Depuis l’annonce du départ de Bruno Génésio le 13 avril dernier, on ne connaît toujours pas la nouvelle identité du prochain coach lyonnais. Jean-Michel Aulas, qui cherche la perle rare, doit-il casser sa tirelire pour faire venir un grand nom sur le banc ?

Hier soir au Groupama Stadium, les amoureux de la Ligue 1 ont assisté à une opposition de qualité entre Lyon et Lille. Un match nul, loin de l’être (2-2) où Rhodaniens comme Dogues se sont rendus coups pour coups. Si le LOSC disputera directement la Champion’s League la saison prochaine, l’OL devra encore assurer sa troisième place aujourd’hui menacée. Pour assurer aussi leur avenir plus sereinement car ce sera sans Bruno Genesio. De nombreuses pistes sont citées pour nommer le futur nouvel entraîneur de l’OL. Le président lyonnais s’active pour trouver un successeur à Bruno Génésio et aurait une préférence pour un coach francophone, afin de faciliter son intégration. Tour d’horizon des pistes que pourraient envisager le président Aulas.

Grand nom… gros salaire

Cette saison, Bruno Génésio avait seulement le dixième salaire des coachs de Ligue 1 (100 000 euros mensuel), un tarif bien loin des cadors comme Thomas Tuchel (420 000 €), Leonardo Jardim (333 000 €) ou Rudi Garcia (250 000 €). Si le président lyonnais veut un coach de renommée, il devra sortir le chéquier et s’aligner sur des tarifs bien plus élevés que ces dernières saisons.

Si l’emblématique président de Lyon voulait attirer José Mourinho dans son club, il devra au moins multiplier le salaire de Bruno Génésio par douze ! Voire même plus car « The Special One » touchait environ 16 millions d’euros par an à Manchester United.

Laurent Blanc, qui lui aussi est une piste possible pour le club rhodanien, gagnait 7 millions d’euros par saison au Paris SG. C’est à l’heure actuelle la piste la plus chaude. Son nom ferait l’unanimité au sein du board de l’OL. L’ancien coach parisien attend toujours un nouveau banc depuis 2016. Le nom d’Arsène Wenger est aussi avancé. L’ancien manager d’Arsenal émargeait à environ 9 millions d’euros annuel. Ces trois coachs sont libres mais l’état-major lyonnais acceptera-t-il de telles conditions salariales ?

José Mourinho est libre depuis décembre 2018 (crédit photo : SB Nation)

Un technicien étranger sur le banc lyonnais ?

Depuis longtemps, « JMA » a toujours choisi des entraîneurs français voire même des profils qui connaissaient déjà l’institution lyonnaise. Depuis les années 2000, Jacques Santini, Paul Le Guen, Gérard Houllier, Alain Perrin, Claude Puel, Rémi Garde, Hubert Fournier et enfin Bruno Génésio se sont succédés sur le banc lyonnais. Mais Jean-Michel Aulas que l’on sait proche de la retraite, pourrait bien prendre une décision qu’il n’a jamais prise : recruter un coach étranger.

En plus de l’éventualité de la venue de José Mourinho, d’autres pistes étrangères sont envisagées.
Dans cette optique, l’ancien joueur du club Juninho Pernambucano pourrait être une solution. L’ancien chouchou de Gerland, qui a remporté les sept titres de champion de France avec l’OL (2002 à 2008), a toujours dit qu’il voulait revenir à l’OL. Mais le milieu brésilien n’a jamais entraîné donc le pari paraît risqué, ou alors, avec un poste d’adjoint. Une solution qui pourrait plaire aux fans lyonnais.

Un retour de Juninho à Lyon ? Peu crédible… (crédit photo : RMC Sport)

La piste Marcelo Gallardo est aussi évoquée. L’Argentin, passé par Monaco et le Paris SG, est déjà en place à River Plate avec qui il a remporté la Copa Libertadores. Son contrat se termine en 2021 et pourrait poser souci. Mais le profil de l’ancien meneur de jeu argentin plaît à Jean-Michel Aulas.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est gallardo1.jpg.
Marcelo Gallardo, le prochain coach de l’OL ? (crédit photo : Causerie Magazine)

Parmi les autres pistes étrangères, on retrouve le nom de Lucien Favre. Le Suisse est francophone et connaît la Ligue 1 puisqu’il a entrainé Nice pendant deux saisons. Cependant, l’actuel second de Bundesliga avec le Borussia Dortmund est encore sous contrat pendant un an. Certains médias internationaux ont évoqué aussi les noms d’Antonio Conte qui est libre et recherche un banc, mais aussi de l’ancien coach de Schalke 04 Domenico Tedesco, disponible depuis son éviction après une défaite 7-0 contre Manchester City en Ligue des Champions en mars dernier.

De nombreuses pistes potentielles

Le manque de charisme de Bruno Génésio étant reproché par une partie du public de Lyon, Jean-Michel Aulas devrait choisir un nouveau coach avec plus de personnalité. Parmi les entraîneurs qui intéressent Jean-Michel Aulas, certains sont déjà en poste et il sera plus difficile de les faire venir.

Patrick Vieira plaît aux dirigeants lyonnais mais le champion du monde 1998 fait une bonne saison chez les Aiglons et devrait continuer l’aventure à Nice sous certaines conditions. Entre autres, si le rachat par le milliardaire anglais J. Ratcliffe se concrétise, Vieira pourrait changer d’air.

Idem pour Christophe Galtier qui fait du bon travail à Lille et qui devrait rester chez l’actuel second du championnat. L’ancien coach des Verts a été sondé par l’OL mais aurait décliné la proposition selon Téléfoot. Une équipe où il a déjà œuvré sur le banc lyonnais lorsqu’il était l’adjoint d’Alain Perrin lors du doublé Coupe-Championnat en 2007/2008. Mais Galtier devrait rester fidèle au LOSC.

« C’est un formidable entraîneur. Christophe a gagné ses lettres de noblesse, son premier titre avec nous. Il faut s’en souvenir. Même s’il a été le très bon entraîneur de Saint-Etienne et de Lille, on a pour lui aussi des yeux admiratifs. C’est un homme bien donc il fait partie de la liste des entraîneurs auxquels vous avez pensé ».

Jean-Michel Aulas sur Christophe Galtier (olympique-et-lyonnais.com)
Christophe Galtier, de retour à Lyon ? (crédit photo : IconSport)

Hervé Renard est aussi un nom qui revient souvent. L’actuel sélectionneur du Maroc s’apprête à disputer la CAN 2019 en Égypte (du 21 juin au 19 juillet 2019) aimerait bien revenir en Ligue 1 après son expérience raté à Lille mais intéressante à Sochaux. Il pourrait donc être une alternative.

Des pistes internes existent aussi. Gérald Baticle, l’adjoint de Bruno Génésio, pourrait le remplacer même si son contrat prend fin cette saison. Voire même Reynald Pedros qui coache depuis deux saisons la section féminine de l’OL avec un certain succès. Ces deux profils connaissent déjà la maison lyonnaise.

Un président trop présent ?

L’omniprésence du président lyonnais sera aussi à prendre en considération par le futur entraîneur. La présence quasi quotidienne du dirigeant rhodanien n’est pas simple à gérer pour les coachs de l’OL. Lors du passage de Claude Puel et d’Alain Perrin, il y avait eu des étincelles.
Le nouveau coach lyonnais devra composer avec l’homme fort de l’OL – président depuis 1987 – et cela pourrait freiner certains candidats. Un coach avec un gros caractère pourrait rentrer rapidement en conflit avec Jean-Michel Aulas mais cela permettrait aussi aux Gones de passer un palier. Le président Aulas devra trancher, au risque de se confronter à un coach au caractère bien trempé.

« J’ai connu cinq entraîneurs en dix ans à l’Olympique Lyonnais. C’est déjà pas mal alors que l’on était champion ou que l’on jouait toujours la Ligue des Champions. Dans ce club, l’entraîneur reste au maximum 3 ans, comme cela a été le cas avec Paul Le Guen, sinon c’est un an ou deux. Le coach qui arrive doit s’inscrire dans l’identité du club, c’est ce qui est un peu bizarre et ne permet pas à Lyon de franchir un palier. Potentiellement, il y a des entraîneurs qui sont plus forts que certains, mais qui n’osent pas venir à Lyon parce que ce projet est un peu réducteur pour un entraîneur »

Sidney Govou (Canal+)

Pour choisir son nouvel entraîneur, Jean-Michel Aulas négocie en coulisses et dans le secret comme à son habitude. Malgré toutes les pistes évoquées, le président lyonnais pourrait très bien sortir un autre nom de son chapeau. Les choses devraient se décanter cette semaine et on ne devrait plus tarder à connaitre le nom de l’élu.