Transféré en 2017 lors du mercato d’été au Milan AC, le natif de Mannheim (Allemagne) est en train de connaître sa deuxième saison avec les Diavolo. Il avait signé pour une somme qui avoisinait les 22 millions d’euros. 

Milan AC, acte II. Dans la cité lombarde, Hakan Çalhanoglu, né en 1994, connaît une performance de neuf buts et quinze passes décisives en soixante-un matches depuis son arrivée. Cependant, son équipe est loin de connaître un très bon début de saison. Les Milanais se positionnent à la cinquième place de Serie A et pouvaient même être relégué à la sixième position si la Juventus ne s’était pas imposée face à l’AS Roma de Cengiz Under samedi soir. Les Turinois permettent aux Rossoneri d’être à un cran de la 4ème place, synonyme de qualification en Champions League.

Le Milan à un point de la Lazio (4ème) et à 22 points de la Juventus, leader (crédit Twitter : AtakanANIL)

Un joueur fidèle à la culture de ses parents

De la vallée de Çoruh à celle du Pô. Le joueur d’origine turc vient de loin, d’un château, celui de Bayburt, le centre millénaire d’un plateau qui s’étend de Trabzon à Erzurum et qui vient d’Anatolie. Les Arméniens ont appelés cette même ville Baydbert, nommée « Baiberdon » par l’empereur romain Justinian. Cette ville a toujours souffert d’une énorme distorsion économique entre Istanbul et Izmir et n’a connu qu’un développement très rapide.
Dans les années 70, l’air était presque irrespirable dans la ville de Bayburt. Donc comme des milliers d’autres pères de famille, le clan Çalhanoğlu est attiré par une annonce dans le journal. Il y a du travail à « Almanya » en Allemagne et le travail demandé était principalement destiné à des personnes turcs. La famille Çalhanoğlu s’installe dans le pays teutonique et c’est à Mannheim qu’Hakan, fils de Hüseyin, va naître.

Loin de Bayburt, l’Anatolie restera pour Hakan Çalhanoglu une idée attrayante, surtout en 2011, alors qu’il est à deux pas d’un transfert à Trabzonspor. Le père du numéro 10 du Milan est tellement convaincu de le ramener chez lui que cela le pousse à signer un contrat avec le club de la mer Noire. Ce sont des heures trépidantes au cours desquelles Hakan Çalhanoglu évalue l’avenir de sa carrière pour finalement décider de rester en Allemagne à Karlsruhe. À Trabzon, ils le prennent mal. Ils menacent d’un procès à la FIFA. La peine viendra des années plus tard et obligera le joueur de Gennaro Gattuso, devenu entre-temps « 10 » du Bayer Leverkusen, à être écarté des terrains pendant quatre mois. Reconnaissant l’erreur commise dans sa jeunesse, le joueur de 24 ans décide de ne pas peser sur les coffres de Leverkusen et de renoncer à son salaire pendant la période où il vivait loin des terrains de Bundesliga. Un geste de grande classe !

Résultat de recherche d'images pour "hakan calhanoglu with bayburt"
Un cadeau du président de Bayburtspor à l’enfant de la ville ! (crédit image : SkorSozcu)

Un transfert à Trabzonspor avorté en 2011

Le talent est certain et en Turquie, on l’a vite compris. Çalhanoglu était un jeune joueur à Karlsruhe quand il a reçu 100 000 € après avoir paraphé son contrat. Il y passera quatre ans entre 2009 et 2013 pour passer pro en 2011. Mais il n’a jamais rejoint le club de Trabzonspor, malgré le souhait de sa famille, prolongeant au final son contrat avec Karlsruhe. Le TAS a déclaré que l’interdiction de la FIFA, qui avait été gelée en attendant le verdict de l’appel, « est rétablie avec effet immédiat ». La suspension était de quatre mois pour rappel. Le joueur turc avait manqué les matches de Leverkusen en Ligue des Champions contre l’Atletico Madrid et le reste de la saison de Bundesliga. « C’est un coup dur pour Hakan, mais aussi pour nous« , avait déclaré le directeur sportif de Leverkusen, Rudi Voller, dans un communiqué. De plus, il avait déclaré aussi que le « Bayer Leverkusen n’avait rien à voir avec les événements de 2011, nous sommes maintenant sévèrement punis. Leverkusen n’était pas impliqué dans la violation de Çalhanoglu, qui avait eu lieu lorsqu’il avait prolongé son contrat avec Karlsruhe en 2011. Nous regrettons évidemment cette décision, que nous ne pouvons en aucun cas suivre « .

Le club turc a déposé plainte auprès de la FIFA en avril 2013. Le joueur de la Turquie avait également joué pour Hambourg (38 matches, 11 buts) depuis son départ de Karlsruhe. Trabzonspor avait donc contesté le jugement de la FIFA dans cette affaire et le TAS avait déclaré que l’appel du club n’avait été que partiellement pris en considération. « Le club a demandé la restitution de 100 000 €, le paiement anticipé au joueur ainsi qu’une compensation d’un million d’euros « , avait déclaré le tribunal. Eh oui, il faut réfléchir à deux fois avant d’agir !

Mais vous inquiétez pas, le joueur de 24 ans continue à voyager à Trabzon, les supporters de la ville ne sont plus en colère contre le joueur (crédit Twitter : Spormaniccoms)

Un joueur timide avec le système de Gattuso

À l’été 2017, le milieu offensif était l’un des onze joueurs recrutés par l’AC Milan. Il a été acheté pour 21,30 millions d’euros au Bayer Leverkusen. Depuis, il a eu un impact considérable sur l’équipe et a été un joueur clé de l’équipe de Gennaro Gattuso. Cependant, l’international turc (38 sélections, 9 buts) connaît des performances en dents de scie récemment, ce qui pourrait le conduire à son départ dès janvier. Hakan Çalhanoglu est un nom connu dans le monde entier, principalement pour sa capacité en coup-franc. Gennaro Gattuso l’a trouvé très utile la saison dernière, mais le changement tactique a eu un impact négatif sur le joueur. Le passage d’un 4-3-3 à un 4-4-2 a éliminé la position principale de Çalhanoglu. En effet, il aime jouer sur l’aile et continuer à attaquer, ce que la nouvelle formation ne lui permet pas aux côtés de Calabria. Ce schéma tactique transforme l’international turc en un joueur timide. La saison dernière a pourtant été prometteuse pour l’attaquant : il avait inscrit six buts en championnat et réalisé huit passes décisives. Il s’est révélé être un joueur important dans l’équipe.

La patte en or qui a permit de réaliser une bonne première saison avec le Milan AC ! (crédit vidéo : Youtube)

L’arrivée de Lucas Paquetà joue également un rôle dans son probable départ. Milan a déboursé 35 millions d’euros pour faire venir le prodige brésilien de Flamengo à partir de janvier 2019. Le même style ou presque, ce qui ne laisse aucune place à Çalhanoglu. Selon certains médias allemands, l’Eintracht Francfort et le RB Leipzig est intéressé par l’enfant de Bayburt !

Le Milan obligé de se séparer de sa star turque ?

Oui mais voilà, Hakan Çalhanoglu est attaché au peuple des Rossoneri ! Le voir partir si tôt serait injuste pour le joueur. Pourquoi ? Tout simplement parce que le Diavolo a été un joueur clé la saison dernière et a permit à l’équipe de Gattuso de se qualifier en Europa League. Il forme une grande attaque avec Suso et Gonzalo Higuain. Il pourrait continuer à le faire s’il pouvait s’adapter au changement de formation. Mais de l’autre côté, le départ de l’ancien joueur du Bayer Leverkusen peut être vu comme une stratégie. Les fonds de son transfert les aidera sûrement alors qu’ils sont dans le collimateur du fair-play financier. Mais beaucoup pensent aussi que le joueur pourrait être sacrifié pour faire briller Lucas Paqueta. À suivre donc.

Résultat de recherche d'images pour "lucas paqueta milan a"
Voici Lucas Paqueta, la nouvelle pépite du Milan AC ! (crédit image : AC MILAN – Zone)

En fin de compte, la décision est entre les mains de Leonardo, revenu au bercail au poste de directeur sportif. Est-ce qu’il sacrifiera un joueur talentueux qui n’a encore que 24 ans ou le gardera-t-il pour qu’il puisse faire carrière à l’AC Milan ? À voir dans les prochains jours !