Depuis quelques semaines, le monde du football a les yeux rivés sur une nouvelle pépite portugaise qui cultive une certaine ressemblance technique et capillaire avec Rui Costa. Avec sensiblement le même âge que l’international français Kylian Mbappé. Son nom ? João Félix. Focus sur le futur grand du football portugais.

À 19 ans et avec une poignée de matchs seulement à son compteur en Liga NOS cette saison, João Félix affole les compteurs et semble en passe de devenir le nouvel espoir de tout un pays. Après un certain Cristiano Ronaldo. Jusqu’où pourra aller son ascension fulgurante ?

La naissance d’un phénomène

Pour tous les amateurs de football portugais des années 90-2000, Rui Costa était ce milieu élégant et technique capable de dérouter les défenseurs, excellent manieur de ballon et tireur de coups de pieds arrêtés. Les « Benfiquistes » n’ayant pas oublié son double passage au sein du Benfica Lisbonne et son capitanat. Avec les performances de Kylian Mbappé, le fait de voir un jeune joueur de 19 ans prendre la lumière et mener son équipe vers les sommets n’étonne plus personne non plus. Et montre que le talent n’attend pas le nombre des années pour éclater au grand jour si le joueur travaille pour arriver aux sommets.

Depuis quelques semaines, le monde du football a donc les yeux rivés vers le sud de l’Europe où a émergé une nouvelle pépite. João Félix combine toutes les qualités : jeune, offensif, doté d’une technique chatoyante et efficace devant le but avec des statistiques affolantes. Rien ne semble pouvoir arrêter la nouvelle coqueluche du football portugais. Si l’on en croit les différentes possibilités pour le joueur de rejoindre les plus grandes écuries européennes et l’attractivité que son nom suscite.

Des débuts difficiles… chez Porto

Milieu de terrain offensif tendance deuxième attaquant, tout ne fut pourtant pas rose pour le jeune homme. João Félix Sequeira voit le jour le 10 novembre 1999 à Viseu, ville du centre du pays à mi-chemin entre Porto et Coimbra. Dans une famille d’enseignants, très tôt sa passion du foot lui fait naturellement aller vers le club phare de la ville, le FC Porto. Et il y intègre le centre de formation des « Dragões », en 2008.

João Félix en équipe des jeunes du FC Porto en tant que capitaine (Crédit photo : maisfutebol.iol.pt)

Ayant parfait ses classes durant 6 ans au sein du club du légendaire président Pinto da Costa, le FC Porto lui signifie malgré tout son départ en 2014. Raison invoquée ? Manque de volume physique, rédhibitoire pour le haut niveau et pour le type de jeu pratiquée par les équipes de jeunes de Porto.

Cet échec aurait pu être décisif dans le cheminement et la formation de João Félix mais ce dernier ne va pas l’entendre de cette oreille et décide de rester à… Porto. Mais en intégrant cette fois le Padroense FC, petit club familial situé à Matosinhos dans la proche banlieue de Porto. Où durant une année, le jeune João va retrouver le goût du jeu et rebondir de la plus belle des manières.

Rebond chez l’ennemi du Benfica

En 2015, avec un physique s’étant développé et épaissi par rapport à ses années au FC Porto, João Félix intègre l’académie du club rival des « bleus et blancs », le Benfica Lisbonne. Petit à petit, avec patience et travail, dans les équipes des jeunes du Benfica, puis, avec l’équipe réserve club lisboète, sous la houlette d’un certain Bruno Lage, l’heure de la confirmation va finir par arriver pour le jeune prodige.

João Félix chez les jeunes du Benfica… face à Porto (Crédit vidéo : Youtube Benfica TV)

Jusqu’à intégrer, en début de saison 2018/2019, l’équipe première en août 2018 sous l’ère de Rui Vitoria. Trois petites minutes lors de la victoire des « Aigles » sur le terrain de Boavista, 2 buts à 0 pour commencer. Puis, entre août et septembre, 4 bouts de matchs pour 2 buts marqués. La suite est moins simple, entre blessures et mises sur le banc, ses débuts professionnels marquent un peu le pas.

Paradoxalement, un évènement va jouer en faveur de João Félix et lui permettre d’éclater enfin au grand jour. Avec des résultats loin du standing du Benfica, la direction du club décide, début 2019, de se séparer de l’entraîneur Rui Vitoria. Présent au club depuis 4 saisons, celui dont le discours ne passait plus au sein de l’effectif lisboète, l’heure de la confirmation va arriver en même temps qu’un autre visage connu pour João Félix.

Changement d’entraîneur et nouveau départ

C’est avec l’arrivée de Bruno Lage sur le banc « Benfiquiste », entraîneur de la réserve, qui a eu sous sa direction en équipe de jeunes du Benfica un certain Bernardo Silva, que la confirmation va se produire. Et de quelle manière ! L’intégration au nouveau système de jeu a permis à João Félix de trouver sa place au sein d’une équipe de Benfica offensive et jouant le tout pour l’attaque. Le nombre de buts marqués étant tout simplement impressionnant depuis début 2019, avec un total de 34 toutes compétitions confondues.

Grâce notamment aux prestations de haut niveau du natif de Viseu et le duo performant formé, avec l’attaquant suisse Haris Seferović, l’armada offensive des « Encarnados » a retrouvé de la vigueur. Bilan ? Une remontée à la deuxième place du championnat à un petit point seulement du FC Porto, avant la confrontation entre les deux clubs dans 8 jours pour le compte de la 24ème journée de championnat. Ainsi qu’une qualification en huitième de finale de la Ligue Europa contre les croates du Dinamo Zagreb début mars. La fin de saison du Benfica est donc palpitante à tous les niveaux.

L’apogée de la renaissance de Benfica trouvant sa source dans le match au sommet contre les voisins du Sporting Portugal, au Stade Alvalade XXI. Pour le compte de la 20ème journée de Liga NOS, début février, João Félix a participé à la victoire des hommes de Lage, 4 à 2. Avec une activité de tous les instants, une présence totale sur le front de l’attaque, un but, un pénalty provoqué et une passe décisive, le numéro 79 a martyrisé la défense des « verts et blancs ».


Match contre les rivaux de Lisbonne, avec un João Félix de folie (Crédit vidéo : Youtube)

Un joueur suivi par du beau monde

D’ores et déjà, les performances de João Félix ne laissent pas insensibles les plus grandes écuries européennes. Entre le Real Madrid, le FC Barcelone, le PSG, l’AS Monaco, entre autres, il semble évident que si celui-ci continue sur les mêmes bases, le joueur va continuer d’attirer les regards de toute l’Europe.

Le Benfica ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisqu’il a prolongé le contrat de sa pépite jusqu’en 2023 en y intégrant une clause de départ de 120 millions d’euros. Pour le club de la capitale, en concurrence féroce avec le FC Porto, le fait de posséder en son sein deux joueurs à forts potentiels tels que João Félix ou le défenseur central Rúben Dias, ne peut que participer à restaurer le prestige des « Aigles ». Et à faire des deux joueurs, des étendards dignes des plus grands de la maison rouge.

Un jeune très demandé (Crédit photo : en.as.com)

Prochaine étape ? La relève en sélection

À titre personnel, João Félix a également un autre objectif, intégrer la prestigieuse sélection nationale. Pour un pays amoureux de football et biberonné aux exploits d’Eusebio, de CR7 ou ceux de Luis Figo et autres Rui Costa, sa confirmation au plus niveau ne peut être que bénéfique pour la Seleção. Et être un beau passage de témoin entre Ronaldo et Félix à terme.

S’il est naturellement encore trop tôt pour savoir si le numéro 79 de Benfica sera le nouveau Cristiano Ronaldo ou la future star portugaise et où le mèneront ses performances, force est de constater que le championnat portugais tient un nouvel élément de qualité. Et cela semble bien parti puisque João Félix serait dans les petits papiers du sélectionneur Fernando Santos selon le quotidien sportif portugais « A Bola », pour intégrer la sélecton portugaise. Charge à lui de continuer à travailler et s’étoffer davantage physiquement.

Dans tous les cas, João Félix, aujourd’hui, et au même titre que Rúben Dias ou Bruno Fernandes du Sporting représentent l’excellence de la formation « made in Portugal ». En démontrant que la Liga NOS est plus qu’un championnat d’appoint et permet l’émergence de jeunes joueurs de qualités qui ont toute leur place dans les effectifs de Porto, du Benfica ou du Sporting. Il faudra désormais scruter João Félix d’un autre œil et suivre ses performances avec attention pour savoir quel type de joueur il deviendra.