Auteur de vingt buts en vingt-huit rencontres de Superligaen Danoise cette saison, le buteur star de Nordsjaelland fait peu à peu parler de lui. À seulement dix-neuf ans, l’international U21 est déjà sur les tablettes de plusieurs grandes écuries européennes, dont deux en Ligue 1… Focus sur celui dont le style de jeu semble calqué sur celui d’Arjen Robben.

Ce lundi 8 avril 2019, Andreas Skov Olsen n’aura eu besoin que de vingt-sept secondes de jeu pour ouvrir le score lors du duel entre Nordsjaelland et Brondby, marquant ainsi le dix-septième but le plus rapide de l’histoire du championnat. Un exploit de plus pour le petit génie aux pieds d’argent.

Danemark natal

Andreas Skov Olsen est né le 29 décembre de l’année 1999, dans la petite commune d’Hillerod au Danemark. Grand ailier d’1m87, il touche ses premiers ballons dans sa ville natale avant d’intégrer le centre de formation de son club de cœur, Nordsjaelland, à l’âge de douze ans. Situé à seulement une vingtaine de kilomètres d’Hillerod, le club de Nordsjaelland est parfait pour aider Andreas Skov Olsen à progresser.

Chose assez rare, Andreas fait ses débuts en sélection avant même d’avoir disputé son premier match professionnel. En effet, ce fut le 10 juin 2017, lors d’un match amical entre les U21 de la Suède et du Danemark. C’est un peu plus d’un mois plus tard, lors du choc face à Brondby que la jeune pépite danoise dispute son premier match pro, où il entre en jeu pour les dernières minutes. Ce n’est cependant qu’un an plus tard, en juillet 2018 que la carrière d’Andreas Skov Olsen est lancée, lorsqu’il est définitivement promu en équipe première. Il découvre ainsi l’Europe, à 18 ans. En six matchs de qualification en Europa League, il inscrit trois buts et délivre une passe décisive. Le club ne parvient cependant pas à se qualifier pour les phases de groupes.

Andreas Skov Olsen, génie précoce (Crédit Photo : Le Télégramme)

Arjen Robben comme exemple

Pour ceux qui ne connaisse pas encore le jeune phénomène danois, on pourrait le résumer vulgairement à un jeune Arjen Robben. Gaucher évoluant côté droit, Olsen aime repiquer dans l’axe à la manière du géant néerlandais afin de pouvoir trouver une solution pied gauche. À 19 ans, il jouit d’une intelligence de jeu et d’une maturité formidable. Sa vision du jeu et ses placements dynamisent l’équipe et permettent de débloquer bon nombre de situations.

« C’est un excellent dribbleur et il l’a toujours été. Il est devenu très bon devant le but, il est très efficace dans ce qu’il fait. Il n’a pas besoin de se mettre en position de frappe sur son pied gauche ».


Magnus Kofod Andersen, coéquipier à Nordsjaelland

Deuxième meilleur buteur de Superligaen, Olsen n’hésite pas à tenter sa chance, marquant de plus des buts régulièrement spectaculaires. Toutefois, ce sang froid se retourne parfois contre lui. Toujours attiré par l’appât du but, il lui arrive de prendre sa chance à des moments où une passe aurait été un choix plus judicieux.

Une première saison sensationnelle

Avec 20 buts en 28 matchs de Superliga, Andreas Skov Olsen réalise une première saison en professionnelle sensationnelle. Possédant des atouts technique malgré sa grande taille (1m87), le jeune danois impressionne également de par sa vision du jeu et son placement. Si la SuperLigaen n’est pas non plus réputée comme étant un grand championnat européen, ses performances n’en restent pas moins respectables. L’international U21 a marqué lors de six matchs consécutifs en Superliga (dont deux doublés), un record pour un joueur de son âge. De plus, lors de ces six matchs, Nordsjaelland avait affronté les trois cadors historiques du championnat : Brondby, Copenhague et un déplacement à Midtjylland (où il a inscrit un doublé).

https://twitter.com/NordiskFootball/status/1115305886547890176
Des stats affolantes à seulement 19 ans (Crédit Twitter : Nordisk Football)

Olsen n’a également pas été perturbé par les récents événements qui ont touchés le club. Pourtant bien classé en championnat, Kasper Hjulmand, entraîneur depuis janvier 2016, a démissionné de son poste le 25 mars dernier afin d’occuper un poste de conseiller au sein du club. Il est donc provisoirement remplacé par Flemming Steen Pedersen, adjoint et directeur technique du club. Depuis ce changement, le jeune attaquant a disputé deux matchs, un nouveau déplacement à Midtjylland (0-0) puis la réception de Brondby, où il lui a suffit de 27 secondes pour ouvrir la marque.

Un avenir brillant

Ainsi, avec des statistiques phénoménales au Danemark, nul doute que le jeune attaquant va très rapidement s’envoler vers de nouveaux cieux. Avant cela, Olsen aura un premier gros test avec l’Euro U21 qui se déroulera en juin en Italie. En cas de nouvelles grosses performances (déjà auteur de trois réalisations en cinq sélections), il pourrait très bien attirer l’œil de nouveaux clubs.

« Son pied gauche est mortel. Il est grand, puissant sur ses appuis. Il sait utiliser ses qualités physiques ».

Magnus Kofod Andersen, coéquipier à Nordsjaelland

Cependant, le natif d’Hillerod est déjà fortement courtisé par de nombreux clubs comme la Sampdoria et le LOSC, où il pourrait être le remplaçant de Nicolas Pépé. Plus récemment, l’OL et la Fiorentina se seraient également positionnés sur le dossier. Alors que son contrat arrivera à son terme en juin 2020, il fait peu de doute que Nordsjaelland le vende cet été afin de récupérer une petite somme d’argent, comme avec Emre Mor après son départ au Borussia Dortmund.

Enroulé pied gauche, sécurité. (Crédit Twitter : @aymenvids)

Danemark : la formation comme leitmotiv

L’éclosion d’Andreas Skov Olsen représente parfaitement la nouvelle vague danoise, qui forme de plus en plus de jeunes joueurs grâce à l’utilisation à la perfection de la data (qui fera l’objet d’un futur article Wee+). Ainsi, des clubs tels que Nordsjaelland, Copenhague et surtout Midtjylland, qui est la référence au pays, ont formé bon nombre de jeunes pépites comme Thomas Delaney, Alexander Sorloth, Andreas Cornelius, Pione Sisto, Paul Onuachu, Daniel Amartey, Emre Mor et ainsi, Andreas Skov Olsen.

Le transfert le plus cher de l’histoire du championnat danois est celui d’Emre Mor en 2016, qui avait rejoint le Borussia Dortmund pour près de dix millions d’euros. Cette saison, c’est un nouveau joueur de Nordsjaelland qui affole les compteurs et les rumeurs. Cependant, en fin de contrat en juin 2020, Andreas Skov Olsen ne partira pas pour autant. Evalué à près de deux millions d’euros par Transfermarkt, son transfert pourrait être conclu pour près de sept millions d’euros. Cela ferait de lui le septième plus gros transfert du championnat, entre Andreas Cornelius (parti pour huit millions d’euros à Cardiff en 2013) et Daniel Amartey, parti pour 6.6 millions d’euros à Leicester en 2015.

Où ira la jeune pépite danoise ? (Crédit Photo : Bold.dk)

Andreas Olsen semble donc promis à une belle carrière, attention cependant à ne pas vouloir voler trop vite trop près du soleil au risque de se brûler les ailes comme Icare. Son départ cet été ne fait presque plus aucun doute. Espérons que cela soit dans un club où il aura du temps de jeu dès son arrivée. Parmi les clubs qui le courtisent pour le moment, le LOSC semble être le club idéal pour lui, où il évoluerait dans un championnat formateur, au sein d’un club dont les infrastructures de formation et entraînement ne sont plus à présenter. En cas de départ de Nicolas Pépé, le jeune danois pourrait même être propulsé plus tôt que prévu dans le onze de départ. Il pourrait ainsi découvrir la Ligue des Champions si les Dogues finissent la saison sur le podium, voire même à la deuxième comme c’est bien parti.