Âgé de 29 ans et après 10 ans dans son pays natal, l’arrière droit suisse Jérôme Thiesson tente l’aventure américaine à Minnesota United dans une équipe qui débarque en MLS tout comme lui. Plus d’an après son arrivée, j’ai discuté avec lui de son premier bilan aux États-Unis, sa nouvelle vie, ses ambitions …
Ce qui est certain, c’est qu’une histoire d’amour est née entre lui, la MLS et Minnesota !

  • Bonjour Jérôme, en deux mots tu pourrais te présenter et nous retracer ta carrière ?
Thiesson à Lucerne (Suisse)

« Bonjour, et bien je m’appelle Jérôme j’ai grandi en Suisse près de Zurich.
Mon père est français et toute sa famille vit à Paris ou près de Troyes. Voilà ma connection avec la France.
Ma carrière avant la MLS s’est déroulée exclusivement en Suisse où j‘ai fait 8 saisons en Super League : 2 saisons et demie pour Bellinzone et 6 et demie pour Lucerne. La meilleure saison à laquelle j‘ai participé, nous avons fini deuxième en championnat et perdu la Finale de Coupe contre Bâle. »

  • En 2017, Minnesota est une équipe d’expansion de la MLS, pourquoi ce choix de carrière et comment es-tu arrivé là ?
Crédit photo : mnufc.com

« Après dix saisons dans le foot suisse, j‘avais vraiment hâte d‘un changement, de voir autre chose et j’ai toujours voulu jouer à l’étranger. À 29 ans et sans être un joueur international, les grands clubs européens n‘étaient pas réalisable … alors je regardais par exemple la Bundesliga 2 jusqu‘à ce que mon agent me contacte pour la MLS. Je me suis dis « bah le voilà ton changement Jérôme et en plus tu resterais dans une première division ! » Je me suis informé sur le club et le fait que Minnesota soit une équipe d’expansion a fait que j’ai voulu rejoindre le club à tout prix. Après presque chaque match qu‘on fait, on a la possibilité d’écrire l’histoire : la première victoire du club, le premier clean sheet etc … »

  • Le 12 mars 2017, Minnesota joue son tout 1er match à domicile et toi ton 1er match en MLS. Tu en gardes quel souvenir ?

« Même si le résultat du match et les circonstances (tempête de neige, NDLR) étaient mauvaises j’en garde beaucoup de souvenir positive. Rentrer dans ce stade gigantesque qui sera « mon » stade, porter ce maillot qui aujourd’hui vaut tellement pour moi, ces supporters qui sont là dans la neige et le froid et nous poussent et chantent pendant tous le match même si le resultat est terrible … Ça m‘a fait une immense impression ! »

Crédit photo : fiftyfive.one
  • Toi qui as passé 9 saisons en Super League (1ère division Suisse), comment tu pourrais comparer le niveau de ce championnat avec la MLS ?

« La MLS est plus physique à cause des longs voyages et les différences de lieux (chaleur, froid, altitude) … 
Les joueurs en Suisse sont mieux formés tactiquement et techniquement et ça fait que la majorité des joueurs sont au même niveau. En MLS par contre, il existe une différence de qualité tactique et technique entre les joueurs qui est plus grande. Du coup, dans une même équipe, il y a des joueurs qui n‘auraient pas leur place en Super League mais d’autres qui y seraient des stars.
En comparaison générale, je pense que Bâle et les Young Boys Berne pourraient jouer le titre, mais pour toutes les autres équipes ça serait la bataille pour les PlayOffs. Il y a à peu près 4/5 équipes de MLS qui lutteraient pour le titre en Super League. »

  • Tu connaissais la MLS avant ? C’est connu/suivi en Suisse ?

« Oui bien sûr, la MLS est de plus en plus sur le radar et c’est légitime ! Personnellement, j’ai trois très bon amis (Jonas Elmer à Toronto FC, Shkeli Gashi au Colorado Rapids et Adrian Winter à Orlando City, NDLR) qui ont déjà fait de superbes expériences en MLS et à qui j’ai évidemment demandé avant de me décider. Je pense que le championnat devient meilleur, et meilleur aussi avec des joueurs comme Schweinsteiger ou Ibra, ça aide ! »

  • Ça fait maintenant plus d’un an que tu es parti, décris-nous de la vie aux USA ? Tu t’y sens comment ?

« Super ! Je n‘ai jamais regretté de venir ici au contraire, j’aurais peut-être dû le faire plus tôt. J‘adore voyager pour les matchs à l’extérieur et voir en même temps toutes les villes et leurs superbes stades. J’adore surtout « ma » ville Minneapolis à Minnesota. Il y fait très froid en hiver jusqu‘en mars, mais après c‘est un véritable spectacle … du vert de partout, pleins de lacs, il fait beau et chaud : la ville offre tout ! On y trouve aussi tous les sports au meilleur niveau, des cinémas, restaurants, tous ce que l‘on désire. Et en plus mon fils est né ici ! »

Vue de Minnesota
  • À quoi ressemble le quotidien d’un footballeur de Minnesota ?

« 6:00 : Je me lève avec mon fils/petit déjeuner

8:00 : Je pars pour l’entraînement

8:40 : Arrivée au centre (préparation)

9h-10h30 : Physiothérapie / massage / vidéo / préparation individuelle

10h30-12h00 : Entraînement collectif

12h00-13h00 : Travail individuel (sur le terrain/ musculation/ régénération)

13h30 : Déjeuner

14h00 : Je rentre chez moi

(Si blessé ou « problème » séance de physiothérapie après manger, je rentre vers 16h00)

L’après-midi quelques fois des apparitions pour le club mais en général temps libre que je passe la plupart avec ma famille.

22h00 : Bonne nuit ! »

  • Que dirais-tu aux joueurs suisses (ou même francophones) qui souhaiterais sauter le pas et te rejoindre outre-Atlantique ?

« Si vous avez la possibilité de rejoindre la MLS faites-le ! Attendez vous à un niveau beaucoup plus élevé que ce à quoi vous pouviez vous attendre en Europe. Soyez prêt à beaucoup voyager. Faites l’expérience de participer à un championnat qui grandit et s‘améliore chaque année. »

  • Votre saison a beaucoup mieux débuté que l’année dernière, quels sont vos objectifs maintenant que vous vous êtes acclimatés à la MLS ?

« Le but est d’atteindre les PlayOffs ! »

  • De ton côté, tu es un titulaire en défense, c’est quoi l’étape suivante ?

« Devenir titulaire où que ce soit est difficile. Le rester l’est encore plus, surtout dans un nouveau club comme MNUFC. Ma concurrence cette année est déjà bien meilleure que l‘année dernière et lorsque le club s’améliorera et grandira de plus en plus, de bons joueurs arriveront. Mon but est de devenir un meilleur joueur jour après jour surtout à mon âge, je ne peux pas me permettre de me reposer sur mes lauriers ou de moins travailler. Au contraire, je dois même travailler plus ! Si je continue comme ça, je suis confiant de pouvoir non seulement jouer encore beaucoup de matchs mais aussi devenir un meilleur joueur chaque saison. À côté de ça, je veux bien être un appui pour les jeunes joueurs comme moi qui ait aussi profité de l’expérience de mes coéquipiers en tant que jeune. »

Thiesson avec les Espoirs Suisse
  • Et la sélection ? Tu y penses ?

« Oui bien sûr, mais seulement comme supporter, pas comme joueur. Je suis très très fier d’avoir pu porter le maillot suisse dans les équipes de jeunes et je peux admettre que de représenter mon pays a toujours été un rêve. Mais je dois aussi admettre que pour être réaliste, la concurrence a toujours été bien meilleure et nombreuse. Ceci étant dit pour la Suisse, je pense que le cas est encore plus clair pour la France. J’espère que les deux pays de mes parents vivront une superbe Coupe du Monde en Russie ! »

  • Comment vois-tu ton avenir dorénavant ?

« Ma décision de venir à Minnesota pour jouer en MLS a été génial et a surpassé toutes mes attentes. C‘était un choix pour ma carrière et pour permettre à ma famille proche de vivre cette expérience, mais c‘était aussi compliqué pour le reste de ma famille qui par exemple ne voient pas souvent notre fils. De plus, on fait partie de la croissance de ce club en MLS et il m‘a énormément donné. L‘année prochaine avec l’Allianz Field* (futur stade de Minnesota) qui arrivera ça sera encore une grande étape. J‘adorerais faire partie de l‘équipe qui y fera ses premiers pas, passes et buts. On voudra apporter aux supporters, propriétaires du club, et tous les habitants qui supportent l’équipe, les PlayOffs et même plus. Je fait juste de mon mieux pour faire partie de ce futur qui n‘est pas garantie dans mon contrat après cette saison. Les choses dans le foot peuvent très vite changer et maintenant que je suis papa ma priorité absolue est de pouvoir subvenir aux besoins de mon fils. J’espère pouvoir accomplir tout ça dans le futur en tant que Loon ! »

* Depuis la saison dernière, le MNUFC joue à domicile dans le stade de football américain du TCF Bank Stadium.

  • Enfin que puis-je te souhaiter pour la suite de la saison ?

« (Rires) et bien écoute si je peux choisir j’aimerais garder ma santé … Tout le reste, ce n’est que du bonus ! Et c‘est aussi ce que je te souhaite à toi !👌🏻 »