Nous continuons notre périple à travers l’Europe, à la recherche de ces clubs ayant derrière eux un passé prestigieux, mais qui n’ont plus commis de grands exploits depuis quelques temps. Périple qui continue toujours outre-Manche.

Pour ce troisième épisode, nous quittons Leeds et le Yorkshire pour aller en plein centre du pays, dans la région du Derbyshire, dans la ville de Derby. Les plus perspicaces auront déjà compris de quelle équipe nous parlons aujourd’hui : il s’agit des Rams de Derby County ! Coup de projecteur sur cette équipe, n’ayant plus connu la PL depuis déjà 10 ans.

Les années Bloomer

Créé en 1884 dans le but de renflouer les caisses du club de cricket de la région, le club deviendra professionnel quatre ans plus tard. Arrive en 1892, Steve Bloomer, jeune buteur de 18 ans qui mettra Derby au premier plan, inscrivant 238 buts en 375 matchs. Ce qui aidera grandement à la place de vice-champion en 1896. Il devra cependant partir contre son gré en 1906, en signant à Middlesbrough, Derby étant proie à des graves problèmes financiers. Ce qui conduira à une première relégation la saison suivante. L’histoire se terminera bien, Bloomer resignant en 1910, aidant grandement à la remontée du club deux ans plus tard. Le club connaître une longue phase dans l’ombre, avant de gagner son premier trophée majeur : la FA Cup en 1946.

Le club connaîtra une nouvelle descente en 1953, pour être à nouveau relégué la saison suivante. Cette fois-ci en Troisième Division, échelon qu’ils n’avaient jamais connu jusque-là. Derby County remontera l’année suivante, avant de revenir dans l’élite quelques années plus tard.

Steve Bloomer, première légende du club (source : derbytelegraph)

L’ère Brian Clough

Arrivé en 1967, Brian Clough, dont nous avions déjà parlé dans l’épisode précédent. À cette époque pourtant, le nom du britannique n’est pas encore légendaire n’ayant eu qu’une seule expérience en tant qu’entraîneur, celui de Hartlepool United. Club dont il sera l’homme à tout faire : il s’occupe de la pelouse, de l’entretien du vestiaire, allant même jusqu’à payer lui-même le salaire de quelques joueurs ! Il quittera le club sur une 4ème place en quatrième division alors qu’ils visaient le maintien.

Il remaniera totalement l’effectif de Derby, en gardant uniquement 4 joueurs sur tout l’effectif, et cela portera ses fruits. En effet il fera remonter le club dans l’Elite anglaise, et arrive même à une surprenante quatrième place la saison suivante. Elle ne sera pourtant pas synonyme de Coupe d’Europe, victime d’irrégularités financières.

La saison 1971-1972 sera pour beaucoup la meilleure saison de l’histoire du club. Commençant par 12 matchs sans défaite, l’équipe connaîtra tout de même une période de doute, enchaînant les victoires et les défaites avec une grande irrégularité. Ce qui provoquera de très nombreuses gueulantes de Clough, autant réputé pour son côté grande gueule que pour le jeu qu’il crée. L’effet souhaité sera obtenu, en ne perdant que 3 fois sur les 19 matchs restants. Assez pour contenir Leeds et Liverpool, ce qui leur permettra de remporter pour la première fois le championnat.

Cette fois-ci, plus d’irrégularités financières. Derby County va enfin pouvoir participer à une compétition européenne : la Ligue des Champions. Elle commencera plutôt bien en éliminant facilement le Željezničar Sarajevo (Yougoslavie) au Premier Tour. Le tour suivant se révélera plus compliqué, affrontant le Benfica d’Eusebio, l’un des sommets du football européen de l’époque. Après avoir tenu tête 0-0 à l’Estadio, le Derby balayera les lisboètes 3-1, dans l’une des soirées les plus marquantes de l’histoire du club. Après avoir battu les tchécoslovaques du Spartak Trnava en Quart de Finale, les Rams affrontent en demies le géant italien de la Juventus. Le match aller se terminera par une victoire des turinois, mais avec de grosses suspicions de corruption, Clough traitant même les Italiens de « saloperies infidèles ». Derby n’arrivera pas à faire mieux qu’un match nul au retour, clôturant ainsi leurs débuts européens.

Les relations de plus en plus difficiles entre Brian Clough et ses dirigeants forceront son départ la saison suivante, mettant un terme à la plus belle période de l’histoire du club.

Derby-Juve, le match européen le plus important de l’histoire du club (Source : Wikimedia Commons)

Un autre titre et un déclin spectaculaire

Les années suivant le départ de Clough seront moins florissantes. Malgré un deuxième titre de champion d’Angleterre en 1975, le club rentrera dans le rang et est relégué en deuxième division en 1980 et même en troisième division en 1984. De retour en Première Division en 1987, Derby surprendra à nouveau en finissant 5e dès la saison suivante. Malheureusement, le destin fera qu’ils seront à nouveau privés de compétition européennes, les clubs anglais interdits d’y participer à cause du Drame du Heysel. Le club fera le yoyo pendant les années 90, enchaînant 2 descentes et deux remontées entre Championship et Premier League.

Leur nouvelle descente en Championship en 2002 sera aussi signe d’une grave crise financière, l’obligeant ainsi à vendre ses meilleurs joueurs. En 2007, deux ans après un échec en Finale des Play-Offs contre Preston, les Rams ne laisseront pas passer leurs chances et battent WBA, leur permettant ainsi une nouvelle accession en Premier League.

Le cauchemar de 2008

Cette saison 2007-2008, leur dernière dans l’élite anglaise, restera mémorable dans les têtes des supporters du club de Derby. Malheureusement pour eux, ce sera pour des raisons bien moins glorieuses que les saisons de l’ère Brian Clough, et ressemblera bien plus à une ancienne version du passage de Benevento en Serie A.

Pourtant, Derby County avait tout fait pour se maintenir. En prévision de leur nouvelle saison en Premier League, le club passe son été à améliorer son staff, ainsi que son effectif. Les Rams se renforcent avec les arrivées de Kenny Miller, Robert Earnshaw ou encore Benny Feilhaber, et ont connu peu de départs. Malgré cela, Derby a connu un début désastreux, enchaînant les déculottées, notamment un 0-4 contre Tottenham, ou encore un 0-6 contre Liverpool. Leur seule victoire de la saison aura lieu le 1er septembre, contre Newcastle United. Le parcours en FA Cup ne sera pas bien plus brillant, éliminés 4-1 par Preston, alors en Championship. Les arrivées de Roy Carroll ou du frenchie Laurent Robert n’y feront rien, Derby County sera bien évidemment relégué à l’issue de la saison.

Cette saison cauchemardesque est aussi reconnue comme celle du plus bas total de points de l’histoire de la Premier League, en inscrivant seulement 11 points en 38 matchs. De quoi finir en beauté. Depuis 10 ans, il est vrai que l’on ait pas beaucoup entendu parler de l’équipe du Derbyshire. Toujours restée en Championship, les Rams ont alterné bonnes et mauvaises saisons, ventre mou et haut du tableau. Atteignant trois fois les Play-offs, une fois en 2014, où ils perdront en finale contre QPR sur un but de Bobby Zamora dans le temps additionnel. Une autre fois en 2016, où ils seront éliminés en demies-finales contre Hull City.

Leur visage en dit long sur cette saison (source : VAVEL)

Aujourd’hui : du bon et du moins bon dans le Derby

La troisième fois a eu lieu la saison dernière, arrivant 6ème du championnat, au terme d’une saison menée par le buteur tchèque Matej Vydra, auteur de 22 buts en 43 matchs. Ils ne seront pourtant pas récompensés, étant une nouvelle fois éliminés en demi-finale face à Fulham, futur gagnant de ces Play-offs.

La saison 2018-2019 s’annonce aussi radieuses pour Derby County, avec un bon espoir de les revoir dans l’élite anglaise. Malgré les pertes du buteur Matej Vydra (parti à Burnley) et de l’ailier autrichien Andreas Weimann (Bristol City), le club aura su se renforcer et remplacer ces deux éléments importants. Premièrement, en signant le néerlandais Florian Jozefzoon, fer de lance de Brentford, puis en signant Jack Mariott, auteur d’une saison exceptionnelle avec Peterborough, inscrivant 27 buts en League One la saison passée.

Le club aura aussi su se renforcer avec différents prêts, ceux du milieu offensif de Chelsea Mason Mount, du latéral droit (lui aussi de Chelsea) Fikayo Tomori, ainsi que l’ailier droit de Liverpool Harry Wilson. Des choix payants puisque tous trois se sont imposés dans l’effectif.

Enfin, Derby County n’aura pas pris que des jeunes talents à Chelsea, puisqu’ils auront réussi à prendre des légendes du club, en la personne de Frank Lampard. Pour sa première expérience sur le banc d’entraîneur. Encore un choix qui s’avère payant puisque Derby pointe à la 5ème place du classement après 14 journées, synonyme de play-offs. Ils se permettront même d’éliminer Manchester United en Carabao Cup, à Old Trafford ! Le tour suivant de la coupe les faisant affronter… Chelsea. Une sorte de derby, on peut dire.

Mason Mount, l’élément important pour la remontée de Derby County (source : Talk Chelsea)

Le match référence

Nous aurions bien voulu vous montrer un match de l’époque de Brian Clough, mais le seul que nous ayons trouvé en entier est le match retour contre la Juventus Turin, se soldant par un 0-0. Pas des plus passionnants en somme.

À la place, nous avons choisi pour vous le match haletant de la Finale des Play-Offs de Championship 2013-2014 contre les Queens Park Rangers ! Car il n’y a pas que la Ligue des Champions dans la vie.

(Source des highlights : Richard Buskin)

Pour regarder le match en entier : https://footballia.net/fr/matchs-complets/derby-county-queens-park-rangers

Le joueur référence

Nous allons cette fois parler du milieu écossais Archie Gemmill (promis la prochaine fois, on fait autre chose qu’un milieu central). Commençant sa carrière à St. Mirren en Écosse, ses premières années seront difficiles, marquées par de nombreuses blessures, notamment une fracture de la cheville.

Passant par Preston, il sera remarqué en 1970 par Peter Taylor, alors adjoint de Brian Clough. Alors aussi pisté par les champions en titre Everton, Gemmill refusa une première offre de Derby. Clough, alors venu chez le joueur pour la négociation, décidera de passer la nuit dans sa voiture. Cependant, la femme de l’écossais invita l’entraîneur à dormir chez eux. Archie Gemmill signera le lendemain matin à Derby County pour 60 000 livres, devant une assiette d’œufs au plat.

Pendant les 7 saisons suivantes, Gemmill s’imposera dans le milieu des Rams, aidant grandement aux deux victoires en championnat et participant à 324 matchs pour 25 buts. Il quittera Derby pour Nottingham où il retrouve Brian Clough remportant la Ligue des Champions en 1979. Pourtant, il sera écarté le jour de la finale, provoquant sa déception ainsi que son départ. Un passage à Birmingham, aux USA et enfin Wigan, pour revenir dans le Derbyshire en 1982 en tant que joueur-entraîneur. Un poste qu’il quittera deux ans plus tard pour prendre sa retraite.

La carrière d’Archie Gemmill n’est pas faite que de succès en club. En effet, il reste l’une des figures importantes de la sélection écossaise. Après 43 sélections et 8 réalisations, seul un restera dans l’histoire. Il s’agit de son but contre les Pays-Bas dans le Groupe D de la Coupe du Monde 1978. L’Ecosse avait besoin de gagner le match par trois buts pour se qualifier pour la prochaine étape du tournoi, après avoir eu de très mauvais résultats lors de ses deux premiers matchs. Alors que son équipe menait 2–1 à la 68ème minute, Gemmill marque un but, que je vous laisse savourer :

(source des highlights : albaoilcommunity)

Malheureusement pour eux, Johnny Rep inscrira le 3-2 trois minutes plus tard, brisant le rêve des Écossais et d’Archie Gemmill. Encore une désillusion pour lui. En espérant que l’histoire ne se répétera pas pour les hommes de Frank Lampard.

Archie Gemmill célébrant son but légendaire (Source : Sunday Post)
[themoneytizer id= »18234-28″]