La Coupe de la Ligue tirera sa révérence le 4 avril prochain après 26 années de bons et loyaux services. Compétition décriée, sa disparition laisse un important trou dans le calendrier du football français et la question reste entière : par quoi remplacer la « Coupe de bois » ?

Face à l’impossibilité de trouver un diffuseur pour la période 2020-2024, la Ligue de football professionnel (LFP) a sonné le glas et la Coupe de la Ligue rendra son dernier souffle au mois d’avril. Mal aimée du foot français et véritable Coupe de France bis, elle n’aura gagné ni le cœur des Français, ni celui des joueurs. Si elle devait permettre à un club français d’accrocher l’Europa League, peu en ont fait bon usage. Cette saison, Strasbourg n’est pas parvenu à se défaire de l’Eintracht Francfort, éliminé avant la phase de poules comme Saint-Étienne face à Esbjerg en 2013. L’OM est la dernière équipe à s’être qualifiée pour les phases de groupes via cette compétition en 2012, avant de terminer troisième suite à une importante défaite face à Limassol (3-0). Si la LFP n’a laissé filtrer que peu d’informations concernant un nouveau projet footballistique, les spéculations vont bon train. Nous aussi avons tenté d’imaginer plusieurs moyens de remplacer feu-la Coupe de la Ligue.

Coupe de France 2.0 et suspense garanti

Espagne ou Italie, les deux pays ont la particularité d’avoir instauré des matchs aller-retour dans leur coupe nationale. L’un dès les trente-deuxièmes de finale, l’autre à partir des demis. Alors que le PSG a trusté quatre des cinq dernières Coupes de France, l’idée d’une double confrontation permettrait peut-être d’inverser la tendance et d’attirer un public important en dehors du championnat. La saison dernière, Paris est malmené par Villefranche, club de National 1 et doit aller chercher sa qualification en prolongation. Avec un match retour, le petit poucet a des chances de l’emporter, tout comme de se faire ratatiner d’ailleurs. Mais le spectacle serait au rendez-vous, et c’est ce qui manque cruellement au football français. Un derby du Rhône ou un Classique en deux actes pour une place en finale résoudrait certainement ce problème.

La Coupe de France 2019 avait enregistré sa plus forte affluence depuis sa création, de quoi donner plus d’idée à la LFP ? (Crédit photo : Eurosport)

L’idée d’un système de match d’appui comme en Angleterre pourrait faire grincer des dents plus d’un supporter, quand on connaît le goût et la passion de nos clubs pour les matchs nuls. Le modèle hispano-italien semble être le plus adapté aux clubs français. Et rien n’interdit d’innover. Comptabiliser les points à l’extérieur et enlever le système de prolongation par exemple. Avec de faux airs de Ligue des Champions, la LFP pallierait son manque de diffuseur et pourrait faire exploser les droits télévisés. En plus d’une véritable compétition nationale unique, la Ligue 1 retrouve aussi une seconde jeunesse puisqu’il y a désormais une place supplémentaire en Coupes d’Europe à aller chercher via le championnat. De quoi pimenter encore plus les fins de saison.

La tentation grandissante d’un All-Star Game

Le championnat français cherche à attirer un public américain, à l’image en demi-teinte des L1 Games en juillet dernier. Solution plus convaincante, organiser une rencontre annuelle entre deux équipes composées de joueurs de différents clubs. Les États-Unis ont vu Dwyane Wade et LeBron James affronter Kevin Durant et Kobe Bryant, nous voulons voir Neymar se mesurer face à Kylian Mbappé ! Et les solutions sont alléchantes.

Le Nord contre le Sud, une équipe française affrontant une équipe étrangère, ou même le PSG se mesurant à une équipe des meilleurs joueurs de Ligue 1. Car la limite d’un tel projet serait bien là : les Parisiens seraient omniprésents dans la plupart des onze possibles. Mais si l’Amérique est parvenu à aligner trois joueurs d’une même équipe dans le All-Star de l’Est, à l’image du Magic d’Orlando en 2009, la Ligue 1 fera la même chose. Impossible n’est pas français !

« C’est un serpent de mer. Ça fait des années qu’on en entend parler. À chaque fois, on est confronté à un seul vrai problème, le calendrier. On avait étudié le projet il y a deux ans. À la fin de la saison, les joueurs ont envie de partir en vacances ou sont envoyés dans leur sélection nationale. » 

Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP (Foot Mercato)

Si sa mise en place semblait difficile en raison d’un calendrier surchargé, l’abandon de la Coupe de la Ligue rabat les cartes. Finir la Ligue 1 une semaine plus tôt permettrait de ne pas empiéter sur les échéances internationales tout en laissant du temps de repos aux joueurs. L’instauration d’un tel événement semble tout de suite plus facile. Reste à savoir quel modèle adopter. L’idée d’un All-Star Nord contre un All-Star Sud présente un inconvénient majeur. Si le Sud pourrait s’appuyer sur un important vivier avec Lyon, Monaco, Marseille, voire Bordeaux et Nice, le Nord serait asphyxié par l’effectif cinq étoiles du PSG. Seul Lille pourrait espérer placer un ou deux joueurs dans le onze de départ. C’est bien l’alternative d’une équipe française affrontant une équipe étrangère qui semble la plus crédible.

Onze de départ possible pour chaque équipe pour le All-Star Game 2020

Si le match des étoiles est le point central du All-Star Game, la NBA organise tout un week-end de festivités autour du basket. Le football français aurait juste à s’en inspirer. Le « Three-point Shootout », où les basketteurs tentent d’inscrire le plus de points possibles en une minute, deviendrait le « Free-Kick Challenge ». Les six meilleurs tireurs de coup-franc du championnat, désignés par le vote du public et limité à un joueur par équipe, devraient inscrire le plus de buts possibles dans des configurations de coups-francs différentes. Un duel entre Neymar, Clément Grenier, Wahbi Khazri et consorts mériteraient le détour. Et pourquoi ne pas transformer le « Rookie Challenge » en « Fight of the Ages » ? Les moins de 21 ans contre les plus de 30 ans. Beaucoup de tauliers en ont encore sous la semelle, tous comme les jeunes ont envie d’étaler tout leur potentiel sur un terrain. Si tout ça peut sembler fantaisiste, ce serait un réel moyen d’attirer un public nouveau et de provoquer un regain d’intérêt pour le football français. Show must go on !

Un Boxing Day à la française, hypothèse la moins crédible

Que d’anglicismes. En Angleterre, il n’y a pas de trêve hivernale, et dès le 26 décembre, les joueurs retrouvent le carré vert. Et les rencontres post-Noël sont souvent une aubaine économique puisque les derbys inondent l’écran des Anglais entre deux festins. En 2019, Arsenal et Chelsea se disputeront la victoire à l’Emirates Stadium tandis que Tottenham affrontera Brighton à domicile. Pour le plus grand bonheur des Londoniens. Un Boxing Day français pourrait en pousser plus d’un à allumer la télévision. Si les déplacements sont limités en raison des fêtes et du laps de temps très court pour disputer les matchs, le programme n’en serait pas moins alléchant. Ainsi, la vingtième journée de Ligue 1 pourrait voir Saint-Étienne en découdre avec Lyon et Monaco rencontrer Nice. Malgré tout, la France reste attacher à sa trêve de décembre et rejette tout enjeu sportif pendant les fêtes. Il arrive cependant que les équipes disputent des matchs amicaux à cette période de l’année.

Le Boxing Day bat des records chaque année de l’autre côté de la Manche, il y a matière à s’inspirer (Crédit photo : Eurosport)

Soit. Ce serait l’occasion de raviver la flamme de derbys oubliés pour des équipes qui ne jouent plus dans le même championnat. Lens, actuel pensionnaire de Ligue 2, pourrait retrouver son rival du Nord, le LOSC. Et Paris pourrait s’enflammer pendant 90 minutes si le PSG recevait le Red Star au Parc des Princes, les deux ne s’étant plus affrontés depuis 1975 ! La LFP avait imaginé sa propre vision du Boxing Day et proposait un mini tournoi entre huit équipes, les huit premières du classement de la saison précédente. Mais faute d’accord, le projet a été entériné. Si pour l’instant aucune proposition n’a été officialisée pour remplacer la Coupe de la Ligue, les amateurs de Ligue 1 continuent de rêver à un projet innovant. Affaire à suivre.