Ce nom ne peut vous être inconnu, surtout si vous suivez le football Européen et même Mondial avec attention : Christian Pulisic. Né d’un père américain et ancien footballeur et d’origine croate par son grand-père, il est né le 18 septembre 1998 sur le sol Américain où il a grandi et découvert le football.

Très jeune, Christian Pulisic fait partie de ses jeunes talents qui n’ont pas hésité à tenter l’aventure en Europe et plus précisément en Allemagne où il s’y ait fait un nom. Depuis, une star est née, sur les traces d’une certaine légende locale : Landon Donovan.

C. Pulisic âgé de 9 ans, au PA Classics.
(Crédit photo : PA Classics)

Précoce

Accompagné de Klopp qui l’a découvert, Pulisic fait ses premiers pas en Allemagne très jeune.

Dès l’âge de 10 ans, il entre dans le centre de formation du PA Classics durant 7 ans. Alors courtisé par Liverpool et le PSG, le natif de Hershey (Pennsylvanie) débarque finalement en Allemagne, dans le centre de formation du Borussia Dortmund.
Après un passage éclair chez les U17 et U19 de 2014 à 2015, il effectue le 30 janvier 2016 son premier match professionnel face à Ingolstadt alors lancé par Thomas Tuchel, le successeur de Jürgen Klopp qui l’avait découvert. Le joyau américain doit cependant attendre plus d’un an avant d’inscrire son premier but face à Hambourg : il devient le plus jeune joueur étranger à marquer un but en Bundesliga, à tout juste 18 ans ! Depuis la saison 2017/2018, il est surtout devenu un joueur indiscutable au sein de l’effectif de Dortmund.

Dix ans plus tard, il est l’une des têtes de gondole du Borussia Dortmund !

Polyvalent sur le terrain et déjà très mature dans son jeu, il peut aussi bien jouer sur les ailes qu’en 10 ce qui lui permet de couvrir un maximum de terrain. Rapide, technique, Christian Pulisic a les attributs d’un meneur de jeu tout en sachant aussi déborder sur les côtés avec ou sans ballon afin d’être dangereux dans la surface adverse et la plupart du temps, ça paye ! Sa vision du jeu l’aide beaucoup dans ses déplacements et dans l’anticipation de ses mouvements mais aussi celui de ses partenaires afin de distiller des caviars.

The American dream

Pulisic vit le rêve américain !

Avant même de partir de son centre de formation, Christian Pulisic est appelé avec la sélection des USA dès les moins de 15 ans en 2012. Il rejoint ensuite la sélection des moins de 17 ans avant d’être appelé par Jürgen (encore un) Klinsmann avec les A de la « Team USA » sans même être titulaire avec son club, le 29 mars 2016. Et là encore, sa précocité fait mouche. Il plante son premier but international deux mois après sa première sélection contre la Bolivie en match amical et devient le plus jeune joueur américain à marquer un but pour les États-Unis ! Ses statistiques en équipe nationale sont incroyables pour un joueur de son âge et il ne lui reste maintenant plus qu’à soigner celles en club.

Avec l’échec de la qualification des États-Unis, l’effectif a complètement été rajeuni en vue de la Coupe du Monde 2022 et surtout 2026 à domicile (co-organisation avec le Canada et le Mexique) ! Le jeune milieu devient donc automatiquement LA pièce maîtresse du pays pour les emmener au sommet et faire revivre les espoirs de gloire à tout un peuple.

Statistiques toutes compétitions confondues (jusqu’à la saison 2017/2018 inclus)
En sélection (USA) :
Matchs: 21
Buts: 9
Passes décisives: 7

En club (Borussia Dortmund) :
Matchs : 124
Buts : 26
Passes décisives : 33

À seulement 20 ans, les chiffres parlent déjà pour lui : incontournable en sélection. Christian Pulisic est aussi devenu essentiel dans le XI de départ du Borussia et ne cesse de progresser dans son jeu ainsi que dans ses stats après seulement trois saisons au plus haut niveau. Il ne lui reste plus qu’a devenir régulier en terme de ratio buts/passes décisives dans le championnat d’Allemagne voir ailleurs si les sirènes étrangères chantent en sa faveur.

Déjà des distinctions personnelles

Malgré son jeune âge, la pépite américaine a déjà reçu de nombreuses distinctions :
– Plus jeune joueur étranger à marquer en Bundesliga.
– Plus jeune joueur à disputer un match de Champions League avec le Borussia Dortmund.
– Plus jeune joueur des USA à participer un match de qualification pour la Coupe du Monde.
– Plus jeune joueur à marquer un but pour les USA.
– Plus jeune buteur à un match de qualification pour la Coupe du Monde.
– Révélation de la Bundesliga (2016)
– Joueur américain de l’année (2017)

Cette précocité hors norme lui ouvre déjà les portes des plus grands clubs européens ainsi qu’un destin formidable au sein de son équipe nationale. Son père, Mark, avait déclaré en mai dernier aux différents médias britanniques que l’avenir de son fils (sous contrat jusqu’en 2020) sera décidé en temps voulu sans aucune précipitation : « Il était lié à Tottenham. La semaine dernière, c’était Liverpool et la semaine d’avant, Manchester United … C’est un non-sens. C’est un club différent chaque semaine. Je n’ai aucune idée. Son conseiller travaille et regarde autour de lui, en étroite consultation avec moi et Christian. Nous essayons juste de comprendre quelle sera la meilleure phase pour sa prochaine étape de développement ». Patience est mère de raison.

Le successeur de Donovan ?

Pulisic meilleur que Donovan ?

Adoubé par Landon Donovan, la légende des USA a été dithyrambique à son sujet : « Christian Pulisic est meilleur que moi au même âge (18 ans) ! ». Ces propos élogieux ne sont certainement pas déclarés de manière hasardeuse, et étrangement, on peut leur trouver des points communs qui annonce un grand avenir. Prodige précoce tout comme son aîné, C. Pulisic est le digne successeur du numéro 10 de la Team USA et possèdent tous deux des statistiques incroyables dès leur plus jeune âge grâce à leur faculté d’être ambidextre. Une différence de taille est cependant à noter : Pulisic réussit déjà en Europe tandis que Donovan avait lui, « seulement » cartonné outre-Atlantique malgré une pige intéressante à Everton. Landon Donovan, comme le peuple américain, peut donc se rassurer : son digne successeur est tout trouvé. Il aura juste dorénavant à s’inquiéter pour ses records en sélection (57 buts en 157 capes). Pulisic a déja inscrit neuf buts en 21 sélections. L’avenir est assuré.