Annoncé comme une future pépite dès son plus jeune âge, Jeff Reine-Adélaïde peine à confirmer les espoirs placés en lui. Aujourd’hui à Angers, il est titulaire indiscutable. Portrait de ce joueur qui est passé par Arsenal.

Originaire de Champigny-Sur-Marne en région parisienne, Jeff Reine-Adélaïde pratique le football depuis son enfance. Il commence ce sport dans le petit club de l’US Torcy à quelques kilomètres de son lieu de naissance dès l’âge de huit ans. Le joueur évoluant aujourd’hui à Angers reste dans cette équipe jusqu’à l’âge de ses douze ans.

Convoité durant sa formation

Il faisait 1 mètre 55 pour 42 kilos et son talent ne laissait pas insensible de nombreux clubs de Ligue 1. Qualifié de « petit génie » par les recruteurs, les clubs ne voulaient pas laisser passer l’opportunité de l’enrôler. Des présidents n’hésitaient pas à rencontrer les parents pour tenter de les convaincre. C’était le cas par exemple de Robin Leproux, ex-président du PSG avant les Qataris ou de Gervais Martel, président emblématique du RC Lens. Déjà à l’époque, des sommes folles étaient posées sur la table pour des jeunes adolescents. Plus de 100 000 euros ont été par exemple proposés par certaines équipes. Et c’est finalement Lens qui obtient la signature de Reine-Adelaïde en 2010.

Jeff Reine-Adélaïde avec le maillot lensois à l’âge de seize ans (crédit photo : Mercato 365)

Il reste chez le club nordiste cinq années où il remporte notamment l’Euro U17 en étant élu dans l’équipe type de la compétition. Néanmoins, ce droitier ne dispute aucune minute avec l’équipe professionnelle, se contentant seulement d’un passage sur le banc. Sa popularité n’a pas baissé pour autant et des gros clubs sont toujours intéressés par lui. C’est finalement Arsenal qui rafle la mise en déboursant 2,5 millions d’euros.

Le grand saut à Arsenal

Comme c’est le cas de nombreux jeunes joueurs tel que Jean-Clair Todibo dernièrement, ils n’hésitent pas à aller dans un club étranger. Avec plus ou moins de réussite. Ce milieu de terrain offensif a choisi de rejoindre Arsenal dès l’âge de 17 ans. Pour Reine-Adélaïde, il est difficile de parler d’échec même s’il n’a pas beaucoup joué avec l’équipe professionnelle.

Durant deux saisons et demi chez les Gunners, il a fait un total de 45 matchs avec les différentes équipes d’Arsenal : des U18 à l’équipe A. Sa première saison en 2015-2016 est encourageante. Il dispute des matchs amicaux avec la formation professionnelle comme face à Lyon durant l’Emirates Cup.

Reine-Adélaïde au duel avec Alexandre Lacazette lors d’un match amical (crédit photo : Arsenal.com)

Il est également sélectionné plusieurs fois et dispute deux rencontres de FA Cup, soit 26 minutes de temps de jeu. Le joueur français passe le reste du temps avec les U23 ou les U19. Au total, ce sont 22 rencontres disputées pour trois buts et quatre passes décisives.

La saison d’après est plus compliquée et a du mal à confirmer les espoirs placés en lui. Il faut toutefois nuancer ses performances puisqu’il a joué la majeure partie en milieu central. Lui qui aime évoluer sur le flanc droit. Au final, « JRA » ne joue que quinze matchs donc trois en coupe.

Enfin, il ne fait que les six premiers mois durant la saison passée où il ne dispute que huit petits matchs avec les U23. Il sent alors que c’est le moment de partir pour retrouver un temps de jeu plus grand même « s’il ne retient que du positif. »

Retour en France chez le SCO d’Angers

International français chez les jeunes, Reine-Adélaïde se fait prêter à Angers pour la phase retour. Il retrouve quelques sensations sans se montrer décisif dans le dernier geste. Le joueur de 20 ans dispute dix matchs dont sept comme titulaire. Néanmoins, quelques petits soucis physiques l’empêchent d’enchaîner les rencontres.

Initialement prêté sans option d’achat, il est définitivement vendu au club angevin. Reine-Adélaïde signe quatre années et espère donc se stabiliser dans un club du milieu de tableau. Durant la première partie de saison, il fait parler ses qualités en tant que dribbleur. C’est le cinquième joueur de Ligue 1 à avoir réussi le plus de dribbles tout en ayant un bon ratio de réussite. Il parvient à faire trois dribbles réussis par rencontre.

Les statistiques des joueurs ayant réussi le plus de dribbles en Ligue 1 (crédit Photo : dsas.fr)

Mais ce joueur ayant quatre sélections chez les Espoirs ne se montre toujours pas assez décisif. Pour preuve, l’ex-gunner n’a délivré qu’une petite passe décisive contre Strasbourg. Pour un joueur avec de grandes qualités techniques, c’est très insuffisant. C’est donc un axe de progression pour ce jeune joueur s’il veut répondre aux attentes placées en lui dès son plus jeune âge. Il a l’occasion de le faire ce soir avec la réception des Girondins de Bordeaux.