Il gravit les échelons à vitesse grand V. À seulement 17 ans, la pépite américaine est aux portes de l’équipe réserve du Barça et a tout pour être la prochaine sensation du club catalan. Attention… explosion imminente !

Ce nom ne vous dit rien ? Ce n’est pas étonnant, du moins pour le moment. Mais préparez-vous à en entendre parler car Konrad de la Fuente est l’un des éléments les plus prometteurs de la Masia où Cristian Tello, Jeffrén Suárez, Isaac Cuenca, Bojan Krkić ou encore plus récemment Munir El Haddadi et Sandro Ramírez y sont passés… On ne compte plus les attaquants formés à la Masia qui ont aujourd’hui complètement disparu des radars. Le dernier attaquant issu de la cantera à avoir brillé sous les couleurs du Barça semble être Pedro Rodríguez, il y a plus de dix ans. Une situation alarmante pour un centre de formation aussi prestigieux que celui du FC Barcelone. Et si Konrad de la Fuente était celui qui allait briser cette décennie de malédiction, et ainsi redonner un second souffle à une Masia en perte de vitesse ? Même si la tâche s’annonce des plus compliquées, rien ne semble pouvoir arrêter ce jeune américain de 17 ans. Itinéraire d’un joyau né sous le soleil de Floride, poli dans la ville de Gaudí et prêt à faire frémir toute la planète football. 

Konrad de la Fuente, future star du Barça ? (crédit photo : tribuna.com)

Un parcours atypique

« Sa famille a déménagé en Espagne pour le football. Ses parents pensaient que Konrad était trop bon pour le football en Amérique et ils voulaient aller dans un pays où il pourrait progresser plus rapidement. Le football était une priorité pour eux. »

Pedro Marcet, directeur de la Marcet Academy (The Guardian)

Né à Miami de parents d’origine haïtienne, Konrad de la Fuente a passé les dix premières années de sa vie sur la côte-est des États-Unis. Même si le ballon rond n’est pas le sport le plus populaire en Floride, le jeune Konrad commence à le pratiquer dès son plus jeune âge. Rapidement, son potentiel est remarqué et son talent fait l’unanimité. Avant même d’avoir soufflé ses dix bougies, le garçon crève déjà l’écran et Miami semble être devenu trop petit pour lui. 

Convaincus des capacités hors normes de leur fils, ses parents décident de quitter le pays de l’oncle Sam pour rallier le Vieux Continent, là où il pourra continuer sa progression. Employé à l’ambassade d’Haïti de Miami, son père demande donc sa mutation. Coup de bol, il retrouve un poste au sein d’une autre ambassade haïtienne, basée cette fois-ci en Espagne. Quoi de mieux que ce pays pour apprendre le football et s’y épanouir. D’autant plus que le petit gabarit de Konrad, ainsi que ses capacités naturelles, laissaient déjà penser que la péninsule ibérique lui correspondrait parfaitement.

C’est pourquoi en 2012, alors qu’il n’est âgé que d’à peine onze ans, Konrad, accompagné de sa famille, pose ses valises dans le pays de Cervantes, et plus particulièrement à Barcelone, où il se met à la recherche de la structure où il pourra continuer de s’aguerrir. Rapidement, il fait la découverte de la Marcet Academy, une structure privée née en Catalogne dans les années 1970, et qui dispose aujourd’hui d’académies pratiquement aux quatre coins du globe.

Milan Piqué (6 ans), fils de Gerard Piqué, évolue lui aussi à la Marcet Academy (crédit photo : holà.com)

Dès le début, le petit jeune récemment débarqué de Miami impressionne et seules quelques semaines suffiront à ses instructeurs pour évaluer tout son potentiel. 

« Il provoque la confusion chez les défenseurs et a une capacité naturelle pour déséquilibrer leur défense. En plus de cela, il est très rapide. »

Rubén Martí, entraîneur à la Marcet Academy (Tribuna)

Pour sa première année à Marcet, Konrad démontre toute l’étendue de son talent et marche sur l’eau. À tel point qu’il sera promu, en à peine quelques mois, au sein de Tecnofútbol, l’équipe phare de l’académie. Seuls les meilleurs jeunes forment cette section et le niveau y est encore plus relevé, mais il s’avère rapidement que ce n’est pas un problème pour lui. Rien à faire, l’Américain continue de crever l’écran et après Miami, c’est la Marcet Academy qui semble devenue trop petite pour lui.  

« Dès son arrivée, son talent était évident. Konrad était déjà remarquable avant même d’arriver à Barcelone. Il était différent car il avait un très haut niveau technique, une excellente vision périphérique, une conduite du ballon étonnante et il était déjà capable de jouer à haute intensité. »

Pedro Marcet (The Guardian)

Seulement une année après son arrivée, Konrad de la Fuente quitte déjà l’académie et rejoint le Club de Fútbol Damm, un club basé à Barcelone et spécialisé dans le développement des jeunes. Ici, il enchaîne les matchs face à différentes équipes de la région et poursuit ainsi son apprentissage. Les joueurs qu’il affronte sont d’un bon niveau et les rencontres sont disputées, ce qui s’avère très formateur pour lui. Au fil des mois, sa progression est linéaire et Konrad devient peu à peu un jeune aguerri, ce qui attire inévitablement les convoitises. Et pas n’importe lesquelles. 

« Le Barça a des scouts partout. Lorsque je jouais à Damm, ils venaient souvent me voir jouer. J’ai attiré l’attention de l’un d’eux et à partir de là, ils m’ont juste appelé. »

Konrad de la Fuente (American Soccer Now)

Une saison à Marcet, une saison à Damm. Soit deux petites années. Voilà ce qui aura suffi au jeune gamin de Miami pour intégrer le plus prestigieux des centres de formation au monde. 

Seulement quelques semaines après son arrivée à la Masia, il a fait forte impression en inscrivant dix buts lors d’un tournoi en Catalogne et a également marqué le but de la victoire face au Real Madrid lors de la finale U13 (crédit photo : mundodeportivo.com)

Dès ses premiers pas sous le maillot du Barça, ses entraîneurs ont de suite compris qu’il était prédestiné à jouer pour ce club. Des prédispositions techniques, une corpulence fluette mais agile, une qualité à jouer avec son corps, un sens de l’anticipation, une vision aiguisée du jeu… Tant d’éléments qui collent au « style Barça ». Et encore, ce n’est pas tout…

Neymar et Ronaldinho sont les idoles de Konrad de la Fuente depuis son plus jeune âge. On ressent d’ailleurs leur influence dans son jeu (crédit photo : Reuters)

Il sait (presque) tout faire

« Je pense que ma meilleure position est celle d’ailier gauche. Je suis à l’aise à tous les postes avancés, mais surtout en tant qu’ailier. »

Konrad de la Fuente (American Soccer Now)

Même s’il dispose d’incontestables qualités de créateur, Konrad de la Fuente est un pur ailier. Aussi bien à gauche qu’à droite, sa vitesse et son dynamisme balle au pied lui permettent d’éliminer son vis-à-vis sur quelques mètres et de déséquilibrer rapidement une défense.

Si sa vision du jeu est l’un de ses atouts majeurs, sa vitesse l’est tout autant… (crédit Twitter : @neurophate_)

Toutefois, et c’est peut-être ce qui le rend si intéressant, il ne cherche pas seulement à se frayer un chemin directement vers le but. Il aime déborder sur son couloir pour ensuite centrer, ou bien rentrer dans l’axe pour adresser une passe. C’est d’ailleurs dans ce registre que le joueur impressionne, un style qui le différencie des autres : là où un autre aurait tenté de slalomer et de percer à lui seul la défense, lui lève la tête et sa vision du jeu lui permet de remiser à un coéquipier mieux placé ou bien de tenter une frappe si la situation l’exige. 

« Konrad est spécial. Il est très dynamique avec le ballon. Il sait se créer des occasions pour lui-même, mais il est aussi assez intelligent pour pouvoir trouver la passe qui viendra perforer la défense. »

Marcelo Palomino, son coéquipier chez les U18 américains (American Soccer Now)

De la Fuente a donc toutes les qualités du parfait ailier, mais a également une palette plus large qui lui permet de créer le jeu. Un style assez peu courant, surtout à cet âge. Cette qualité de playmaker lui confère d’ailleurs une certaine polyvalence et offre davantage d’alternatives à ses entraîneurs. 

« Je l’ai déjà utilisé comme avant-centre, par nécessité. Et il a été très bon, il peut jouer à ce poste. Même si la position où il est meilleur reste sur l’aile, il peut s’adapter à différentes situations de jeu. Il est intelligent, cérébral et voit le jeu très clairement. »

Tab Ramos, sélectionneur des États-Unis U20 (American Soccer Now)

Cependant, Konrad de la Fuente a, et c’est bien normal à cet âge, des défauts. Le plus important d’entre eux est quelque chose qu’il lui faudra absolument combler pour passer un cap : le côté buteur. Il lui est souvent reproché de ne pas être assez décisif et de manquer de tranchant face au but. En effet, ses statistiques au Barça cette saison (4 buts, 6 passes) n’ont rien de sensationnel pour un attaquant aussi prometteur. Des chiffres d’autant plus faibles étant donné qu’il est un des leaders de l’attaque catalane.

Toutefois, cela n’a pas vraiment porté préjudice aux Juvenil A du Barça étant donné qu’ils pouvaient compter sur leurs deux autres attaquants, Ansu Fati et Alejandro Marques, qui ont empilé les buts cette saison notamment en Youth League. L’un a inscrit 4 buts et 3 passes en 9 matchs de celle-ci tandis que l’autre a scoré 3 buts en 5 matchs. Mais cet aspect devra tout de même être développé au plus vite pour De La Fuente car cela pourrait lui porter préjudice dans son ascension. 

De la Fuente n’est pas le seul à prétendre à une place avec l’équipe réserve : Ansu Fati et Alejandro Marques ont également très talentueux ! (crédits photos : FCBMasia/sport.es) 

La Masia laissée de côté

Iniesta, Messi et Xavi finalistes du Ballon d’Or 2010 (crédit photo : AFP)

6 décembre 2010. La Masia sur le toit du monde. Trois de ses élèves trustent le podium de la plus prestigieuse distinction individuelle. Du jamais vu dans l’histoire du football. Six mois après son sextuplé légendaire, le FC Barcelone et ses artistes marchent une nouvelle fois sur le football mondial. Un fait d’arme des plus prestigieux qui restera à jamais dans son histoire.

Depuis, le ciel s’est quelque peu assombri au dessus de Barcelone. Après avoir sorti quelques uns des plus illustres noms du ballon rond au 21ème siècle, la Masia semble à bout de souffle. Alors bien sûr, aucun club ne peut former des Xavi et des Iniesta tous les dix ans, mais ce qui pose problème est la rupture de ce lien si fort qui unissait le Barça à son centre de formation il y a encore quelques années.

Les idées et les valeurs qui ont forgé l’ADN du Barça et qui ont fait son succès pendant tant d’années semblent mises de côté. D’ailleurs, depuis le départ de Pep Guardiola en 2012, rares sont les canteranos à avoir eu leur chance avec l’équipe première, et encore plus rares sont ceux parvenus à s’y faire ne serait-ce qu’une petite place.

Une minoration de l’importance accordée à la Masia qui engendre un phénomène de fuite des talents. En effet, le FC Barcelone ne compte plus ses jeunes promesses qui, à peine âgés d’une quinzaine d’années, quittent le club pour trouver un endroit où ils auront plus d’opportunités. Parmi eux, on peut citer notamment les cas Eric Garcia (16 ans, Manchester City), Sergio Gomez (17 ans, Dortmund), Jordi Mboula (18 ans, AS Monaco) ou encore plus récemment Pablo Moreno (16 ans, Juventus). Toutefois, des élections présidentielles auront lieu au Barça en 2021 et la politique du président actuel, Josep Maria Bartomeu, ne fait plus du tout l’unanimité. De ce fait, nombreux sont les candidats à dénoncer le manque d’importance accordé à la Masia et proposent ainsi un retour aux sources, basé sur l’étroite coordination avec le centre formation et le retour d’un entraîneur qui correspond aux valeur du Barça.

Jamais un Américain n’a joué avec l’équipe première du Barça. Et s’il était le premier ?
(crédit photo : @konradjr)

Aujourd’hui, tout semble s’accélérer pour Konrad de la Fuente. Cette saison, l’ailier américain évoluait avec les Juvenil A et sera promu dès la saison prochaine avec l’équipe réserve du Barça. En parallèle, il dispute actuellement le Mondial U20 avec les États-Unis, où il est titulaire à seulement 17 ans. S’il poursuit sa progression, le natif de Miami pourrait prétendre d’ici deux ans à jouer ses premiers matchs avec l’équipe première du FC Barcelone. Par ailleurs, son émergence d’ici quelques années pourrait tomber à point nommé pour le club catalan, puisque plusieurs de ces attaquants comme Luis Suárez mais surtout Leo Messi seront sur la fin. Konrad de la Fuente pourrait donc aider à la transition de l’ère post-Messi et ainsi devenir l’un des leaders de l’attaque de ce Barça 2.0.

Devenir le nouveau Messi ? Impossible. Mais Konrad de la Fuente a le potentiel pour devenir le nouveau leader offensif du Barça (crédit photo : Instagram @KONRADJR7)

Alors Konrad de la Fuente serait-il le premier Américain a joué avec l’équipe première du FC Barcelone ? Et surtout, serait-il le prochain Pedro Rodríguez, dernier attaquant formé à la Masia à avoir brillé avec les A ? Beaucoup de questions, et surtout beaucoup de précipitation. Appréciez surtout.

Regardez… et appréciez ! (crédit vidéo : Youtube : USMNTvideos)

Prudence est mère du succès. Alors laissons à ce jeune joueur de 17 ans le temps de continuer son apprentissage et ne brûlons pas les étapes. Toutefois, le Barça ferait mieux de suivre son cas de très près, étant donné que son contrat expirera en juin 2020.