Le Fussball Club Erzgebirge Aue fait partie de ces clubs méconnues en France mais non moins historique outre-Rhin. Plusieurs fois champions d’Allemagne de l’Est, Die Veilchen (Les Violettes) sont aujourd’hui bien ancré en Zweite Bundesliga, la deuxième division nationale.

Mais pour en arriver là, ils leur aura fallu passer par un long parcours du combattant. De l’amateur au doublé coupe/championnat, de la République démocratique d’Allemagne à la réunification du pays, Aue a tout connu dans son histoire. Aujourd’hui en 2.Bundesliga, le club aurait pu connaitre la montée dès 1991 mais une sombre histoire de hooligans aura eu raison de la saison du FC Wismut Aue.


Aue est une toute petite ville situé dans les collines de l’Erzgebirge, tout à l’Est de l’Allemagne dans le Bundesländer de Sachsen faisant office de frontière avec la République Tchèque. (Credit photo : StepMap)

À jamais les premiers

L’histoire commence en 1908, année où le FC Aue, tout premier club de la ville, fût fondé. D’années en années les noms et fusions s’enchaînèrent et c’est en 1912 que le FC Alemannia Aue participe à la Gauliga Erzgebirge, la division la plus haute de sa région. Mais ce n’est que le 29 mai 1928 qu’Aue se dote de son premier stade municipale érigé sur le terrain de l’actuel Erzgebirge Stadion.

À la prise de pouvoir des nationaux-socialistes (Nazis), la Gauliga Erzgebirge fût dissoute pour créer de nouvelles ligues régionales. Néanmoins, Aue n’est pas parvenu à se qualifier dans la nouvelle Sachsen-Liga (Championnat de Saxe). Suite à ça et sous la pression des Nazis, le club fusionna avec le VfB Aue pour donner naissance au Sport Verein Aue littéralement « équipe de sport d’Aue »

L’époque communiste

À la sortie de la seconde guerre mondiale, tous les clubs sportifs allemands furent dissous afin de « dénazifier » le pays. En particulier dans l’Est où l’occupation soviétique débuta. Cependant, les clubs eurent le droit de renaître mais, état totalitaire oblige, les structures sportives furent très surveillés dans l’Est du pays. Exit donc le SV Aue pour tout recommencer.

L’histoire de l’actuel FC Erzgebirge Aue débuta le 1er novembre 1948 avec la création du BSG Pneumatik Aue. L’appellation BSG voulant dire « Bertriebsportgemeinschaft » soit « communauté sportive d’entreprise ». Concernant « Pneumatik », il s’agissait d’un parrainage avec l’usine locale de matériel de construction. Mais une réforme de 1951 amènera le club a, encore une fois, changer de nom. Les clubs doivent adopter une appellation correspondant à leur secteur d’activités. La règle était de nommer son club par « BSG + Secteur d’activité + Nom de la ville ». Seul certains clubs de l’élite pouvaient se nommer en « SC/Sport Club ». Le BSG Pneumatik Aue se transforma alors en BSG Wismut Aue. Le terme « Wismut » correspondait au secteur d’activité des mines d’uranium.

Pour vous donner une idée des secteurs d’activités, on pouvait retrouver des « Dynamo » pour la Police/Douane/Stasi (ex : Dynamo Berlin, Dynamo Dresden…), « Chemie » pour l’industrie chimique du verre et de la céramique (ex : Chemie Leipzig, Chemie Halle…), « Turbine » pour le secteur de l’énergie et de la gestion de l’eau (ex : Turbine Postdam, Turbine Erfurt…) et une dizaine d’autre appellations. Suite à ça, la DDR-Oberliga fût créée. Elle fut hiérarchiquement la première division d’Allemagne de l’Est de 1951 à 1990, date de la réunification du pays. Et c’est précisément durant cette période qu’Aue devint un club historique.

L’union fait la force

En 1954, le gouvernement en place décida que la ville voisine de Chemnitz, fraîchement renommé en Karl-Marx Stadt (littéralement Ville de Karl Marx, philosophe à l’origine du communisme, NDLR) méritait une équipe de qualité et ordonna la fusion de cette dernière avec le BSG Wismut Aue. Le club s’appella désormais SC Wismut Karl-Marx Stadt mais resta localisé à l’Otto Grotewhol Stadion d’Aue. Lors de cette fusion, tout bascula pour les Veilchen.

L’Otto Grotewohl Stadion en 1950. (Crédit photo : FC Erzgebirge Aue)

En effet, le nouveau club à la mode fit une razzia en réalisant le doublé coupe/championnat en 1955, puis enchaîna avec un deuxième et troisième championnat en 1956 et 1957. Plus rien n’arrêtait le Wismut ! Deux ans plus tard, une défaite amère 3-2 face au Dynamo Berlin priva les violets d’un second sacre en coupe d’Allemagne de l’Est mais ils se consolèrent avec un quatrième titre de champion de DDR-Oberliga. Les succès permirent aux mineurs de découvrir la coupe d’Europe des clubs champions en 1958, 1959 et 1961. Ce sont au total 16 matchs européens que les joueurs du Wismut Karl-Marx Stadt auront joué face aux Ajax Amsterdam, IFK Göteborg, Young Boys de Berne, Rapid Vienne entre autres.

Après 9 ans de succès, la fusion prit fin en 1963 où Aue retrouva son identité en tant que BSG Wismut Aue. S’en suit des années de combat pour tenter de décrocher un nouveau titre sans succès. Cependant, le BSG fut qualifier pour la Coupe de l’UEFA en 1985 et 1987 mais manqua de passer les tours de qualification à deux reprises face au FC Dnipropetrovsk (URSS) et au Flamurtari Vlorë (Albanie).

Le 9 novembre 1989, le mur séparant Berlin tomba en emportant avec lui la République Démocratique d’Allemagne. Et qui dit chute de la DDR, dit chute de la DDR-Oberliga. Ironie du sort, Aue fut relegué durant la dernière saison et descendit en DDR-Liga qui devint le troisième échelon national à la chute du mur. En 39 ans de DDR-Oberliga, Aue aura disputé 1019 matchs, ce qui en fait le record absolu. Suite à ça, le club a du se restructurer et adopta le nom de FC Wismut Aue.

Zwickau/Aue : un match inoubliable

En 1991, Klaus Toppmöller fut nommé entraîneur des Veilchen. Cette saison-là, Aue ne perdit que deux petites rencontres. Premier du championnat, Toppmöller et le Wismut se rapprochaient de plus en plus du barrage pour atteindre la 2.Bundesliga. Mais à deux journées de la fin, le 22 mai 1991, le FC Wismut Aue se deplaça chez son dauphin à ex-aequo de points, le FSV Zwickau pour LE choc du championnat. Dans un match largement maitrisé par Aue, alors qu’ils menaient 4 buts à 1, des hooligans de Zwickau créèrent une émeute et se mirent à attaquer les joueurs et arbitres. La police et les secours entrèrent sur le terrain, le match fut suspendu puis la victoire fut donné à Aue sur tapis vert. Le problème est que les buts marqués ne furent pas comptés et le Wismut finit deuxième au classement final… à cause d’un but de différence avec un certain FSV Zwickau ! Klaus Toppmöller démissionna suite à ce scandale.

Ces scènes regrettables ont été les prémices d’une grande rivalité entre les deux clubs. (Crédit vidéo : YouTube)

Remontada

Deux années plus tard, le club connu une crise après le départ de ses meilleurs joueurs et de son sponsor principal. Mais rapidement des dons arrivèrent pour sauver le Wismut. La marque de bière Bellheimer devint le sponsor principal. Deux frères, hommes d’affaires, décidèrent d’investir dans le club. L’un d’eux, Uwe Leonhardt, devint même président de 1992 à 2009.

Sauver de la faillite, les Veilchen entamèrent un nouveau départ et se renommèrent en Fussball Club Erzgebirge Aue. Après avoir retrouvé une stabilité économique, Aue acheta de nouvelles recrues de qualités (Moudachirou Amadou, Boris Lucic ou encore Mirko Ullmann). Cela permis au club de finir sur le podium et de se qualifier pour la toute nouvelle Regionalliga Nordost, la troisième division de l’époque.

Six saisons plus tard, Aue se classa une nouvelle fois troisième du championnat mais la Regionalliga Nordost fut élargie et devint la Regionalliga Nord. La Nordost passa au quatrième échelon national. Autrement dit, malgré une troisième place synonyme de montée, Aue resta englué en troisième division. Le club remporta par trois fois la Sachsen Pokal (Coupe de Saxe) en 2000, 2001 et 2002. Puis en 2003, le rêve devint réalité. L’Erzgebirge fut sacré champion de troisième division et s’envola pour la 2.Bundesliga !

L’ascenseur

Le club se maintiendra cinq saisons avant de chuter pour la création de la toute nouvelle 3.Liga en 2008. Ils remontèrent dans l’antichambre de la Bundesliga en 2010 pour refaire l’ascenseur en 2015/2016, où ils terminèrent seconds de 3.Liga derrière leurs ennemis du Dynamo Dresden.

La saison dernière fut catastrophique. Après une seizième place le FC Erzgebirge, Aue se retrouva barragiste face à Karlsruhe. Si le match aller fut peu rassurant avec un score nul et vierge, le retour à l’Erzgebirgesstadion se passa beaucoup mieux avec une victoire 3-1 des locaux. Aujourd’hui dans le ventre mou de la 2.Bundesliga, Aue se bat pour continuer à vivre son rêve dans le monde professionnel et pourquoi pas un jour atteindre le Graal en montant en Bundesliga.

Petit stade mais grand public, petite ville mais grand club, les Veilchen incarnent passion, travail et courage. Leur histoire, comme celle de nombreux clubs d’ex-Allemagne de l’Est, est une leçon de vie. Connaître la gloire, retomber dans l’anonymat, mais ne pas sombrer et se relever.