Culés, azulgranas, blaugranas. Trois mots et autant de chance de se tromper en voulant évoquer le FC Barcelone. Différent à bien des égards, chaque terme a sa signification et, mal utilisé, ils peuvent froisser les fans catalans. Asseyez-vous, nous allons tous vous expliquer.

La passion qui réunit les fans du FC Barcelone a dépassé les simples frontières de la ville depuis déjà bien longtemps. C’est une véritable diaspora catalane qui s’est développé aux quatre coins du globe, pour le meilleur… et pour le pire ! Les mots blaugrana, culé et azulgrana sont utilisés à tort et à travers et le réel sens des mots se perd à mesure que la popularité du club grimpe. N’est pas hispanophone qui veut. Pour le bien des barcelonais, rétablissons la vérité.

Une histoire de langue…

En Espagne, nombreux sont ceux qui déplorent les dérives et les abus de langage. Et le sport a sa part de responsabilité. Sur les cent dernières années, les sports n’ont fait que se développer aux yeux du grand public et, fatalement, de nouveaux mots sont apparus pour décrire des faits de jeux. Gol ou fútbol sont des mots récents, qui n’étaient pas dans le langage courant au début du siècle dernier. À l’inverse, des mots plus généraux ont maintenant des sens nouveaux. Quand on prononce defensa ou ataque sur les terres de Cervantes, on ne pense plus à une bataille médiévale mais bien au match du week-end dernier. Fait intéressant, le Barça est la première équipe au monde, tout sport confondu, à inscrire trois mots le désignant dans le dictionnaire de son pays. Inégalé.

Le bleu et le grenat sont depuis toujours les couleurs du FC Barcelone (Crédit photo : FC Barcelona)

Le terme le plus ancien pour désigner Barcelone et ses acteurs n’est pas celui qui nous vient à l’esprit en premier. Azulgrana, mot issu du vocabulaire castillan, est utilisé dans les dix années qui ont suivi la création du club. Il devra néanmoins attendre les années 1980 pour être inscrit dans les dictionnaires espagnols. Avant, l’équipe de Barcelone était désignée comme étant l’équipe azul y encarnado. Le mot azul désigne le bleu alors qu’encarnado désigne la couleur de la viande crue. Plus poétique, azulgrana est un mot-valise, composé d’azul et de grana, qui se traduit simplement par grenat, une couleur rouge sombre.

…mais aussi de politique

Dans les années 1930, un second mot apparaît pour désigner la communauté catalane, culé. Entre 1909 et 1922, les Azulgranas évoluent au Stade de la route Industrielle (Camp del carrer Indústria en catalan). Les tribunes ne pouvant pas accueillir tous les fans, certains d’entre eux s’asseyaient sur les murs entourant le terrain, laissant leur « cul » visible pour les piétons. Il n’en faut pas plus pour que le terme culé naisse et désigne encore aujourd’hui les fans du Barça. Ce mot fait son entrée dans le dictionnaire espagnol en 2014, la même année que blaugrana. Équivalent catalan d’azulgrana, il désigne comme son homonyme à la fois les joueurs et les supporters. Ce mot est aussi le signe que l’amour du ballon rond est une langue parlée de tous.

Faute de places, les culés sont obligés de s’asseoir sur les murs de la Escopidora (Crédit photo : Barcelonas)

Toutefois, dans aucun dictionnaire catalan il n’est fait mention du terme blaugrana. On retrouve cependant barcelonista, qui fait référence à tout ce qui rapporte au club espagnol. Ces mêmes dictionnaires renvoie aussi à l’autre club de la ville, l’Espanyol, avec les termes periquito, espanyolista et blanc-i-blau. Le club de Valence inscrit deux mots, valencianisme et valencianista alors que Majorque ne dispose que d’un terme, mallorquinisme. Ironiquement, des mots comme colchoneros ou merengue ne trouvent pas leur place parmi ses pages. Rivalité quand tu nous tiens…