La Sélection féminine espagnole débarquera en France en juin prochain pour disputer le deuxième championnat du monde de son histoire. Les Espagnoles ne font certes pas figures de favoris, mais elles ont à leur tête un élément qui pourrait leur permettre de créer la surprise. 

Nominé pour le titre d’entraîneur de l’année en 2018, Jorge Vilda est en train de se faire une place dans le football féminin, et pas seulement. Le sélectionneur de la Roja connaît le football féminin espagnol sur le bout des doigts, et ce dernier peut le remercier. Retour sur le parcours de l’homme qui est en train d’écrire une page dans l’histoire du football féminin en Espagne.  

Jorge Vilda, l’homme idéal pour créer la surprise au Mondial 2019 ? (crédit photo : sefutbol.com)

De père en fils

Le football chez les Vilda, c’est une affaire de famille. Même s’il n’a pas été un grand joueur ou un illustre entraîneur, Ángel Vilda, le papa, est un personnage notoire du football espagnol. Il était préparateur physique mais représentait plus que cela. Il était une véritable figure au sein des staffs où il passait, de par sa relation avec l’entraîneur, les joueurs et de sa vision du football. Il disposait d’un statut et d’un rôle bien plus important que ce que sa fonction pouvait laisser penser. 

« L’époque de la gestion des joueurs avec un fouet est révolue. Leur parler est fondamental, les obliger à faire des choses sans raisonnement n’est plus faisable ».

Ángel Vilda a apporté sa philosophie avant-gardiste dans tous les clubs où il est passé.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a travaillé avec des entraîneurs qui, encore aujourd’hui, restent des références. De Jupp Heynckes à José Mourinho, en passant par Luis Aragonés ou encore Johan Cruyff… Ángel Vilda a mis son savoir et son expertise au service des plus grands. Il a d’ailleurs travaillé avec les plus grands clubs espagnols, comme le Real Madrid, le FC Barcelone ou encore l’Atlético Madrid, et a pris part aux plus belles aventures de ces derniers. En effet, il a remporté une Coupe d’Europe et quatre Liga avec le Barça de Johan Cruyff, mais aussi une autre Coupe d’Europe aux côtés de Jupp Heynckes avec le Real Madrid. 

« Entre nous, c’est le football qui est prioritaire. Quel que soit le sujet de conversation, on finit toujours par parler tactique ».

Jorge Vilda a baigné toute sa vie dans le football, comme le montre les propos de son père.

De quoi remplir une armoire avec les plus beaux et les plus prestigieux trophées européens. Et après avoir tout gagné avec les hommes, Ángel Vilda s’est lancé en 2005 à la conquête du football féminin en rejoignant la sélection féminine U19, mais cette fois-ci avec une nouvelle casquette : celle de sélectionneur. 

Ángel Vilda a également joué un rôle clé dans le développement du football féminin en Espagne (crédit photo : Ara Balasanyan, pinterest.fr)

À la maison, le fils, Jorge, apprend de lui et s’imprègne du football pour, pourquoi pas, suivre ses pas. 

Une carrière de joueur… manquée

Né avec un ballon aux pieds et ayant baigné toute son enfance dans une famille passionnée de football, Jorge Vilda a rêvé, comme beaucoup d’enfants, d’embrasser un jour une carrière de footballeur. Doté d’un bon niveau, sa progression et ses rêves se sont envolés assez tôt à cause d’un problème de croissance au genou. La déception est immense pour le jeune homme, mais l’avenir a montré qu’il s’agissait sûrement du destin. 

La carrière de joueur étant définitivement mise de côté, Jorge veut rapidement devenir entraîneur. Il obtient avec succès ses diplômes et fait ses premiers pas en coachant bénévolement les jeunes du CD Canillas, qui collabore avec le Real Madrid. 

De nombreux fils de grands joueurs ont porté le maillot du CD Canillas, comme notamment ceux de Zinedine Zidane, Ronaldo ou encore Mourinho. (crédit photo :zidanefans.livejournal.com)

Du succès, du succès… et encore du succès !

Quelques années plus tard, en 2010, il prend les rênes de la sélection féminine U17, avec laquelle il va connaître ses premiers succès, et pas des moindres, en tant qu’entraîneur. En effet, il remporte la même année le championnat d’Europe et rééditera cette performance l’année suivante. Ses premiers pas négociés à la perfection l’amènent à la tête de la sélection U19 trois ans plus tard. Plus de difficultés, une nouvelle équipe, de nouvelles joueuses… mais le succès reste au rendez-vous pour le jeune technicien : il termine finaliste du championnat d’Europe en 2014 et en 2015. Certes ils ne remportent pas ces trophées mais il amène les U19 à un niveau encore inimaginable quelques mois auparavant. 

« Jorge me surprend chaque jour. Il a la victoire dans le sang. Le football est en constante évolution et il comprend ça parfaitement. Il a le don d’anticiper le sens dans lequel les choses évoluent ».

Ángel Vilda se montre des plus élogieux à l’égard de son fils.

Jorge Vilda semble donc suivre les traces de son père et connaît la gloire dès ses débuts. Des prouesses qui, en 2015, le porteront vers les sommets. 

L’artisan de la renaissance de la Roja

En juillet 2015 et après de longues semaines de polémique autour de sa sélection féminine, la Fédération espagnole annonce la démission du sélectionneur Ignacio Quereda. Après les polémiques engendrées par toutes les révélations et les témoignages qui accablaient Quereda sur son management machiste lors de ses 27 années à la tête de la sélection, le football espagnol veut tourner la page et tirer un trait sur ces décennies de honte.

Quereda, un véritable séisme… (crédit photo : EFE)

Pour cela, elle fait appel à Jorge Vilda, encore méconnu du grand public, pour relancer la sélection. Avec sa jeunesse et les succès qu’il a déjà rencontré, l’Espagnol de 34 ans semblait être l’homme idéal pour apporter une vague de fraîcheur et préparer ainsi au mieux l’équipe pour le prochain Mondial. Les joueuses sont ravies, les fans aussi : en route pour 2019. 

Le football féminin attend beaucoup de sa sélection lors du Mondial en France. Ce sera le premier gros test de Vilda en tant sélectionneur… Le pensez-vous capable porter la Roja jusqu’aux sommets en juin prochain ?