Après de longues semaines de negociation entre le KRC Genk (actuel leader de la Jupiler Pro League) et le Toronto FC, Alejandro Pozuelo est le nouveau Joueur Désigné du club canadien depuis le 4 mars dernier.

Mais le transfert du milieu offensif espagnol a fait couler beaucoup d’encre en Belgique où il brille depuis trois saisons et surtout en étant la pièce maîtresse de la réussite de son bientôt ex-club. Officiellement présenté le 18 mars, lorsqu’il aura terminé sa première partie de championnat avec Genk, il est le successeur de Sebastian Giovinco non pas dans le jeu mais bien au sein d’une équipe qui a besoin d’un nouveau leader technique. Mais le talent ne fait pas tout…

Des débuts compliqués !

Formé au Real Betis Balompié dans sa ville de naissance, Pozuelo découvre le monde professionnel en fin de saison 2010/2011 alors âgé de 20 ans. Même sans avoir joué de match de deuxième division, le club retrouve alors la Liga BBVA grâce à un nouvel entraîneur, Pepe Mel, qui a pour réputation de beaucoup faire jouer les jeunes. Le jeune espagnol formé au club obtient alors sa chance à quelques reprises et participe donc à 21 rencontres de championnat et fait trembler les filets à deux reprises pour deux passes décisives délivrées. Des débuts prometteurs donc.

Premier but en pro pour Pozuelo face à l’Atético Madrid ! (Crédit vidéo : YouTube CuervaNorteVerdiblanca Betis)

Mais après une seconde saison plus compliquée où il joue peu, il part découvrir la Premier League avec Swansea où il retrouve du temps de jeu. Il découvre aussi l’Europe, le club étant qualifié pour l’Europa League et allant même jusqu’en seizième de finale face au Napoli (perdu 0-0 / 3-1). Au Pays de Galles, Pozuelo brillera particulièrement avec un but et deux passes en neuf matchs joués. Durant ses premières saisons, il a principalement évolué sur les ailes (droite et gauche) de l’attaque avant d’être placé dans l’axe comme milieu offensif.

La saison 2014/2015 est une rechute pour Pozuelo. Alors qu’il retrouve le championnat espagnol et son pays en signant au Rayo Vallecano, on pensait qu’il serait encore plus épanoui d’après le directeur sportif du club :

« Alejandro est un joueur très créatif, excellent des deux pieds. Je suis persuadé qu’il va convenir à l’équipe »

Dimitri De Conde

Mais voilà, tout ne s’est pas passé comme prévu et il se retrouve à très peu jouer. Son salut ? Partir, encore. Il découvre donc un nouveau pays, la Belgique où il a enfin pu s’épanouir et développer un talent, qui finalement, ne demandait qu’à être montré.

Oui, le talent est là !

À Genk, le milieu offensif espagnol renaît !
(Crédit photo : AFP)

Le voilà donc parti pour une nouvelle aventure qui cette fois sera belle ! Et c’est le Koninklijke Racing Club Genk, septième du dernier exercice de Jupiler Pro League (ratant les playoffs à la dernière journée), qui s’offre le revanchard espagnol. Principalement utilisé sur les ailes par le passé, sa polyvalence va lui permettre de jouer milieu offensif mais aussi milieu central en comptabilisant 33 matchs playoffs compris.

Sur le terrain, il brille de par ses qualités de passeur en comptabilisant six passes décisives pour quatre buts. Le début d’une renaissance ! En 2016, c’est la confirmation. Repositionné définitivement au coeur du jeu offensif, ses performances XXL aussi bien en championnat qu’en Europa League lui ont permis de briller aux yeux de l’Europe. Huit buts et vingt-deux passes sur toute la saison : voilà sa carrière lancée ! L’équipe se monte alors autour de lui et il le rend bien à ses coéquipiers, ses statistiques restent bonnes les saisons suivantes.

Voici les qualités de Pozuelo que découvrira la MLS ! Vidéo à revoir également sur notre cha YouTube officielle (Copyright : @AnalyticsFoot)

Que va-t-il apporter à Toronto FC ?

Son bras de fer avec Genk aura beaucoup fait parler en Belgique, mais aussi outre-Atlantique. Une véritable saga qui a débuté peu après le départ officiel de Sebastian Giovinco en Arabie-Saoudite ! Dès lors que Toronto FC a commencé à se renseigner sur le capitaine du leader de la Jupiler Pro League auteur d’une superbe saison (5 buts et 10 passes décisives), pour le joueur c’ décidé : il voulait partir ! Mais son club ne voulait pas prendre le risque de perdre sa pièce maîtresse à quelques matchs d’un éventuel titre, et prendre ainsi le risque de laisser le joueur se saborder et saborder son équipe pour des états d’âme personnels.

Un risque qu’ils n’ont pas voulu prendre longtemps en le laissant finalement partir pour 10 millions d’euros, soit deux millions de plus que sa clause libératoire. Cette situation a eu le don d’agacer tout le staff des belges mais le joueur restera finalement pour les deux derniers matchs de la saison. Pour notre spécialiste du football belge Nathan Weidner, le talent est là mais attention au caractère :

« Pour moi, Alejandro Pozuelo est un joueur qui a quelque chose de plus que tous les autres sur le terrain. Mais il est un peu nonchalant par moment. Il peut te débloquer un match à lui tout seul s’il en a envie ! »

Nathan Weidner, spécialiste Jupiler Pro League pour Weeplay.

Sera-t-il à la hauteur des attentes, lui le successeur comme Joueur Désigné de Toronto FC ? D’après Matthias Van Halst, qui travaille pour la MLS au niveau francophone, il ne le remplacera pas poste pour poste :

« Dans le jeu, ce n’est pas le successeur de Giovinco mais de par son importance pour l’équipe, il devrait l’être. Si tu regardes les statistiques des deux joueurs, Giovinco c’est une passe décisive pour deux buts, Pozuelo un but pour deux passes. »

Matthias Van Halst (@CoupFrancMLS)

En effet, Sebastian Giovinco était en plus d’être un superbe passeur, un grand buteur pour son équipe !



Jouant avant-centre ou second attaquant, ce n’est pas le poste de l’Espagnol sur le terrain ! Alejandro Pozuelo évolue lui plus dans le coeur du jeu. Il sera donc le métronome offensif de son équipe permettant de distribuer les ballons à l’ancien de Villarreal Jozy Altidore. Sa superbe vision du jeu lui permettra de distribuer des ballons dangereux ou créer un danger permanent.

Enfin, le 3-4-2-1 instauré par Greg Vanney lors de la victoire 1-3 contre Philadelphia Union lors du premier match de la saison, le fait parfaitement entrer dans le schéma tactique de son futur nouveau coach, qui pourra en faire sa nouvelle pièce maîtresse. Sa polyvalence lui permettra aussi de combler les nombreux postes laissés éventuellement vacants par des suspendus ou blessés durant la saison.