Le championnat allemand et ses ambiances folles. Ce championnat qui ne cesse de s’améliorer par le niveau de jeu proposé. Un apport que l’on peut mettre au tribu de certains Français, exilés outre-Rhin et devenus indispensables à leur club et à la Bundesliga. Zoom sur ces joueurs dont la nationalité se fait de plus en plus présente.

À travers tout cet article, vous (re)découvrirez ces joueurs Français qui ont attiré l’œil des écuries allemandes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que chacun d’entre eux a su apporter sa patte à ce championnat et marquer de son empreinte un club en adoptant le fussball.

Franck Ribéry : exemple de réussite

S’il était dit un jour que Franck Henry Pierre Ribéry de Boulognes-sur-Mer deviendrait un exemple, peu y auraient cru. Douze saisons au Bayern Munich et le voilà surnommé « Kaiser Franck » dans un club de légendes, où il en est devenu une aux côtés de Franz Beckenbauer.

Et c’est dès ses débuts que Ribéry s’est forgé une carrière de superstar au club de Bavière. Arrivé en même temps que Luca Toni et Miroslav Klose, il permet au Bayern, en 2007, de remporter la Coupe de la ligue. Transfuge de l’Olympique de Marseille, celui qui va jouer à 81 reprises avec l’équipe de France aura marqué de son empreinte ce championnat. Deux fois meilleur joueur du championnat, en 2008 et 2013, troisième du ballon d’or en 2014 après une saison folle, Ribéry a remporté huit titres de champion d’Allemagne.

Franck Ribéry est devenu une légende au Bayern Munich et en Bundesliga (Crédit photo : Christof STACHE / AFP)

423 matchs ! Voilà le nombre de rencontres jouées par Franck Ribéry avec die Roten. Et durant ces douze années au plus haut-niveau, l’homme aux 89 matchs disputés en Champions League l’a d’ailleurs remporté une fois, en 2013, avec ses coéquipiers du FC Bayern Munich. Ribéry c’est aussi ce joueur de côté rapide qui sait à la fois marquer et faire marquer. 85 buts en championnat, 12 buts en DFB Pokal, 3 en Coupe de la ligue et 20 en coupes continentales, le Kaiser est devenue une idole dans un pays qui l’a mieux accueilli que le sien.

Mais c’est désormais une histoire terminée pour Kaiser Franck. Le joueur Nordiste a annoncé son départ du Bayern à la fin de la saison. Un dernier titre avec son club de coeur ? Il l’espère. Mais une chose est sûre, c’est que Ribéry ne dit qu’un au revoir à son club, lui qui a dans son contrat une clause pour revenir au club dans un autre rôle par la suite.

Sébastien Haller : un diesel en marche

Il est l’une des révélations du championnat cette saison. Arrivé la saison passée du FC Utrecht, le grand Sébastien Haller (1 mètre 90) réalise une saison de haut-niveau avec son club de l’Eintracht Francfort. L’attaquant de pointe, aux côtés du brillant Luka Jovic, signe une saison quasi parfaite avec 14 buts et 9 passes décisives.

Il est le deuxième joueur le plus prolifique, buts et passes décisives combinés, du championnat derrière Robert Lewandowski (29) et devant Marco Reus (23) et son coéquipier Luka Jovic (23). À cela s’ajoute le parcours fantastique de son club en Europa League (stoppé en demi-finale par Chelsea) et son apport non négligeable de cinq buts et deux passes décisives.

Infographie sur les statistiques folles de Sébastien Haller en Bundesliga (Crédit photo : Scoopnest)

Savoir marquer est un fait pour l’ancien international espoirs. Mais faire marquer ses coéquipiers, à l’instar d’un Nikola Jokic en NBA, est également quelque chose d’important pour le natif de Ris-Oringis dans l’Essonne (91). À 24 ans et une saison de haut-vol, Haller ne perd pas de vue les Bleus et lancent même quelques appels de phare au sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps.

Jonathan Schmid : une figure de Bundesliga

Voilà huit ans que le natif de Strasbourg évolue dans la première division allemande. Jonathan Schmid n’a jamais connu le championnat français si ce n’est en catégories jeunes dans sa formation au Racing Club de Strasbourg entre 1994 et 2006. Le milieu droit d’Augsbourg s’est exilé dès 2008 dans le modeste club d’Offenburger FV 07. À 19 ans, le SC Fribourg le repère en catégories jeunes et il signe ensuite un contrat professionnel avec ce club.

Jonathan Schmid évolue en Bundesliga depuis 2011 (Crédit photo : Sportschau)

Il joue d’abord avec l’équipe B des Breisgau-Brasilianer avant d’accéder à l’élite en 2011 au cœur de l’équipe A. Le blondinet trace son petit bonhomme de chemin et quitte Fribourg en 2015 avec 20 buts inscrits et 29 passes délivrées en 118 rencontres en championnat. Sa saison à Hoffenheim n’est pas une réussite en 2015-2016 il ne marque que quatre buts en 23 matchs.

Désormais au FC Augsbourg, l’ailier droit n’impressionne pas par ses statistiques mais est positionné en tant que joueur expérimenté, dans un club qui en a besoin (14e). Au fil des saisons, Jonathan Schmid est rentré dans les esprits et dans les noms français du championnat allemand. Un parcours outre-Rhin qui devrait se poursuivre pour le Français de 28 ans.

Jean-Philippe Mateta : une adaptation rapide et efficace

Elle est là la belle surprise de la saison. Formé à Châteauroux, transféré à Lyon, prêté au HAC et enfin transfuge dans son équipe du FSV Mayence, Jean-Philippe Mateta réalise une saison d’un niveau que peu de personnes attendait.

Révélé aux suiveurs de la Domino’s Ligue 2 l’an passé dans les rangs du club doyen, Mateta avait alors inscrit 19 buts sur sa saison en championnat. De quoi plaire aux yeux du FSV Mayence qui s’était alors acquitté de huit millions d’euros pour ses services. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le natif de Sevran (93) réussit sa saison en tant que néo-Buli.

Jean-Philippe Mateta réalise une saison de haute volée avec son club du FSV Mayence 05 (Crédit Photo : Twitter Mainz 05)

Au programme, un triplé, le but le plus rapide de la saison et le don d’un nul contre le RB Leipzig (3e), Jean-Philippe Mateta aura fait mieux que sauver les meubles de son club (12e). L’ami de Memphis Depay a inscrit la bagatelle de 13 buts cette saison pour deux passes décisives. L’ancien Hacmen se promet donc, avec cette première saison plus que réussie, un avenir radieux dans le championnat allemand.

Alassane Pléa : un serial buteur en Germanie

Dans la catégorie buteur, j’en demande un autre. Alassane Pléa, transfuge de l’OGC Nice et attaquant inextricable du Borussia Mönchengladbach, est également devenu un élément quasi-incontournable de Bundesliga. Arrivé à l’été 2018 au club pour 25 millions d’euros, le joueur formé à Lyon a joué 31 matchs cette saison avec les siens.

Alassane Pléa a joué quasiment toutes les rencontres de Monchengladbach cette saison (Crédit photo : imago images / Laci Perenyi)

Certains s’attendaient peut être à mieux mais disons qu’à l’image de Mateta, le temps d’adaptation n’est qu’un fait trop peu importante pour eux. Pléa a inscrit douze buts et offert quatre passes décisives en l’espace de 31 rencontres jouées. De quoi également laisser présager un bel avenir avec plus de renfort dans un effectif où l’on retrouve déjà Christoph Kramer, ou encore Matthias Ginter et Yann Sommer.

La saison prochaine, le tricolore pourrait même rêver de Ligue des Champions et pourquoi pas s’imaginer jouer un rôle dans la liste de Didier Deschamps pour le prochain Euro 2020, lui qui a célébré sa première sélection lors du dernier rassemblement.

Dan-Axel Zagadou : une prise d’importance qui en dit long

Ils sont est l’un des défenseurs nouvelle vague du Borussia Dortmund avec son compatriote Abdou Diallo (23 ans) et le titulaire indiscutable, le Suisse Manuel Akanji (23 ans). À 19 ans, le défenseur formé au Paris Saint-Germain a joué dix-sept matchs cette saison et s’est même payé le luxe d’inscrire deux buts.

Dan-Axel Zagadou est, à 19 ans, considéré comme l’un des futurs grands à son poste (Crédit photo : T-Online)

Dans toute les équipes de France depuis les moins de seize ans, Dan-Axel Zagadou, latéral gauche des Jaune et Noir, est arrivé la saison dernière au club qui semble se réjouir d’avoir fait une si belle pioche dans un club du PSG qui n’en saisit pas l’opportunité.

Nous aurions pu en citer plus. Voilà un choix non exhaustif des joueurs qui, à nos yeux marquent de leur empreinte ce championnat allemand et le rendent, à nos yeux, encore plus spectaculaire. La french touch, ou Französisch Quälitat, nous fait du bien quand elle nous rapporte des bonnes nouvelles et de belles performances.