qui montre un bon jeu et un bon recrutement, c’est toujours agréable de les regarder. Il faudra aussi surveiller si la Conférence Ouest va s’améliorer, la premère saison de Los Angeles FC, la superbe ambiance de Portland mais surtout il faudrait une force motrice à l’Ouest maintenant qu’il n’ a plus trop LA Galaxy.

Donc il y a beaucoup de choses intéressantes qui peuvent arriver en 2018 mais la saison sera aussi un peu tordue avec la Coupe Du Monde et la MLS qui ne s’arrête pas longtemps. Il en résulte qu’il y a beaucoup de choses à surveiller ! »

  • Quels sont tes projets pour l’avenir proche ? Où pourra-t-on te retrouver à l’avenir ?

« Parallèlement à la MLS je travaille pour Vision du Jeu qui est un outil d’analyse de foot à destination de tous ceux qui ont besoin d’infos, je collabore et ça prend de l’ampleur donc c’est assez intéressant. Je suis aussi impliqué dans pas mal d’autres projets. Pendant la Coupe du Monde par exemple, je travaillais pour la FIFA !

Pour me suivre vous pouvez aussi me contacter sur @CoupFrancMLS ! »