Entrée en MLS en 2017 en même temps qu’Atlanta United, Minnesota n’a pas connu la même réussite que les Champions MLS 2018.

Lors de leur saison inaugurale, l’équipe emmenée par Adrian Heath (ex-Orlando City 2011/2016) est connue pour son passé en NASL qu’il a remporté en 2011. Mais depuis 2017, la marche est plus haute avec les débuts dans la Major League Soccer. Après deux premières saisons de petite facture, cette année 2019 pourrait bien être celle de Minnesota United pour une place en Playoffs !

Des débuts poussifs

Les attaquants de Minnesota dépités après le 6ème but d’Atlanta pour leur première à domicile (Crédit photo : David Berding/Icon Sportswire via Getty Images)

Dans l’ombre d’Atlanta United, sorti de nul part avec son recrutement osé mais très intelligent, les Loons ont dû au contraire faire avec ce qu’ils avaient déjà mais aussi recruter. Ainsi, des joueurs comme Ibson, Kévin Venegas ou encore Ramirez étaient déjà au club avant les arrivées de joueurs MLS entre autres tels que Taylor (Portland Timbers), Cronin (Colorado Rapids), Venegas (Impact Montréal) ou encore Jérôme Thiesson du FC Lucerne ! Côté draft, le Français Thomas de Villardi a été choisi par le club.

En 2018, Thiesson s’était livré sur sa vie à Minnesota et ses objectifs en MLS !

Avec cette première équipe “MLS” très remaniée pour l’occasion, les espoirs de voir l’équipe en playoffs n’étaient pas réellement d’actualité contrairement à Atlanta United. De plus, la déculotté dès leur affrontement lors du deuxième match de la saison (premier à domicile) laissait déjà entrevoir des lacunes défensives… Cette défaite précédant surtout d’une première déconvenue 5-1 face à Portland Timbers.

Sous la neige, MNUFC s’est retrouvé gelé par Atlanta : 1-6. (Crédit vidéo : Youtube MLS)

Bilan de cette première saison : neuvième de la conférence Ouest sur onze équipes en compétitions et trente-six points au compteur seulement.

Malgré les 70 buts encaissés par Francisco Calvo (le défenseur capitaine) et ses coéquipiers, le point positif de la saison que gardera en tête l’équipe est ses possibilités offensives intéressantes entre Ramirez (14 buts), Danladi (8 buts) et Molino (7 buts et 9 passes décisives).

La saison suivante est du même acabit avec 36 points encore pour une dixième place de conférence sur 12 et 71 buts encaissés. Le recrutement de Darwin Quintero comme Joueur Désigné aura fait un bien supplémentaire à l’attaque de Minnesota United entre ses 11 buts et 13 passes décisives ! Ramirez a lui aussi performé avec ses 7 réalisations pour autant de passes décisives, tout comme Ibarra auteur de 7 buts en 2018. L’attaque à donc évolué, progressé, mais il manque toujours quelque chose : une défense.

Cette défense est le point noir de Minnesota, le facteur X qui fait que le club ne progresse pas beaucoup en MLS… Les coups d’éclat de Quintero ne sont finalement que les arbres qui cachent la forêt et ses problèmes derrière.

« La direction n’avait clairement pas misée sur l’aspect défensif de l’équipe durant les saisons 2017 et 2018. C’est démontrable assez simplement (surtout pour la seconde saison), avec l’arrivée de Quintero et de Rodriguez, tous deux Joueurs Désignés. Entre blessure, jeunesse des draftés (Manley et Omsberg), un Calvo pas forcément à son poste en défense centrale et des gardiens plus que moyen… »

CM de @MNUFCfr, compte Twitter de Minnesota en français, sur les causes des problèmes défensifs de Minnesota United.

Cependant, cela ne les a pas empêché de vendre leur buteur emblématique Christian Ramirez pour la franchise d’expansion Los Angeles FC. C’est un autre Ibarra, Romario, qui aura la lourde tache de prendre la relève en attaque au côté de Quintero si le Colombien joue en 10…

Objectif Playoffs pour 2019 !

Trois ans, voilà le temps qu’ils s’étaient donnés lors de leur entrée en MLS pour atteindre les Playoffs. Et en 2019, la saison des Loons s’annonce plus radieuse que les précédentes ! Après s’être bien renforcée en attaque en 2018, l’équipe d’Heath a pu recruter en défense pour 2019 afin de s’assurer une stabilité pour atteindre son objectif final.

« Aujourd’hui, le coach et la direction ont fait ce qu’il fallait pour remédier à ce gros souci défensif. Les arrivées d’Opara et de Métanire change la donne. Calvo joue désormais à gauche et nous avons la chance d’avoir un gardien d’expérience venant d’Angleterre, Vito Mannone »

CM de @MNUFCfr sur la progression pour 2019

Effectivement, ce recrutement leur permettra d’enfin équilibrer l’équipe pour que le cap des Playoffs soit enfin atteint.

Pour commencer, Vito Mannone a été prêté par le club anglais de Reading (Championship). L’ancien gardien d’Arsenal pourra apporter son vécu européen (31 ans, 162 matchs en Angleterre, 8 en Champions League…) afin de rassurer du mieux possible une défense qui ne se connait pas encore.

En défense justement, MNUFC a fait l’acquisition du malgache Romain Métanire, en provenance de Reims, et Ike Opara, l’expérimenté défenseur central de Sporting Kansas City ! Le premier cité, international aux trois sélections avec Madagascar assurera les arrières de son côté droit tandis que l’international américain (une sélection face à la Bosnie en janvier 2018) pourra faire parler ses plus de 160 matchs en MLS pour faire part de sa grande expérience ! Associé à Michael Boxall en défense centrale, l’arrivée d’Opara va surtout permettre au capitaine Francisco Calvo de retrouver son côté gauche.

Metanine (gauche), Mannone (haut droite) et Opara (bas droite) sont les trois renforts défensifs de MNUFC !

Mais que serait une défense sans joueur pour servir de premier rempart et les lier à l’attaque ? Pas grand chose et ça les dirigeants l’ont bien compris. Fini les Fernando, Warner ou Bob au milieu. Tous les trois sont partis vers d’autres horizons. Place maintenant à une paire aussi talentueuse que prometteuse : Jan Gregus et Osvaldo Alonso !

Fraîchement arrivé du FC Copenhague, l’international slovaque sera associé à un joueur qu’on ne présente plus du haut de ses plus de 300 matchs avec Seattle Sounders. Champion MLS en 2016, vainqueur de la Coupe des États-Unis en 2009, 2010, 2011 et 2014, l’international cubain a aussi connu une sélection au MLS All star Game 2012 !

Gregus et Alonso peut être la paire complémentaire qui permettra l’équilibre entre attaque et défense !

Ces arrivées au milieu de terrain ainsi qu’en défense (jusqu’alors le talon d’Achille de Minnesota United combinées à une attaque déjà très prometteuse) aidera sans aucun doute l’équipe à se qualifier pour les Playoffs de la MLS qui est son objectif. Sans quoi l’avenir de son entraîneur sera plus qu’incertain.

Voici l’équipe type de la saison 2019.
Modulable avec Quintero qui peut aussi jouer en pointe avec R. Ibarra (crédit : DemiVolée.com)

Cette équipe type équilibrée peut bien évidemment connaître des modifications et est aussi renforcée avec un banc de bonne facture (offensive surtout) grâce à Ethan Finlay (ex-Columbus), blessé quasiment toute la saison dernière, Angelo Rodriguez et Mason Toye, tous trois en attaque ou Brent Kallman au milieu.

Pour couronner le tout et comme un symbole, après deux ans au TCF Bank Stadium, l’Allianz Field ouvrira officiellement ses portes pour accueillir Minnesota United lors du match inaugural contre New-York City FC le 13 avril 2019 ! Sa capacité sera de 19 400 spectateurs présent pour, espérons pour eux, disputer les premiers Playoffs de leur histoire grâce notamment dans son effectif un potentiel futur MVP, Darwin Quintero !