Cette saison, Trabzonspor fait partie des favoris pour le titre en Süper Lig. L’équipe de la Mer noire peut pour cela compter sur son nouveau buteur, Alexander Sørloth. Un joueur bien décidé à suivre les traces de son père, Gøran en allant plus haut.

Trabzonspor a un certain embarras du choix au niveau de l’attaque cette saison. Un problème de riche que bon nombre de clubs envieraient même. En effet, entre le Kosovar Donis Avdijaj, le Ghanéen Caleb Ekuman, le Nigérian Anthony Nwakaeme, l’Anglais Daniel Sturridge et le Norvégien Alexander Sørloth, la denrée est vaste. Toutefois, pour Sørloth, la volonté de réussir y est davantage marquée puisque son père, Gøran joua en Turquie au milieu des années 90. Sørloth Junior aura donc l’occasion de montrer son talent et de trouver du temps du jeu, lui qui compte bien se relancer.

Alexander Sørloth et son nouveau blason (Crédit photo : hltco.org)

Gøran Sorloth, un Norvégien à Bursa

Les années 90 furent le début d’un certain attrait de la part de joueurs voulant découvrir un certain exotisme. Cadre idéal pour cela, la Turquie lors de la saison 1993-1994 a donc découvert les pays scandinaves. Notamment le club de Bursaspor, une ville située au sud d’Istanbul et spécialisée à l’époque dans la construction de véhicules.

La doublette scandinave lors de la saison 1993-1994 à Bursaspor. Gøran Sorloth à gauche et Frank Pingel à droite. Les deux compères ayant permis au club de se maintenir aisément cette saison-là (Crédit photo Sporx)

Lors de cette saison donc, le club avait attiré dans ses filets deux attaquants pour lui permettre de gagner en confiance. Un Danois et un Norvégien qui avaient pour objectif d’être complémentaires sur le terrain. D’un côté, venant de Brøndby, Frank Pingel futur éphémère joueur de Fenerbahçe et du LOSC. De l’autre, un certain Gøran Sorloth, buteur patenté de Rosenborg et de la sélection norvégienne.

Et pour que le triumvirat soit complet, cette ruée scandinave fut complétée par le Suèdois Roger Ljung à Galatasaray qui finira champion. La saison fut sans grand relief pour Bursaspor mais plutôt tranquille puisque les « verts » finiront à une honorable neuvième place. Elle permettra à la famille Sørloth de mettre un pied au pays de Tarkan. Nanti de quatre buts, celui-ci aura contribué avec son compère Pingel (12, NDLR) à mettre Bursa loin des affres de la zone de relégation.

Alexander, l’héritier de son père

Près d’un quart de siècle plus tard, la Norvège est encore à l’honneur puisqu’un autre Sørloth découvre la Süper Lig. Alexander, 24 ans, prêté cette saison par le club anglais de Crystal Palace et bien décidé à se faire un prénom. Le jeune Sørloth a d’ores et déjà conquis les cœurs à Trabzonspor en ce début de saison. Grand, athlétique, le Norvégien est l’archétype même de l’attaquant nordique puissant et fatiguant pour ses adversaires.

João Pereira, José Sosa et Alexander Sorloth (de gauche à droite) sont heureux et ça se voit (Crédit photo : Malatya Güncel)

Cependant, malgré son gabarit hors norme, Sørloth junior dispose d’une palette de jeu complète. A l’aise sur ses deux pieds même si le gauche est plus prononcé mais également de la tête. Auteur déjà de onze buts toute compétition confondue et quatre passes décisives avec l’ancien club de Yusuf Yazıcı. L’attaquant n’est pas étranger au bon début de Trabzonspor, actuel cinquième mais à deux points seulement du second Fenerbahçe.

Alexander Sørloth en action. Un attaquant complet et puissant (Crédit vidéo : Youtube – Transfer Heyecanı)

Une adaptation rapide à un club passionné mais impatient et une volonté de réussir qui démontre une certaine solidité. Une envie de réussir et de montrer que les différents prêts (Gent ou Trabzon, NDLR) ne sont que des péripéties. Une soif de but inextinguible puisque le grand Norvégien est également buteur avec sa sélection (6 pour 22 sélections, NDLR).

« Il faut souligner le rôle de Sørloth dans l’équipe de Trabzonspor. Quand il a près de lui Ekuban, nous disions qu’il était performant. Mais avec Sturridge, c’est tout aussi excellent. Cependant, quand il est mis seul en pointe, ses performances s’en ressentent. Mais avec un système a deux pointes, Sørloth devient une machine à buts »
Le journaliste turc Mehmet Demirkol souligne le rôle déterminant du Norvégien au sein de Trabzonspor (61 Trabzon Haber)

Trabzonspor, le tremplin idéal vers d’autres horizons ?

D’une certaine manière, l’objectif d’Alexander Sørloth est déjà atteint en termes de temps de jeu et de statistiques. Son rapport ratio-but dépasse en effet ceux de son père ce qui peut être une fierté en soi. Sørloth a également réussi à surpasser un autre Norvégien de Trabzonspor. Rune Lange, ancien international passé par le FC Bruges et qui ne passa qu’une saison (2000-2001, NDLR) en Mer noire. Une adaptation somme facilitée par la jeunesse de l’équipe coachée par l’ancien sélectionneur des Espoirs turcs, Ünal Karaman.

Rune Lange, un autre attaquant Norvégien à Trabzonspor (Crédit photo : Nordlys)

Une volonté enfin pour Sørloth de trouver un cadre de jeu et d’action qui lui permettra de franchir un palier. Pour ensuite s’établir ailleurs et continuer à se développer davantage. Dans cette optique, il sera évidemment intéressant de voir le comportement l’avant-centre face à l’Anglais Daniel Sturridge. L’ancien de Liverpool étant en phase de retour, Trabzonspor disposera d’une force de frappe évidente.

Trabzonspor a fait son marché en Premier League cette saison avec l’arrivée de Daniel Sturridge. Mais, pour le moment, c’est Alexander Sørloth le buteur de Trabzonspor… (Crédit photo : Bold Medya)

En clair, que ce soit le club ou le joueur, chaque partie à intérêt à se tirer mutuellement vers le haut. Et quoi de mieux qu’un titre pour cela pour une région qui attend un titre de champion depuis maintenant 35 ans ? Alexander Sørloth aura matière à aller de l’avant et faire étalage de toute sa science du but. Pour enfin dépasser l’aura du père et montrer que la famille Sørloth perpétue la tradition familiale norvégo-turque.