Aujourd’hui, c’est une journée assez spéciale pour les amoureux du football turc. Istanbul sera au cœur du spectacle et accueillera le grand derby entre Galatasaray et Besiktas à 18h. Un match très décisif pour le titre de champion de Turquie.

« Oh oui ! » a dû être la réaction des deux camps après le match nul de Basaksehir sur la pelouse de Sivasspor (0-0) ce vendredi. Avec ce résultat, le derby a gagné une plus grande importance pour les deux clubs stambouliotes. Les enjeux sont énormes car les Lions se batteront pour récupérer la place de leader de la Süper Lig, alors que les Aigles Noirs auront pour mission de devancer leur adversaire du jour et rattraper les Hiboux (surnom de Basaksehir). Rendez-vous ce soir à 18h pour connaître le verdict de ce derby !

Celui qui gagne aura un très grand avantage pour le titre ! (crédit Twitter : @TurcFootball)

Un derby historique pour un titre de champion

La course au titre a évolué à un point que personne ne s’attendait à la mi-saison. Actuellement, Basaksehir a 63 points (avec un match de plus) et l’équipe d’Abdullah Avci possède un bilan mauvais lors de ces 4 derniers matchs. Les Hiboux ont en effet réalisés deux matchs nuls et deux défaites, en plus d’être suivis de près par Galatasaray et Besiktas avec respectivement 60 et 59 points. Contrairement à ce que peut démontrer le classement, la forme actuelle de ces équipes est inversée, Basaksehir a perdu douze points lors de ses six derniers matchs tandis que Besiktas en a remporté six de suite.

Un classement très serré pour une fin de saison de malade ! (crédit Twitter : TurcFootball)

Galatasaray et Besiktas ont une chance de renverser Basaksehir de son trône. Cependant, la grande question est de savoir qui va gagner le derby ? Ou, comme l’espère sûrement Basaksehir, cela va-t-il se terminer par un match nul ? Galatasaray et Besiktas ont tous deux de graves problèmes fondamentaux dans le jeu, parfois chaotique sur le terrain pour les suiveurs. Par conséquent, les talents individuels détermineront très probablement le résultat de la rencontre : couperet. À noter la forme étincelante de Burak Yilmaz, très efficace depuis son arrivée à Besiktas cet hiver. Cependant, il sera surveillé par les supporters des Lions car l’attaquant avait promis de ne rejoindre aucun club turc autre que Galatasaray avant de s’envoler en Chine. Une promesse pas tenue au final.

Ce coup franc salvateur de l’ancien striker de Galatasaray va-t-il permettre aux Noir et Blanc d’être champion de Turquie ! (Crédit Vidéo : Youtube I2)

Deux entraîneurs qui se confrontent… pour la quinzième fois

Le match de ce dimanche sera également la quinzième fois que deux géants du football turc s’affrontent. Fatih Terim, entraîneur de Galatasaray, et Senol Gunes, de Besiktas. Deux vétérans avec de multiples titres de champions qui chercheront sans doute à compléter leurs exploits en Süper Lig.

C’est le jour J ! (crédit Twitter : TurcFootball)

Les équipes dirigées par Terim ont remporté sept victoires contre Besiktas, alors que dans la comparaison, celles dirigées par Gunes n’ont obtenu que deux victoires contre les Lions. Cinq autres matches opposant Gunes et Terim se sont soldés par des nuls. Terim se vantant également d’avoir obtenu la suprématie sur Gunes alors que les équipes qu’il a entraînées ont marqué dix-huit fois plus que les hommes de du futur sélectionneur de la Turquie.

Les deux hommes, maintenant dans la soixantaine, ont suivi une carrière similaire. Ils ont commencé comme joueurs dans les années 1960, étaient coéquipiers de l’équipe nationale et ont terminé leurs carrières de joueurs presque au même moment. Ils étaient tous deux capitaines au cours de leurs carrières et devinrent les entraîneurs les plus recherchés en Turquie. Terim et Gunes sont également crédités d’avoir conduit l’équipe nationale à son apogée dans les années 2000.

Senol Gunes reprendra le contrôle de l’équipe nationale lorsque son contrat avec Besiktas se terminera à la fin de la saison. Terim, pour sa part, a été amené à Galatasaray l’année dernière après s’être séparé de l’équipe nationale. Bien qu’il soit courant que les équipes turques incluent autant de joueurs étrangers que possible dans les onze de départ, la majorité des buts que les équipes ont marqués les uns contre les autres étaient de courtoisie d’internationaux. Dans les 23 derbys entre les deux de la dernière saison, les joueurs étrangers ont marqué 36 buts sur 55 au total.

Résultat de recherche d'images pour "fatih terim ve senol gunes"
Senol Gunes et Fatih Terim, adversaires d’un soir. (crédit image : aa.com)

Plus qu’un match pour Onyekuru et Donk

Cette constellation de stars signifie que les Lions défendront avec succès le titre s’ils gagnent tous les matchs à venir. Cimbom (l’autre nom de Galatasaray) possède donc un très grand avantage sur Basaksehir ou Besiktas. Mais à quoi faut-il s’attendre réellement ce week-end ?

Les récents matchs contre les rivaux des villes, Besiktas et Fenerbahçe, ont provoqué des maux de tête à Galatasaray. Sur les 15 derniers derbys, les Lions n’ont gagné qu’une fois. Trop peu dans ce cas. Henry Onyekuru, attaquant de Galatasaray, est toutefois convaincu que l’avantage de son équipe est le fait que les Lions joueront à la maison contre ses deux rivaux. Et selon lui, c’est un facteur décisif.

« Avec le soutien de nos fans, nous voulons tout donner à 100% et gagner le match ! »

Henry Onyekuru cette semaine en conférence de presse

Quand on lui a demandé s’il resterait en Turquie la saison prochaine, le lion prêté par Everton cette saison, a déclaré qu’il se concentrait actuellement sur ce qui allait lui être réservé sur les quatre prochains matchs. « Nous avons quatre matchs devant nous. Mon plus gros objectif est de remporter le titre. Nous verrons tous ce qui vient après ».

Résultat de recherche d'images pour "onyekuru"
Il sera très important pour Fatih Terim ce soir. (crédit photo : cameditsport)

Ryan Donk, le Néerlandais dans les rangs de Galatasaray, attache aussi une grande importance au derby contre Besiktas. Il le voit comme un match éliminatoire pour le championnat. « Nous allons jouer l’un des matchs les plus importants sur la route du titre ici », a-t-il déclaré. « Nous avons l’avantage à la maison et la façon dont nous commençons le match sera cruciale pour le résultat. Nous devons bien commencer la rencontre si nous voulons gagner le match ».

Résultat de recherche d'images pour "ryan donk sampiyon"
Ryan Donk va-t-il vivre cette joie pour la deuxième fois consécutive ? (crédit image : HaberTurk)

Une minute de silence pour Josef Šural

Mais ce derby aura une saveur particulière, sans doute plus que les autres fois. En effet, la Süper Lig a été touchée dans sa chair suite au décés tragique du footballeur international tchèque Josef Šural, évoluant à Alanyaspor. Six de ses coéquipiers ont été blessés. L’attaquant de 28 ans laisse derrière lui ses deux jeunes filles, lui qui a succombé à se soigner blessures à son arrivée à l’hôpital malgré une opération chirurgicale d’urgence.

Sept joueurs d’Alanyaspor ont pris le monospace pour revenir du match nul 1-1 du club contre Kayserispor dimanche et ont écrasé le bus à cinq kilomètres de la ville côtière d’Alanya, dans le sud du pays. L’agence Anadolu a rapporté que le conducteur de la fourgonnette avait été arrêté à la suite de l’accident et qu’une enquête a été ouverte.

« Sept de nos footballeurs ont loué un véhicule privé », a déclaré Alanyaspor à la presse. « Malheureusement, à l’entrée de la ville, malgré le fait qu’il y ait deux conducteurs dans le véhicule, l’accident est survenu parce qu’ils dormaient tous les deux ». L’Agence Anadolu, gérée par l’État, a identifié les joueurs blessés comme étant Wanderson Baiano, Steven Caulker, Isaac Sackey, Papiss Demba Cissé, Welinton Souza et Djalma Campos. La fédération turque a déclaré qu’une minute de silence serait observée pour Šural au début des matches de championnat de cette semaine. Y compris le Derby. Évidemment.

Résultat de recherche d'images pour "josef sural rip"
Qu’il repose en paix. Nous t’oublierons pas Josef Sural… (crédit image : J9HD)

Ce soir, les joueurs auront intérêt à mettre leur vie en jeu sur le terrain (au sens figuré) car les supporters n’auront aucune pitié après le match en cas de perte de points. À 18h, la Turquie va s’arrêter car ça va surement être le plus grand spectacle de la saison, le titre de champion est en jeu. Un match sera diffusé sur Bein Sports. Aucune excuse pour rater le derby !