Le FC Sankt Pauli est un club de 2. Bundesliga créé en 1910. Si son palmarès est vierge de titres majeurs, le club est néanmoins très populaire en Allemagne ainsi que dans le monde. Pour quelles raisons ? 

C’est le 15 mai 1910 que le FC Sankt Pauli voie le jour dans la banlieue d’Hambourg. Plus précisément au niveau du port d’Hambourg, près du Quartier Rouge. Entres les maisons closes et les tavernes de marins, il ne pouvait qu’en ressortir un club populaire, de valeur. 

Le tunnel d’entrée des joueurs au Millerntor Stadium. Welcome to Hell. (Crédit Photo : laminutefootball)

Sankt Pauli, club engagé 

Le FC Sankt Pauli n’est pas un club comme les autres, il est unique au monde. Tout d’abord, il est réputé pour son côté antifasciste, anti-homophobe et contre le sexisme.

« Le club combat activement l’homophobie et la discrimination depuis plusieurs années. Avec ce drapeau ((le drapeau LGBT qu’ils ont hissé de façon permanente sur leur toit, ndlr), nous donnons un signe très visible que ce thème a énormément d’importance pour le FC St Pauli et que nous y travaillons avec détermination. » Gernot Stenger, vice président du club. 

Ces revendications ont offert au club un gain de popularité incontestable. Tout d’abord, le club compte 280 clubs ou associations de supporters partout dans le monde. Cela passe des Birmingham Brown Boys aux Brown White Tulips aux Pays Bas. Ensuite, les trente milles places du Millerntor Stadion sont régulièrement pleines. St Pauli dispose d’un des publics les plus fidèles et unique d’Allemagne. En octobre avait lieu le premier derby contre Hambourg en deuxième division (0-0), l’ambiance d’un côté comme de l’autre était sensationnelle. Enfin, St Pauli s’autoproclame premier public féminin d’Allemagne. 

Les Bruns et Blanc inspirent également d’autres équipes comme le tout nouveau Detroit City FC. La franchise américaine dispose d’une mentalité très germanique et le match amical face à St Pauli avait rassemblé un grand nombre de supporters communiant aussi bien avec leur équipe que les joueurs et supporters allemands. 

Bientôt de retour sur le devant de la scène ?

Le FC Sankt Pauli a disputé trente trois saisons dans l’élite du football allemand. Cela fait depuis 2012 qu’ils évoluent dans l’antichambre de la Bundesliga et rêvent de remonter. Il est difficile d’affirmer que le club de la banlieue d’Hambourg est un grand club allemand puisqu’il ne possède aucun titre national majeur si ce n’est une 2. Bundesliga acquise en 1977. À l’époque, le championnat était divisé en section Nord et Sud. Pour l’anecdote, c’est le VFB Stuttgart qui avait remporté la section Sud cette saison-là.   

La saison passée fut cauchemardesque pour les Blancs et Bruns. Il aura fallu attendre la dernière journée pour acter le maintien du club en championnat. Les deux victoires lors des trois dernières rencontres ont sauvé le club d’une relégation en troisième division qui n’a malheureusement pas échappée à un autre club historique : Kaiserslautern. 

Toutefois, cette saison 2018/2019 est bien meilleure. St Pauli se situe à la quatrième place d’une 2. Bundesliga dominée par le FC Cologne et les rivaux de toujours, le HSV Hambourg. Le club s’appuie notamment sur des joueurs jeunes sorties de l’académie ainsi que des joueurs plus expérimenté ayant connu la première division de leur pays. Ainsi, on peut retrouver Henk Veerman (Heerenven), Ryo Miyaichi (Arsenal) ou encore Mats Moller Daelhi, recruté à Fribourg cet été. De plus, l’académie de St Pauli est également performante. Outre les jeunes joueurs d’ores et déjà dans le onze de départ des Blanc et Bruns, on retrouve des jeunes comme Svend Brodersen, gardien de l’Allemagne U20 lors de la Coupe du Monde 2017.

La banderole des supporters du club : « Dites le fort, dites le clairement : les réfugiés sont les bienvenus ici ! »

En conclusion, le FC St Pauli est un club qui amènerait un vent de fraîcheur et d’originalité en Bundesliga. Les Bruns et Blanc se battent avec l’Union Berlin, club toujours invaincu dans ce championnat, pour accrocher la place de barragiste. Malheureusement, les deux premières places synonymes de montée directe en Bundesliga semblent d’ores et déjà promise à Cologne et l’ennemi juré : Hambourg.