Auteur d’un Euro 2016 intéressant avec la Turquie à l’époque, le peuple turc avait été impressionné par les prestations du jeune talent de 21 ans. Les tribunes se levaient carrément quand il touchait la balle. Cependant, plus le temps passe et plus la carrière de Mor devient un cauchemar.

Il était même annoncé comme le prochain Messi ! (crédit : Twitter RFI)

Avec seulement trois titularisations en quinze matchs cette saison, le jeune turc connaît un début de saison très compliqué avec le Celta Vigo qui se positionne aujourd’hui à la onzième place de la Liga. De plus, Emre Mor connaît aussi des difficultés en dehors des terrains car le joueur de 21 ans avait été écarté du groupe la saison passée par les dirigeants suite à un comportement jugé non professionnel. L’aventure à Vigo est pour l’instant cauchemardesque !

De la banlieue à l’Estadio Balaidos !

Natif de Copenhague, le 24 juillet 1997, d’un père Turc, Ersoy Mor, et d’une maman Macédonienne, Güzela Bekirov, le jeune turc a commencé à jouer au football dès son plus jeune âge, soit à l’âge de quatre ans. C’était dans un petit club de banlieue de la capitale danoise, le Brønshøj BK, avant de rejoindre, en 2006, la formation de Lyngby Boldklub. Son premier contrat professionnel, Emre l’a signé en faveur du FC Nordsjælland en 2015 où, encore peu connu médiatiquement, il a joué treize matchs en tant que professionnel pour deux buts inscrits dès sa première saison. Le sélectionneur turc de l’époque Fatih Terim, ayant déjà repéré le jeune joueur bi-national (Danois et Turc), a réussi à convaincre le petit, encore mineur, et son père, en prison à ce moment-là pour une peine de quatre mois à cause d’un accident de la route avec une voiture non-assurée, de rejoindre la sélection de Turquie. Son premier match avec la sélection s’était joué à Antalya contre le Monténégro où il avait réussi à impressionner les fans turcs avec sa technique et ses accélérations. Par la suite, il avait su convaincre le peuple turc et Fatih Terim pour être sélectionné dans la liste des 23 pour l’Euro 2016. Grâce à un championnat d’Europe réussi, le jeune de 21 ans s’était fait repérer par les grands clubs très rapidement. Il avait donc choisi de rejoindre le Borussia Dortmund de Thomas Tuchel, l’actuel entraîneur du PSG, pour une somme qui avoisinait les 10 millions d’euros mais le joueur du Celta avait été très peu utilisé par l’entraîneur allemand car il avait seulement disputé huit matchs (toutes compétitions confondues). Un bilan assez compliqué pour un joueur qui était montré comme le prochain Messi. Par la suite, le joueur a été transféré au Celta Vigo et ce n’est pas la rose pour l’instant avec la Celtica !

Image associée
Un joueur qui n’hésite pas à montrer sa richesse sur les réseaux sociaux (crédit : image farodevigo.es)

Il était annoncé comme le futur du Signal Iduna Park

En 2016, Emre Mor avait effectué un transfert surprise du Borussia Dortmund au Celta Vigo, confirmé par le club de Bundesliga. L’international turc avait été pourtant pressenti de rejoindre l’Inter Milan pour un contrat de prêt, mais les pourparlers avec la Serie A s’étaient rompus une fois que le BVB s’était aligné sur le dossier. Il était l’un des meilleurs joueurs du club lors de la pré-saison cet été. Mais avec la signature de Andriy Yarmolenko, Emre Mor pensait qu’il ne pourrait plus atteindre le sommet avec le Borussia Dortmund. C’est dans cet esprit que l’international turc avait décidé de rejoindre le Celta Vigo lors de l’été 2017. Les Espagnols ont été tellement impressionnés par le joueur qu’ils ont décidé de battre l’un des records de transfert de l’histoire du club. Selon plusieurs sources, le Borussia Dortmund avait reçu un paiement initial de treize millions d’euros. Malheureusement pour l’international turc (quinze sélections, un but), tout ne se passe pas vraiment comme prévu. Celui qui était considéré comme un grand espoir du football a fini la saison dernière écarté en raison d’un comportement jugé non professionnel par ses dirigeants, notamment pour ses retards à l’entraînement . Comme son ancien coéquipier Ousmane Dembelé en ce moment. Mais le jeune tricolore sait aussi faire avancer son club !

Résultat de recherche d'images pour "emre mor et ousmane dembele"
Emre Mor et Ousmane Dembelé à l’entrainement avec le BVB (crédit : image Scoopnest.com)

Des comportements qui lui feront préjudice ?

Les mois ont passé mais l’attitude du footballeur est similaire à celle qui avait provoqué le retrait du travail collectif de la saison dernière et son envoi par Juan Carlos Unzué (ex-coach du club galicien parti en mai dernier) vers les tribunes. Antonio Mohamed, le Celta Vigo et le personnel ont tout mis en oeuvre pour que l’international turc soit introduit et se sente à l’aise dans la dynamique collective. Jusqu’ici sans succès. Aujourd’hui, le joueur représente plus un problème de coût qu’une solution sportive. Ce n’est pas un hasard si Mohamed lui a envoyé deux messages lors d’une conférence de presse avec seulement 24 heures de différence ou que le poids lourd de ses vêtements lui a donné ces derniers jours une note d’attention de la part du public, en plus de différentes conversations en privé. Le club de Vigo était confiant que la situation d’Emre Mor aurait pu reprendre son cours cet été et permettre ainsi à un joueur de retrouver les qualités d’un footballeur qui ferait toute la différence. Pour le moment, cela a été impossible. Le joueur a commencé la saison depuis le banc et son attitude à l’égard du travail et des efforts samedi dernier n’était pas à la hauteur du niveau requis. Le Celta Vigo aurait pour tâche de le transférer mais il est aujourd’hui impossible de récupérer ne serait-ce qu’une fraction des treize millions d’euros qui lui avaient été versés il y a un an et demi, ce qui en faisait le deuxième contrat le plus coûteux de l’existence du club. club En attendant, il reste à insister sur leur intégration dans le groupe, même si cela se termine par la patience et l’inquiétude d’un Celta pour qui sa présence, et avec si peu de performances sportives, est un luxe difficile à maintenir. Si cette situation continue, le turc risque même de disparaître des radars ! Éviter une carrière « Mor »te.