Depuis de nombreuses années maintenant, tout un réseau s’est formé entre les jeunes joueurs de football américain et l’Allemagne. Qui y est allé et surtout pourquoi cette destination ? On vous explique tout ça !

Les USA et l’Allemagne, ce n’est pas qu’une question historique avec les différentes guerres mondiales, c’est maintenant aussi et surtout un lien footballistique très fort de façon presque exclusive.

Pourquoi l’Allemagne ?

Beaucoup de facteurs font que les jeunes joueurs américains préfèrent jouer dans les différentes divisions en Allemagne plutôt qu’aux États-Unis ou même ailleurs en Europe.

Tout d’abord revenons un peu en arrière : après la Guerre Froide et le blocus de Berlin, il paraissait évident que certains militaires américains allaient devoir rester sur place. Ainsi, des programmes de football ont été lancé à l’initiative de l’Air Force pour améliorer les contacts avec la population. Grâce à cela, des enfants sont nés d’un père américain et d’une mère allemande offrant à ces futurs footballeurs la double nationalité tout en grandissant dans un pays dont la culture foot n’est plus à prouver. Les joueurs qui n’ont aucune chance d’intégrer l’effectif de la Nationalmannschaft pouvaient donc se rabattre sur la sélection des États-Unis.
L’exemple le plus marquant est celui du néo-retraité Jermaine Jones. Né d’un père soldat afro-américain et d’une mère allemande en 1981, il a passé une bonne partie de sa carrière dans son pays natal et porté le maillot de la sélection nationale à trois reprises durant des matchs amicaux après être passé par les espoirs. Finalement, c’est le pays de son père qu’il choisit de représenter en 2010 comptant au total 69 capes. L’histoire veut qu’il ait ensuite terminé sa carrière en Major League Soccer en jouant pour New-England Revolution, Colorado Rapids et LA Galaxy.

Par la suite, ce sont les jeunes nés sur le sol de l’Oncle Sam qui se sont exportés. La cause première est assez évidente lorsqu’on suit la Bundesliga et ses divisions inférieures, elles donnent beaucoup plus facilement leur chance aux jeunes joueurs notamment via des centres de formation très performants. Grâce à cela, ils franchisent beaucoup plus facilement le cap du départ à l’étranger et les clubs les accueillent à bras ouvert. On peut expliquer ce phénomène avec des antécédents plutôt réussis entre Steven Cherundolo ou plus récemment Christian Pulisic. Le premier cité, né et formé aux États-Unis a passé la totalité de sa carrière dans le club d’Hanovre 96 alors en Bundesliga 2. Pulisic lui est arrivé en Allemagne à tout juste 17 ans dans une des meilleures formations allemandes et surtout réputée pour sa capacité à faire jouer les jeunes, le Borussia Dortmund. Il y brille tout en portant sa sélection à bout de bras, ce qui fait évidemment de son départ une réussite.

L’échec de la sélection nationale des USA lors de la dernière campagne pour la Coupe du Monde 2018 pousse aussi les jeunes à partir. Voyant leurs aînés cirer les bancs de touche en MLS, les éventuelles pépites perdent un temps précieux dans leur progression et l’évolution de leur carrière. Les entraîneurs préfèrent faire jouer les joueurs plus expérimentés que des jeunes pleins de bonne volonté. Le choix de partir à l’étranger semble donc inévitable. Certains suiveurs des jeunes pousses américains mettent aussi en avant le choix de carrière par rapport à l’équipe nationale comme nous l’affirme le compte Twitter @FutureUsmnt !

L’USMNT a raté la dernière Coupe du Monde en présentant une équipe de joueurs talentueux de la MLS, ce qui signifie pour beaucoup que jouer en MLS n’est pas l’endroit où jouer si l’équipe nationale doit réussir.

Enfin, on ne peut pas parler de lien entre États-Unis et Allemagne sans citer Jürgen Klinsmann. Véritable légende dans son pays, il découvre le « soccer » en terminant sa carrière de joueur en 4ème division américaine à Orange Country Blue Stars. Il est alors âgé de 39 ans ! Après un poste de sélectionneur à la tête de la Mannschaft (2004-2006), il devient celui des USA (2011-2016) qu’il qualifie pour la Coupe du Monde 2014 ! Il a ainsi ouvert la porte à beaucoup de personne (staffs comme joueurs) permettant des liens étroits entre les deux pays. Il est d’ailleurs marié avec une femme américaine et son fils, Jonathan Klinsmann, évolue chez les jeunes du Hertha Berlin.

Qui sont-ils ?

Cela fait maintenant plusieurs années que les Américains viennent découvrir la culture foot à l’européenne en rejoignant les rangs de clubs de Bundesliga en espérant y avoir du temps de jeu et ainsi lancer une carrière qui semblait compromise outre-Atlantique.

Ils sont cette saison (2018-2019) au nombre de 12 à jouer en première division :

Christian Pulisic

Le plus connu et prometteur d’entre eux, Pulisic (19 ans) est en progression constante et se fait une place de choix dans l’équipe de Dortmund. Arrivé très jeune en Europe, il est déjà courtisé par les plus grands clubs notamment grâce à ses performances avec les USA !

Weston McKennie

Résultat de recherche d'images pour "weston mckennie"

Né à Dallas où il y a été formé, il rejoint Schalke 04 en 2016 à 18 ans et s’installe progressivement au milieu de terrain. Après un passage chez les jeunes, il a découvert la Bundesliga la saison dernière et deviendra un titulaire indiscutable si les blessures le laissent tranquille.

John Brooks

Résultat de recherche d'images pour "john brooks wolfsburg"

Appelé par Klinsmann pour la Coupe du Monde 2014 avec les Etats-Unis, Brooks (25 ans) fait partie de ces joueurs à la double nationalité qui n’a connu que son pays natal ! Il intègre pendant des années le club de sa ville de naissance du Hertha Berlin avant d’être transféré à VfL Wolfsbourg pour 17 millions d’euros. Blessé une majorité de la saison en 2017-2018, il débute la saison comme titulaire.

Fabian Johnson

Image associée

A 30 ans, il est le doyen des américains évoluant en Bundesliga et a connu 4 clubs entre 2006 et 2014 ! Après avoir fait toutes ses classes avec sa sélection natale allemande, il intègre finalement le camp américain depuis 2011 et fait le bonheur en défense du Borussia M’gladbach sauf quand ses blessures à répétition gâche ses saisons.

Jonathan Klinsmann

Résultat de recherche d'images pour "jonathan klinsmann"

Fils du célèbre Jürgen âgé de 21 ans, le gardien du Hertha Berlin connaîtra sa première saison dans l’élite avec pour lourd fardeau de porter le nom de Klinsmann.

Josh Sargent

Résultat de recherche d'images pour "josh sargent"

Tout juste promu dans l’équipe première du Werder Brême, il va débuter la saison avec les U23 où il écrase tout sur son passage (5 buts en 7 matchs) ce qui lui permettra de vite intégrer l’équipe du professionnelle ! Sargent a aussi tout récemment fait ses débuts avec la sélection nationale à seulement 18 ans. Il est un des jeunes les plus prometteurs de sa génération !

Eux aussi vivent le rêve allemand : Timothy Chandler (Eintracht Frankfurt), Aron Johannsson (Werder Brême), Caleb Stanko (SC Fribourg), Bobby Wood (Hannover 96), Alfredo Morales (Fortuna Düsseldorf), Timothy Tillman (FC Nuremberg).

L’exil en Allemagne ne s’arrête pas à jouer en Bundesliga. Cette saison, 13 joueurs américains joueront aussi en Bundesliga 2 et de nombreux dans les divisions inférieures.

Et ensuite ?

Récemment, le club de MLS du FC Dallas a signé un partenariat avec le Bayern Munich pour que les deux clubs s’entraident au niveau de la formation ! Le club texan est réputé pour être un des meilleurs centre de formation d’Amérique du Nord comptabilisant pas moins de 28 joueurs formé au FC Dallas dans les sélections américaine, canadienne et mexicaine ! Pour Rudolf Vidal, le directeur général du Bayern Munich aux Etats-Unis :

C’est une alliance unique en matière de formation de jeunes joueurs entre deux clubs historiques. Nous sommes fiers de pouvoir mettre en place ce partenariat avec un des précurseurs du football professionnel aux Etats-Unis

Dans le cadre de cette entraide, le FC Dallas a prêté Chris Richards (18 ans) au club bavarois qui le fait jouer avec les U19.

Ce même club de Munich a déboursé pas moins de 22 millions d’euros pour recruter le jeune Alphonso Davies, prometteur canadien de 17 ans évoluant dans le club de Vancouver Whitecaps. Preuve qu’ils sont de plus en plus implantés dans le football nord-américain.

Résultat de recherche d'images pour "alphonso davies"
Crédit : @FCBayern

L’histoire d’amour qui est née entre les États-Unis et l’Allemagne n’en est donc qu’à ses débuts et pourquoi pas un jour, nous verrons des jeunes (ou moins jeunes) joueurs allemands quitter l’Europe pour la Major League Soccer !