Les qualifications pour la Coupe du monde 2019 en France touchent à leur fin. Avec la qualification des Pays-Bas et de l’Argentine le 13 novembre, on est enfin fixé pour les zones Europe, Amériques et Asie. L’Afrique et l’Océanie font durer le suspens jusqu’à début décembre. À sept mois de la compétition, état des lieux des éliminatoires.

Shanice et ses copines à la Coupe du monde, c’est fait.

Mardi 13 novembre, les Pays-Bas, championnes d’Europe en titre ont décroché leur ticket pour la Coupe du monde en France au détriment de la Suisse, en match barrage retour.

Les Bataves étaient en ballotage favorable après leur victoire 3-0 le 9 novembre dernier. Le match nul 1-1 a donc suffi pour s’imposer face à une équipe suisse toujours orpheline de Lara Dickenmann, blessée. Les filles de Martina Voss-Tecklenburg n’iront pas en France et la sélectionneuse allemande de cette équipe helvète a tiré sa révérence. Désillusion pour la Suisse, qui au cours de ces éliminatoires, se sera fait passer devant par l’Ecosse puis les Pays-Bas.

Martina Voss-Tecklenburg n’entraînera plus la Suisse (crédit : RTS)

Zone Europe : les grandes au rendez-vous

Pour la zone UEFA, il n’y a plus de place à prendre. On connaît maintenant toutes les équipes, une chose est sûre, il y a du niveau. État des lieux des forces en présence.

En plus de la France et des Pays-Bas, l’Angleterre de Lucy Bronze et Izzy Christiansen, l’Écosse de Jessica Fishlock, la Norvège mais sans Hegerberg, la Suède, l’Allemagne de Dzsenifer Marozsan et Carolin Simon, l’Espagne de Jennifer Hermoso et l’Italie seront de la partie. Première Coupe du monde en 20 ans pour les Italiennes de Milena Bertolini. Quand on pense au drame national de la non-qualification de la Squadra Azzura pour la Russie, on se félicite que les équipes féminines prennent leurs échecs avec plus de philosophie.

Le retour de l’Argentine en Coupe du Monde

En même temps que les Pays-Bas, l’Argentine décrochait sa qualification face au Panama (victoire 5-1 sur l’ensemble des deux matchs), dans l’affrontement entre barragistes de la zone Amérique du Sud. Et c’est un événement qui passe inaperçu. En juin, l’Argentine jouera sa première Coupe du monde depuis plus de 10 ans (dernière participation en Chine, en 2007). Imagine-t-on deux coupes du monde consécutives sans Messi, Di Maria, Dybala et compagnie ?

Côté Amériques, tableau complet

Au nord, les États-Unis, le Canada et la Jamaïque. Au sud, le Brésil, le Chili, et l’Argentine depuis hier. On ne verra ni la Colombie, ni le Mexique, ni le Costa Rica, et pas l’Equateur non plus, qui avaient pourtant participé à la Coupe du Monde en 2015 au Canada.

https://twitter.com/FOXSoccer/status/1052756841124397056

Le Japon de Kumagai qualifié

En Asie également, le sort en est jeté. Le Japon de la défenseure lyonnaise Saki Kumagai verront l’Hexagone. Ce sera la même destination pour l’Australie, la Chine, la Thaïlande et la Corée du Sud qui feront partie de l’aventure.

L’Afrique et l’Océanie, ces deux inconnues

Pour l’Afrique, on sera bientôt fixé : les huit équipes qualifiées pour la phase finale des qualifications s’affronteront au Ghana, du 17 novembre au 1er décembre prochains. Il y aura le Ghana, l’Algérie, le Mali, le Nigéria, le Cameroun, la Guinée équatoriale, l’Afrique du Sud et la Zambie.

Huit équipes, trois tickets. On sait déjà qu’on ne verra pas la Côte d’Ivoire, pourtant présente en 2015 au Canada. On imagine mal les Nigérianes de Desire Oparanozie (Guingamp) et Francisca Ordega (Atletico Madrid) ne pas se qualifier.

Qui sait. Les voies du football sont impénétrables. Côté Océanie, la sélection sera plus rude encore. Huit candidates, une seule équipe qualifiée à l’issue des matchs qui se dérouleront entre le 18 novembre et 1er décembre. À considérer les équipes, on se croirait dans un éliminatoire de coupe du monde de rugby. Qui de la Nouvelle-Calédonie, des Samoa, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de la Polynésie française, des Iles Tonga, des Iles Cook et de Fidji ou de la Nouvelle-Zélande tapera la balle sur les pelouses de France ?

Vaihei Samin, espoir du football tahitien est la fille de l’ancien gardien de la sélection de Tahiti et de Tefana (crédit : Tahiti Infos)

Lorsque les qualifiées d’Afrique et d’Océanie seront connues, il sera grand temps de procéder au tirage au sort. Ce sera le 8 décembre. Soit trois jours après l’attribution du ballon d’or. Une mise en bouche. Et comme dit le jargon : que la fête commence !

[themoneytizer id= »18234-28″]