La 10ème journée de Liga nous propose le Clasico ce dimanche à 16h15. Une rencontre qui aura la particularité de se disputer sans Lionel Messi et sans Cristiano Ronaldo, une première depuis 11 ans. Un match sous haute tension que ne ratera certainement pas Luis Enrique. Retour sur un joueur qui a fait l’essentiel de sa carrière dans ces deux clubs ennemis.

C’est l’affiche la plus regardée de la planète, un match spécial dont on coche les dates à l’avance sur le calendrier. Le Clasico Barça/Real n’est pas un match comme les autres. Aujourd’hui encore, difficile pour un joueur de Barcelone de signer au Real Madrid et vice-versa. Pourtant certains ont tenté ce pari avec plus ou moins de succès. Luis Enrique a laissé son empreinte chez les deux cadors espagnols.

Real Madrid (1991-1996) : l’essor du jeune espoir

Après une saison accomplie à Gijón (35 matchs et 15 buts), Luis Enrique signe chez le géant madrilène en 1991 à seulement 21 ans. Très rapidement, il devient un joueur essentiel du Real Madrid. Pendant ses cinq saisons passées dans la maison blanche, et malgré les nombreux changements d’entraîneurs, Luis Enrique sera toujours considéré comme un titulaire indiscutable.

Luis Enrique sous le maillot du Real
(Crédit photo : Twitter)

Que ce soit sous les ordres de Léo Beenhakker (1992), Benito Floro (1992-1994), Vicente Del Bosque (1994) ou Jorge Valdano (1994-1996), son statut ne faiblira pas.
En 1993, il remportera ses deux premiers titres avec la Coupe du roi et la supercoupe d’Espagne.
Sa polyvalence est très appréciée. En effet, l’international peut jouer à plusieurs postes au milieu, en attaque et même défenseur latéral.
« Lucho » fera cinq saisons pleines pendant lesquelles il disputera 213 matchs et marquera 18 buts. Il sera champion d’Espagne en 1995.

Barcelone (1996-2004) : la consécration

Contre toute attente, le natif de Gijón signe gratuitement chez l’ennemi Barcelonais en 1996. Un transfert qui aura du mal à passer pour les supporters madrilènes mais aussi pour les socios du FC Barcelone. Le joueur fera rapidement taire les critiques et deviendra un des chouchous du Camp Nou.

Luis Enrique, du Real au Barca
(Crédit photo : Sportskeeda)

Sa combativité lui permet de s’imposer, il devient très apprécié des supporters. Et très vite, l’actuel sélectionneur de la Roja fera l’unanimité auprès des différents coachs mais aussi de ses coéquipiers. L’infatigable milieu jouera sous les ordres de nombreux entraîneurs : Bobby Robson (1996-1997), Louis Van Gaal (1997-2000 et 2002-2003), Lorenzo Serra Ferrer (2000-2001), Carlos Rexach (2001-2002), Radomir Antic (2003) et Frank Rijkaard (2003-2004).
Jouant de nombreux Clasicos, Luis Enrique sera souvent distingué lors de ces matchs chauds. Il marquera souvent à Santiago-Bernabéu. Pas d’état d’ame et pas de sentiment.

Zinédine Zidane et Luis Enrique dans le classico en 2003
(Crédit vidéo Youtube : Wolf Wall Street)

Le droitier deviendra même un buteur. En 300 matchs sous le maillot du FC Barcelone, il marquera 109 buts ! Rien que ça.

Les plus beaux buts de Luis Enrique sous le maillot catalan
(Crédit vidéo Youtube : FC Barcelona)

En huit saisons chez les Blaugranas, Luis Enrique va étoffer son palmarès. Champion d’Espagne en 1998 et 1999, Coupe d’Espagne en 1997 et 1998, Supercoupe d’Espagne en 1997, Coupe des Coupes en 1997 et Supercoupe d’Europe en 1997.
Il finira par hériter naturellement du brassard de capitaine de 2002 à 2004. On oublierait presque son passé de joueur merengue.

Luis Enrique sous le maillot catalan
(Crédit photo : FCB)

Le buteur espagnol terminera sa carrière en 2004. Il coachera la réserve de Barcelone (2008 à 2011) avant de prendre en main l’équipe fanion pendant trois saisons (2014-2017). Après un an d’absence, l’ancienne légende du Barça est désormais le nouveau sélectionneur de l’Espagne.

Treize saisons réussies passées chez les frères ennemis

Luis Enrique aura su s’imposer dans les deux plus grands clubs espagnols mais c’est surtout à Barcelone qu’il rentrera dans la légende. L’Asturien prendra son envol au Real Madrid avant de s’affirmer en Catalogne. Il y deviendra une véritable icône de la région.

Le joueur devenu sélectionneur de l’Espagne sera présent au Camp Nou pour ce Clasico qui s’annonce tendu. Même si pour la première fois depuis 2007, il n’y aura ni Lionel Messi (blessé au bras droit) et ni Cristiano Ronaldo (transféré à la Juventus Turin) qui seront présents.
Même si les supporters madrilènes n’ont pas vraiment pardonné le départ de Luis Enrique chez le club ennemi, une partie des fans ont tout de même souligné ses bonnes saisons au Real Madrid. Les effets se sont estompés. Il faut dire que depuis 2004, l’équipe nationale espagnole a connu son apogée avec deux championnats d’Europe des nations (2008 et 2012) et une Coupe du Monde (2010). Et surtout, les supporters madrilènes ont vécu l’ère Cristiano Ronaldo et Zinédine Zidane avec trois Ligues des champions.
En devenant sélectionneur de la Roja, l’ancien joueur aura également l’occasion de redorer son blason auprès de la capitale espagnole. Une nouvelle ère est en marche.

L’ambiance au Camp Nou durant le Clasico en 2012
(Crédit vidéo Youtube : itai hermelin)

Champion en titre, le FC Barcelone, déjà en tête avec 18 points, pourrait s’envoler au classement en cas de victoire. Le Real Madrid, seulement 8ème avec 14 points au compteur, doit réagir. Annoncé partant par certains quotidiens ibériques (AS), Julen Lopetegui est sur la sellette et pourrait jouer sa place sur ce match.