Cinquième de Bundesliga et leader de son groupe d’Europa League, l’Eintracht Francfort réalise une première partie de saison somptueuse.

Malgré le départ de leur entraîneur Nico Kovac du côté du Bayern Munich, le club a su maintenir et même hausser leur niveau de jeu de la saison passée. Nouvel entraîneur, mercato intelligent ou encore nouvelle tactique, plusieurs facteurs peuvent expliquer l’évolution des aigles.

Un nouvel entraîneur prometteur

Après une saison fantastique avec à la clé une victoire contre le Bayern Munich en finale de la DFB Pokal, Nico Kovac a quitté la Hesse pour la Bavière. Francfort avait la lourde tâche de trouver un remplaçant qui pouvait mener à bien les objectif du club. À savoir, les emmener en Europe de manière récurrente. Ce choix s’est porté sur Adolf Hutter, surnommé Adi Hutter.

Vainqueur la saison passée du championnat suisse avec les Young Boys Berne (le premier titre de champion du club depuis trente-deux ans, NDLR), il est parvenu à mettre fin à l’hégémonie du FC Bâle. Il possède également une expérience européenne grâce à son passage au Red Bull Salzbourg. Lors de sa seule saison au sein du club autrichien, il resta dans les mémoires comme étant celui qui a recruté Naby Keita en provenance d’Istres et Duje Caleta-Car en provenance de Liefering, club satellite de Salzbourg.

Adi Hutter chez les Aigles. (crédit : eintracht.de)

Adi Hutter a également marqué les esprits en Ligue Europa. Étant dans le groupe du Celtic Glasgow, du Dinamo Zagreb et de l’Astra Giurgiu, il termina avec cinq victoires et un nul. Les Autrichiens s’étaient notamment imposés avec la manière 5-1 contre l’Astra et Zagreb et 1-3 au Celtic Park de Glasgow. Ils sortent par la grande porte en s’inclinant face à Villareal en seizième de finale. Lors de cette saison, l’entraîneur autrichien réalise le doublé coupe/championnat, mais la concurrence n’est pas rude en Autriche.

Un mercato intelligent

Cet été, l’Eintracht Francfort est dans l’ensemble parvenu à se renforcer malgré plusieurs pertes importante. Tout d’abord, le premier départ fut celui d’Omar Mascarell au Real Madrid pour quatre millions d’euros. Le milieu relayeur de vingt-cinq ans n’avait disputé que neuf rencontres la saison passée. Son départ n’est donc pas des plus regrettable. Toutefois, la plus grosse perte est probablement Lukas Hradecky. Le talentueux gardien de but finlandais est parti librement, qui plus est chez un concurrent dans la course à l’Europe : le Bayer Leverkusen. C’est également le cas de Kevin Prince Boateng qui rejoint quant à lui Sassuolo. Dernier départ notable, celui de Marius Wolf du côté du Borussia Dortmund. L’ailier droit allemand aura au moins rapporté cinq millions d’euros aux aigles.

Ante Rebic, recrutement gagnant pour Adi Hutter (crédit : eintracht.de)

Pour pallier au départ de Kevin Prince Boateng, Adi Hutter a décidé de lever l’option d’achat de deux millions d’euros fixé par la Fiorentina pour Ante Rebic, auteur de six réalisations en championnat la saison passée. Il fait de même pour le défenseur Carlos Salcedo qui appartenait à Guadalajara, et dont l’option d’achat s’élevait à deux millions et demi d’euros. Plusieurs autres recrutements prometteurs ont été réalisés tel que Lucas Torro, milieu de 24 ans en provenance du Real Madrid, et Evan Ndicka, défenseur de 19 ans, en provenance d’Auxerre.

Enfin, ils ont su parfaitement remplacer Lukas Hradecky en obtenant le prêt de Kevin Trapp, qui rejoint ainsi son ancien club.

Une nouvelle tactique

Avant de rejoindre l’Allemagne, l’entraîneur autrichien organisait régulièrement ses équipes en 4-4-2, puis en 4-2-4 lorsque l’équipe attaquait. Désormais, Adi Hutter évolue la plupart du temps dans un 3-4-1-2, ou plus rarement dans des 4-5-1 et 4-4-2. Si les dispositifs ont changé au fil des clubs, la mentalité est toujours restée la même pour le coach autrichien. Un pressing haut, un tempo élevé et un marquage en zone. Lorsque l’équipe attaque, il y a toujours une solution pour le porteur du ballon grâce au jeu en triangle mis en place par Hutter. Toutefois, à l’image de son prédécesseur, l’Autrichien emploie la majeure partie du temps une approche défensive.

Un début de saison poussif avant la révélation

Malgré un mercato prometteur, les débuts d’Adi Hutter à Francfort sont peu satisfaisants. Outre l’humiliation subite lors de la Supercoupe d’Allemagne face au Bayern (0-5), les aigles ne possèdent qu’une seule victoire après cinq matchs de championnat. Éliminés dès leur entrée en lice en coupe face à une équipe de quatrième division, Hutter ne fait pas l’unanimité.

Cependant, c’est probablement à Marseille, le 20 septembre dernier que Francfort a réellement lancé sa saison. Depuis cette victoire arrachée dans les dernières minutes, les coéquipiers de Sébastien Haller n’ont concédé que deux défaites. Autrement, c’est deux matchs nuls et pas moins de dix victoires toutes compétitions confondues. Ils ont notamment à leur actif une victoire 7-1 contre Düsseldorf et 4-1 contre la Lazio Rome. L’actuel cinquième de Bundesliga ne compte que trois longueurs de retard sur l’étincelant Borussia Mönchengladbach. Emmené par Alassane Pléa, les poulains sont dauphin de Dortmund.

https://twitter.com/FTalentScout/status/1069304916714405889

Emmené notamment par le jeune et prometteur Luka Jovic (quinze réalisations en dix huit rencontres toutes compétitions confondues) et le français Sébastien Haller (onze réalisations et huit passes décisives en seize rencontres toutes compétitions confondues), l’Eintracht Francfort vit un conte de fée. Leader déjà qualifié de son groupe en Europa League, Adi Hutter réitère sa performance en compétition continentale dans un groupe ou son équipe n’avait pas le statut de favori.

Nul doute que les Aigles est une des équipes à suivre cette saison en Bundesliga et en Europa League. Si l’équipe parvient à garder ses cadres cet hiver, il ne serait pas étonnant de les voir réaliser un beau parcours en championnat mais également en Europe à l’image du Red Bull Salzbourg la saison passée.