Nous sommes le 20 mai 2018. Davide Medie Jimenez siffle les trois coups de sifflet indiquant la fin de la rencontre. Une rencontre qui signe la fin du Deportivo La Corogne en Liga, suite à cette nouvelle défaite à Valence (2-1). Cette fois ci, le club galicien aura tenu quatre saisons dans l’élite espagnole. Le Super Depor des années 2000 n’est plus, voici l’histoire d’un monument tombé à terre. D’une petite équipe qui fit trembler toute une région, tout un pays, avant de s’écrouler brutalement. Voici l’histoire éphémère du Deportivo La Coruña.

En 1902, un jeune galicien nommé José Maria Abalo revient de son année d’étude en Angleterre. En parallèle de ses études, il fit la découverte d’un sport en plein développement dans le pays de Shakespeare : le football. Lorsqu’il rentre dans sa ville natale de La Corogne, ce n’est pas ce qu’il a appris avec ses études qu’il va conter à tous ses amis, mais bien l’histoire et les règles de ce sport encore inconnu en Espagne.

Des débuts dans l’anonymat

Au moment où José Maria Abalo revient de ses études en Angleterre pour inculquer les règles du football, seul quatre clubs de football existent en Espagne. L’Athletic Bilbao, créée en 1899, est le doyen. Un an plus tard suivit le FC Barcelone, club réservé aux étrangers. En protestation, un autre club fut créée à Barcelone en 1900 : l’Espanyol, réservé quant à lui aux joueurs espagnol comme son nom l’indique. Enfin, le quatrième club est le Real Madrid qui vit le jour le 6 mars 1903.

Si José Maria Abalo inculque les règles du football dès 1902, ce n’est que le 2 mars 1906 que le Real Club Deportivo la Coruña voit officiellement le jour. Les premières années du club sont compliquées, cela est dû notamment au manque de moyens du club galicien. Le Deportivo ne parvient pas à obtenir le statut professionnel et débute les championnats nationaux en seconde division. Ainsi, ce n’est qu’en 1941 que le club dispute sa première saison dans l’élite du football espagnol. Les Galiciens sont toutefois relégués quatre ans plus tard. Une relégation qui sonne davantage comme une erreur de parcours puisque le club est de retour dès la saison suivante.

Une de Marca au lendemain de la promotion historique du Deportivo La Corogne en 2001 (crédit photo : todocoleccion)

Lors de cette remontée, le Deportivo réalise à l’époque la meilleure saison de son histoire et impressionne tout le pays en accrochant la deuxième place, à seulement une longueur de l’Atletico Madrid. Malheureusement, cette saison fut l’unique coup d’éclat des Galiciens qui retombent dans le ventre mou avant d’être relégué en 1957.

Dès lors, le club enchaîna une décennie de promotion et de relégation (1963, 1965, 1967, 1970) entre la première et la deuxième division. Pire encore, le club connût la troisième division en 1974. En proie à des difficultés financières, le club ne parvient plus à jouer les premiers rôles en seconde division et se morfond dans le ventre mou de l’antichambre espagnole.

L’équipe du Deportivo La Corgne en 1941, lors de leur première saison dans l’élite espagnole (crédit photo : rcdeportivo.es)

Augusto César Lendoiro, sauveur inattendu

Alors que le club est au bord de la faillite, un homme d’affaire espagnol du nom de Augusto César Lendoiro reprend la présidence du club en 1988. Dès son arrivée en Galice, il révolutionna le club grâce à sa devise mythique. Alors en seconde division, le Deportivo La Corogne va devenir l’un des meilleurs clubs d’Europe en l’espace de dix ans. Les Galiciens retrouvent l’élite en 1991, dix huit ans après l’avoir quitté. Dès lors, le projet de Lendoiro fut développé.

« De bons joueurs et un bon entraîneur : quand on a ça, tous les autres problèmes peuvent être résolus. »

Devise d’Augusto César Lendoiro

Ainsi, après la remontée du club, près de 95% du budget du club fut redistribué aux joueurs comme salaires et primes. Le promu galicien était alors le club de Liga à avoir la plus grosse masse salariale. Lendoiro fit tout pour que son club soit “le meilleur du monde”, comme il le déclarait en 2000. Il fit ainsi construire une clinique privée pour traiter uniquement les joueurs du club ainsi qu’un complexe hôtelier pour les joueurs et leur famille, le tout en bord de mer. En plus de cela, Lendoiro finança la création d’un centre d’entraînement et une académie ultramoderne pour que son Deportivo devienne avant tout un club formateur.

L’Âge d’Or du Depor

Ainsi dès sa remontée en première division, le Depor accroche le podium, terminant à seulement quatre longueurs du FC Barcelone. Cette excellente saison permet aux Galiciens de se qualifier en Coupe d’Europe pour la première fois de leur histoire. Lors de cette Coupe UEFA 1994, le Depor élimine tout d’abord les danois d’Aalborg (1-5), puis Aston Villa (2-1) avant de chuter en huitième de finale face à l’Eintracht Francfort (2-0).

Lors de cette même saison 1993/1994, le Deportivo La Corogne est tout proche de réaliser le plus grand exploit de son histoire. Alors que les Galiciens sont en tête du championnat, il faut qu’ils s’imposent lors de la dernière journée face à Valence pour être sacré champion. Les coéquipiers de Fran sont aux coude à coude avec le Barcelone de Cruyff. Alors que le score est de 1-1, le Depor bénéficie d’un penalty dans les arrêts de jeu. Alors que Bebeto, sur le point d’obtenir son deuxième pichichis d’affilée (meilleur buteur du championnat) devait le tirer, il offre le ballon à son coéquipier Djukic. Celui-ci accepte de le tirer, mais sa frappe est arrêtée par Sempere. Dans le même temps, le FC Barcelone s’impose et s’empare du titre, le Depor est maudit.

Le penalty manqué par Djukic contre Valence lors de l’ultime journée face à Valence (crédit vidéo : trescuatrotresTV)

La saison suivante, le club remporte enfin le premier trophée de son histoire. Après les avoir privé du titre de champion la saison passée, Valence et Sempere en payèrent les frais en s’inclinant en finale de Copa Del Rey face aux Galiciens (2-1). Ce titre permet alors au club de disputer la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe. Après avoir éliminé l’Apoel Nicosie (8-0) puis Trabzonspor (0-4), les rivaux du Celta Vigo font face aux Aragonais de Saragosse en quart de finale, tenants du titre. Grâce à des performances solides, le Deportivo s’impose 2-1 aux cumulations et se qualifie pour les demi-finales. Malheureusement, c’est face aux PSG que Bebeto (auteur de 86 buts en 131 rencontres) et ses coéquipiers tombent. Les Franciliens sont trop forts et s’imposent 2-0. Le Depor sort par la grande porte face au futur vainqueur de la compétition.

La belle période du Depor se poursuit avec une victoire en SuperCoupe d’Espagne 1995 suite à une victoire 5-1 face au Real Madrid. Le club galicien représente d’ailleurs la bête noire des madrilènes puisqu’ils resteront invaincu à domicile durant dix-huit ans entre 1991 et 2009 !

La consécration

Si le Deportivo La Corogne fut proche d’obtenir le Graal à plusieurs reprises dans les années 90, c’est en 2000 que la consécration arrivera. Au terme d’une saison, ponctuée notamment de nombreuses surprises avec les relégations de l’Atletico Madrid et de Séville ou encore de la cinquième place du Real Madrid, le Super Depor  (tel est désormais son surnom) finit cinq longueurs devant le FC Barcelone. Lors de cette saison, la série d’invincibilité au stade du Riazor face au Real Madrid se poursuit grâce à une victoire étincelante sur le score de 5-2. Vainqueur du championnat, le Depor s’impose également en SuperCoupe d’Espagne face à l’Espanyol Barcelone (2-0).

19 mai 2000 : Le Deportivo s’impose 2-0 face à l’Espanyol Barcelone et remporte son seul titre de champion d’Espagne (crédit vidéo : Fernando Fresco)

Qualifié pour la Ligue des Champions pour la première fois de son histoire, le Depor finit premier de son groupe devant le Panathinaïkos, Hambourg et la Juventus Turin. Lors de la deuxième phase de groupe, les Espagnols finissent de nouveau premier devant Galatasaray, le Milan AC et le PSG. Le match face au Milan AC fut marqué par des débordements dans les tribunes au Riazor après qu’un supporter ait lancé une bouteille de verre sur le gardien milanais Sebastiano Rossi. Qualifié en quart de finale, le Depor s’incline 3-2 face à Leeds après avoir perdu 3-0 le match aller.

La saison suivante, le club est de retour en Ligue des Champions grâce à sa deuxième place en championnat. Le club finit de nouveau premier de sa première phase de groupe devant Manchester United, le LOSC et l’Olympiakos. Lors de la seconde phase de groupe, les Galiciens finissent deuxièmes derrière le Bayer Leverkusen mais devant Arsenal et la Juventus. En quart de finale, le Depor tombe de nouveau sur Manchester United. Alors que Fran et ses coéquipiers s’étaient imposés à Old Trafford en poule, ils s’inclinent cette fois-ci 5-2 aux cumulations.

Roberto Acuna (Deportivo) et Darten Fletcher (Manchester United) se disputant la partie. (Crédit photo : getty images)

Lors de ces années 2000, le Deportivo La Corogne s’est imposé comme un club majeur en Espagne et même en Europe en étant performant sur tout les tableaux. En 2002, les Galiciens remportent une nouvelle fois la Coupe d’Espagne face au Real Madrid (2-1), avant de remporter la SuperCoupe la saison suivante face à Valence (4-0). Si les résultats sont déjà impressionnants, c’est lors de la saison 2003-2004 que le Super Depor va réaliser le plus grand exploit de son histoire.

Après avoir terminé troisième à six petits points du Real Madrid, le Deportivo est de nouveau qualifié en Ligue des Champions. Le club galicien entre au troisième tour préliminaire et dispose difficilement des Norvégiens de Rosenborg (0-1). Lors des phases de groupes, les Espagnols se hissent à la deuxième place et se qualifient au dépend du PSV Eindhoven grâce à leur victoire contre le club néerlandais, qui comptent le même nombre de points que leurs homologues galiciens. En huitièmes, le Deportivo dispose de leur adversaire favori en Europe : la Juventus, qu’ils ont affrontés lors de chacune de leurs trois participations. En quart de finale, les Ibériques tombent sur l’AC Milan, tenant du titre. Ils n’ont aucune chance selon les médias, et cela se confirme sur le terrain. À San Siro, le Depor sombre et s’incline 4-1. Les chances de qualifications, qui plus est lorsqu’on observe la différence de niveau, sont quasiment inexistantes. Toutefois, les Espagnols ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. Douze ans avant Barcelone, le Super Depor est parvenu a remonter un déficit de quatre buts et s’imposèrent 4-0 dans un Riazor au bord de l’implosion. En demi-finale, La Corogne sera éliminée face au Porto de José Mourinho (1-0) futur vainqueur de l’épreuve en tenant le nul au match aller. Qu’importe, l’exploit face à Milan résonne dans toutes les têtes.

La joie des galiciens après l’exploit face au Milan de Maldini, Pirlo et cie… (crédit photo : talksport)

Un long déclin

La saison 2005 fut la dernière saison européenne du Deportivo. Qualifié en Coupe Intertoto, les Espagnols accèdent au deuxième tour et éliminent successivement le Buducnost Podgorica, le Slaven Bellupo puis Newcastle avant de s’incliner en finale face à Marseille. Après une victoire 2-0 au Riazor, le Deportivo subit une lourde défaite 5-1 au Vélodrome.

Les années qui suivirent furent terrible pour le club. D’une saison à l’autre, le club abandonna les premiers rôles pour le ventre mou de la Liga. En 2011, le Depor est relégué après une défaite lors de l’ultime journée face à Valence, décidément roi pour condamner le club. Seize avant, les Valenciens privaient du titre les Galiciens, désormais, ils les envoient en seconde division. Si le club remonta immédiatement, ce ne fut que de courte durée.
Augusto César Lendoiro quitte la présidence du club en 2014 afin de se lancer dans une carrière politique. Le Depor fit l’ascenseur jusqu’à parvenir à se maintenir en 2015 à la suite d’un exploit réalisé au Camp Nou. Mené 2-0, le Depor parvient à revenir à 2-2 et arrache son maintien lors de l’ultime journée.

Le Deportivo arrache le match nul au Camp Nou et obtient son maitien en Liga (crédit vidéo : LigaSantander)

Malheureusement, ce bonheur ne fut qu’éphémère. Comme si c’était écrit, c’est face à Valence que le Deportivo La Corogne a scellé sa relégation en seconde division la saison passée après une nouvelle défaite (2-1). Le Super Depor n’est plus. Les Galiciens sont actuellement quatrièmes de seconde division et espèrent remonter de façon pérenne dans l’élite du football espagnol.

“Augusto César Lendoiro annonce qu’il retire sa candidature à la présidence du Deportivo. (Crédit twitter : @RCDeportivo)

Ce que Lendoiro a apporté au club est non négligeable. Le centre de formation ultramoderne a permis de révéler des stars telles que Rivaldo, qui s’engagea par la suite avec Barcelone pour obtenir le Ballon d’Or en 1999. L’époque des Naybet, Fran et Bebeto paraît désormais bien loin pour le petit club de Galice qui bouscula, le temps d’une décennie, la hiérarchie hispanique.