Auteur d’une riche discographie alternant pop et rock, de “Your Song” à “I’m Still Standing”, la star anglaise aura aussi œuvré pour des défis divers et variés : du combat contre le SIDA à la présidence du club de Watford…

55 années de carrière musicale derrière lui, Elton John apparaît comme un chanteur touche-à-tout. En 1976, l’interprète de la bande originale du « Roi Lion » devient président des Hornets, alors club de D4 anglaise. Sept années plus tard, le club finit deuxième de D1 derrière Liverpool. Comment la politique de “Rocket Man” s’est-elle avérée décisive ? Ses 25 ans à la tête du club ont-ils pour autant toujours été joyeux ? Eléments de réponse ici.

It’s a sad… sad situation…

En 1976, Elton John sort son onzième album studio : “Blue Moves” dont le principal tube s’intitule “Sorry Seems To Be The Hardest Word”. Cette ballade évoque une relation amoureuse qui s’effondre. Elle coïncide pourtant avec le début d’une très belle histoire avec le club de cœur du chanteur.

Mais la mélancolique mélodie résonne parfaitement avec la triste position du club au moment où Elton John décide de s’en charger : “It’s a sad… sad situation”…Au milieu des années 1970 et après 95 années d’existence, le club de Watford n’est jamais parvenu à atteindre l’élite. Alternant entre les divisions inférieures, c’est un miracle s’il fait plus de 2 ou 3 années en D2…

Vicarage Road, un stade modeste de D4 dans les années 1970 (Crédit photo : Pinterest, Victor Figueiredo)

Quatre ans auparavant, en 1972, les Hornets étaient encore aux portes de l’élite. Ils avaient connu leur âge d’or en étant vainqueurs de la D3 en 1969 et demi-finalistes de la FA Cup en 1970. Mais à la fin de la saison 1975/1976, le club nage dans le ventre mou de la D4.

Les Hornets se font une raison : ils sont condamnés à divaguer dans les divisions professionnels sans jamais parvenir à fouler les pieds en Premier League. Le club voit les entraîneurs se succéder, sans résultat concluant. En 1971, Ken Furphy est remplacé par George Kirby, à son tour remplacé en 1973 par Mike Keen.

Fan du club depuis tout petit, Elton John décide de prendre l’affaire en main. Le 11 mai 1976, son nom résonne dans tout Watford, mais l’onde ne sera pas plus forte que celle des poteaux carrés le lendemain. Le chanteur avait déjà montré son amour pour le club en 1974 avec un concert à Vicarage Road en compagnie de Rod Stewart, rien que ça !

Quand le bling-bling et le football se rencontrent (crédit photo : Rolling Stone)

Objectif Lune pour Rocket Man

À peine arrivé à la tête du club, Elton John voit les choses en grand et ne cache pas ses ambitions d’atteindre la première division.

Si l’année 1976/1977 s’avère peu concluante (septième de D4), Elton John sait se montrer pragmatique. L’intreprète de “Tiny Dancer” décide à l’issue de la saison de faire valser Mike Keen et ose amener un jeune entraîneur inconnu du nom de Graham Taylor (32 ans), tout droit sorti de Lincoln City.

L’entente entre les deux hommes est parfaite. Si Elton John s’occupe de tout l’aspect financier en posant beaucoup d’argent sur la table, il laisse à Taylor une grande liberté dans la gestion de l’équipe.

Une entente idéale (crédit photo : Mirror)

Grâce à son apport financier conséquent, Elton John est ainsi à l’origine de l’arrivée de futures légendes du club telles que John Barnes (79 apparitions avec l’Equipe d’Angleterre) ou Kenneth Jackett (337 matchs pour Watford).

La première année du tandem John – Taylor est tout à fait monstrueuse. Le club remporte la D4 avec la meilleure attaque et la meilleure défense du championnat. La saison suivante, Watford remet les pieds en D2 après avoir fini deuxième de D3. Trois ans plus tard, les Hornets parviennent enfin à intégrer l’élite.

Mais le plus beau reste encore à venir. Elton John voit toujours plus haut. Il continue d’investir des sommes importantes pour optimiser le niveau du club. Le personnage qu’il incarne joue pour beaucoup : le club devient très attractif et les fans sont de plus en plus nombreux.

La saison 1982/1983 est la plus belle de l’histoire du club, et pour cause ! Watford termine deuxième du championnat, derrière l’intouchable Liverpool FC. Si la saison 1983/1984 voit les Hornets finir seulement onzième, le club va jusqu’en finale de FA Cup.

1982/1983 : la plus belle saison de l’histoire de Watford, une équipe qui marche sur toutes les équipes sauf Liverpool FC (crédit vidéo : YouTube, Widow Maker)

Deux êtres vous manquent et tout est dépeuplé…

Le club tient encore deux années dans l’élite. Mais Graham Taylor a des envies d’ailleurs et part pour Aston Villa. Parallèlement, l’importance d’Elton John dans le club diminue, le chanteur se concentrant à nouveau sur sa carrière musicale.

Privé de ses deux grands hommes, Watford sombre alors. Vingtième du championnat lors de la saison 1987/1988, le club s’écroule et fait face à de grandes difficultés financières. En 1996, Watford retrouve même la D3.

Les deux hommes de retour au premier plan à la fin des années 1990 (crédit photo : Birmingham Mail)

Alors, en 1997, Graham et Elton reviennent tous les deux en même temps. La stratégie du club redevient financièrement offensive et l’équipe s’accapare de nouveaux joueurs. Les Hornets remontent successivement la D3 et la D2 pour connaître une rechute brutale. Pour son retour en Premier League en 1999/2000, Watford finit dernier avec 24 petits points.

Graham Taylor dit définitivement “au revoir” à Vicarage Road en prenant sa retraite en 2001. Les problèmes d’argent du club laissent Elton John impuissant dans un contexte de Premier League de jour en jour plus riche, l’écartant définitivement de la présidence du club.

Et aujourd’hui ?

En Premier League depuis 2015, Watford est devenu ces dernières années un résident du milieu de tableau. Si le président du club est aujourd’hui Scott Duxbury, Elton John jouit du statut distinctif de président honoraire à vie.

Restant très proche de Watford, Elton John est resté un personnage influent et important du club. En 2005, alors que Vicarage Road était vendu depuis 2003, une campagne de fonds ainsi qu’un concert de la star britannique ont permis le rachat du stade pour 8 millions d’euros. En 2014, une tribune de l’enceinte prend son nom.

Le concert d’Elton John pour permettre le rachat de Vicarage Road (crédit vidéo : YouTube, magicman87)

Toujours très proche de son club de coeur, il continue de jouer un rôle pour le club en faisant office de scouting.

« Il est en communication constante, avec des opinions sur la façon dont l’équipe a joué, sur les joueurs, sur qui nous devrions signer. Il recommande des joueurs dont je n’ai jamais entendu parler et je dis que je vais le transmettre à mon service de scouting. Ils reviennent et disent: “Ouais, ouais, très bon joueur, regardons ça.” Il a une connaissance encyclopédique des joueurs de division inférieure. C’est incroyable. Il regarde tout, il a une vraie connaissance des joueurs et une passion absolue pour le club de football. Ce n’est pas superficiel ».

Scott Duxbury pour TalkSport à propos d’Elton John

Plus qu’un simple grand homme de Watford, Elton John symbolise à lui seul l’histoire du club. Les Hornets lui doivent l’arrivée de Graham Taylor, les plus belles années du club. Son importance ne s’est vue que renforcée quand il a quitté Watford en 1988. Aussitôt, le club a sombré. Il aura encore fallu d’un retour de sa part pour redresser la barre. Mais l’émergence du football business dans les années 2000 a montré que la fortune de la star n’était plus suffisante. Aujourd’hui plus en retrait, Elton John n’est pas non plus déconnecté du club. En effet, il garde un contact régulier avec le président actuel à propos des pépites des divisions inférieures.