Six clubs français sont engagés dans les phases de poule de compétitions européennes, une première depuis 2007. À quelques heures du début des compétitions européennes, petit bilan du début de saison de ces clubs.

C’est une première journée à la fois compliquée qu’alléchante pour nos clubs français. Que ce soit en Ligue des Champions ou en Europa League, ces derniers sont attendus au tournant. En C1, le PSG aura effectivement rendez-vous dans l’antre d’Anfield pour y défier Liverpool. Monaco affronte de son côté Antoine Griezmann et l’Atletico Madrid. Enfin, Lyon aura très fort à faire en rencontrant l’ogre citizen à domicile.

Début serein pour le PSG

Avec cinq victoires en autant de matchs, le club parisien réalise un début de saison parfait et caracole déjà en tête du championnat de France. Les statistiques restent toujours aussi impressionnantes : le PSG est la première attaque de Ligue 1 avec 17 buts et la première défense avec seulement 4 buts encaissés. Ce début de championnat a surtout permis au nouvel entraîneur Thomas Tuchel d’effectuer plusieurs tests. Il y a eu tout d’abord l’utilisation de nouveaux systèmes de jeu avec un 3-4-3 avec Marquinhos au poste de numéro 6. L’entraîneur allemand a aussi testé le 4-2-3-1, Neymar évoluant en tant que numéro 10. Tuchel a également pu se permettre d’utiliser de nouveaux jeunes joueurs comme Colin Dagba, Stanley Nsoki, Thimothy Weah, Moussa Diaby ou Antoine Bernède. Chose que Unaï Emery ne tentaient presque pas.

Faux-départ sur le Rocher

Avec un mercato d’été de nouveau agité, l’AS Monaco peine en ce début de championnat. Cette équipe se retrouve en effet seulement quinzième, une première depuis 4 saisons à ce stade. Leonardo Jardim doit surtout faire face à une multitude de blessures : Rony Lopes, Golovin, Jovetic, Pellegri, Geubbels, Falcao ou encore Subasic, l’empêchant d’utiliser l’équipe type. Mais ce qui est frappant dans ces 5 matchs est l’absence de jeu et de sérénité lorsque le club mène au score. Avec aucun but lors de la première mi-temps, Monaco est de ce fait la seule équipe avec cette caractéristique. Ce manque de sérénité est quand à lui caractérisé par les 5 points perdus après avoir mené au score. Ce problème ne vient pas que de la défense mais de toute l’équipe en général. La « heatmap » ci-dessous contre Toulouse montre un milieu pas assez présent des 20 mètres jusqu’aux 40 mètres adverses.

La déception Olympique Lyonnais

Avec déjà 2 défaites au compteur contre Reims et Nice, Lyon ne démarre pas son championnat comme il le souhaitait. Bien que ce soit l’équipe qui ait le plus tiré au but depuis le début de saison, l’OL n’arrive pas à concrétiser ses nombreuses tentatives. En effet, il possède uniquement la 10ème attaque avec 6 buts marqués. De son coté, l’entraîneur en place Bruno Génésio est toujours aussi critiqué par les supporters du club, l’empêchant donc de travailler dans des conditions optimales. Outre ceci, l’absence de motivation et de concentration marquent certains matchs de championnat, coûtant de précieux points. Génésio en a parlé ce week-end après un nul à Caen.

La moralité de ce match c’est qu’au très haut niveau il y a des fondamentaux à respecter et ce soir on en a oublié certains.

Ils disputeront l’Europa League

Pour le compte de cette première journée, nos clubs vont avoir des matchs abordables en C3. Marseille, à huis clos, défiera les allemands de Francfort. Rennes et Bordeaux vont eux affronter des clubs tchèques, respectivement Jablonec et le Slavia Prague.

Avec dix points au compteur, les Marseillais sont déjà bien placés en deuxième position du championnat avec cinq points d’avance sur Monaco. Le jeu est très plaisant à regarder et les buts, spectaculaires pour certains, pleuvent (14 buts marqués). En revanche, la friabilité défensive connue sur certains matchs pourrait coûter de nombreux points. Nîmes a par exemple pu tirer 14 fois sur le but olympien lors du succès 3-1 au stade des Costières (2ème journée). C’est d’ailleurs sur ce match que Marseille a connu sa seule défaite. Le gros point positif de ces cinq premiers matchs est une victoire face à un cador du championnat, l’AS Monaco. Les Phocéens ne s’étaient plus imposés contre le club du Rocher depuis quatre ans.

Au vu de la saison dernière, il est en droit d’attendre légèrement mieux de Rennes dans ce début de saison. En effet, l’équipe bretonne ne s’est pas affaibli pendant le mercato et s’est même renforcé avec les arrivées de Damien Da Silva et Clément Grenier. Pourtant, et presque comme à son habitude ces dernières saisons, Rennes alterne entre le chaud et le froid. Le chaud au Roazhon Park où ils ont gagné tous leurs matchs. Le froid à l’extérieur puisqu’ils ont seulement pris un point en trois journées. Cela peut en revanche s’expliquer par un calendrier compliqué (Lille, Marseille et Nice) en Ligue 1. Pour l’entraîneur Sabri Lamouchi, le calendrier n’est pas une excuse. Il n’hésite pas à tancer ses joueurs en cas de contre-performance comme à Nice :

C’est une prestation médiocre. (…) On n’était pas ensemble, on n’avait pas d’équilibre, on n’est pas arrivés à aligner trois passes

Bordeaux, l’équation inconnue

Entraîneur limogé, futur rachat et résultats décevants, voici le triste début de saison des Marines et Blancs. Gustavo Poyet a tout d’abord été viré suite à des propos peu convenables en direction de son président suite au départ de son joueur Gaëtan Laborde à Montpellier pour 5 millions d’euros. Le nouvel entraîneur a été alors difficile et long à trouver. Quelques coachs ont refusé le poste comme Thierry Henry. C’est finalement Ricardo qui revient « diriger » l’équipe 11 ans après. Quant au rachat américain, il doit avoir lieu dans quelques semaines. Enfin, les résultats en Ligue 1 sont pauvres. Bordeaux est actuellement avant-dernier et donc relégable. Seule éclaircie dans ce ciel maussade : la qualification en Europa League malgré trois tours de barrages disputés.