Au lendemain de l’annonce de la non-venue d’Andrés Iniesta au Chongqing Dangdai Lifan, la presse chinoise a précisé que l’arrivée de l’international espagnol en Chinese Super League n’était pas écartée pour autant. Le Vissel Kobe, lui, s’est dit « surpris » d’un potentiel transfert du Barcelonais.

L’avenir sportif d’Andrés Iniesta est de plus en plus fou. Quelques heures après l’annonce officielle du Chongqing Dangdai Lifan, qui a annoncé que le Barcelonais ne rejoindrait pas ses rangs l’été prochain, un petit revirement de situation s’est produit aux antipodes dans la nuit de lundi à mardi : le départ d’Iniesta en Chine ne serait pas encore mort.

Selon le site local Titan Sports, relayé par l’ensemble de la presse espagnole, le milieu de terrain n’aurait pas encore dit adieu à la Chinese Super League. Il serait au contraire toujours en contacts avec le club afin de dénouer la situation. Selon le média chinois, il y aurait un désaccord au niveau des prétentions salariales du joueur et la proposition effectuée par le club situé dans la ville de Chongqing.

Le championnat chinois fait les yeux doux à Iniesta

Ce dernier aurait proposé au Barcelonais un salaire fixe de 5 millions d’euros par an, plus 15 millions d’euros de bonus – comprenant la promotion et la vente de produits de la ‘Bodega Iniesta’, plus d’autres bonus divers – afin d’égaler le salaire perçu par le milieu de terrain au FC Barcelone. Iniesta, lui, souhaiterait récupérer un salaire fixe à hauteur de 15 millions d’euros, plus 5 millions supplémentaires sous forme de bonus. La dernière proposition du club dirigé par Paulo Bento permettrait à l’international espagnol de toucher entre 8 et 10 millions d’euros en salaire.

Loin d’être le club le plus fortuné en Chinese Super League, le Chongqing Dangdai Lifan va se retrouver face à la concurrence des géants du football chinois. Le Shanghai SIPG, le Beijing Gouan et le Hebei Fortune sont en effet sur la piste d’Iniesta.

Le Vissel Kobe « surpris » par la possible arrivée d’Iniesta

Le Vissel Kobel appartient à l’homme d’affaires Hiroshi Mikitani, connu pour être le président de Rakuten. Le géant du multimédia japonais est devenu le sponsor maillot du FC Barcelone à l’automne 2016.

©️ Eurosport