Au cours de ce mercato 2019/2020, la Championship s’est vu plus que jamais au coeur des négociations. Si la Premier League n’a pas perdu son temps pour s’emparer de ses jeunes joueurs prometteurs, les prix ont grimpé considérablement, atteignant des sommets.

L’alchimie se résumerait ainsi : le club de deuxième division produit ou se procure de jeunes joueurs (20 ans maximum), leur offre une expérience non négligeable dans ce championnat relevé et les revend aux grandes écuries de Premier League une fois qu’ils sont arrivés à maturité. Mais cette stratégie s’avère-t’elle réellement payante ? Qu’a la Premier League à y gagner ? Eléments de réponse ici.

Des centres de formation attrayants

La formation, en Angleterre, dispose de deux avantages non négligeables. D’une part, les championnats jeunes (U15, U18, U23 aussi appelée Premier League 2) permettent aux joueurs inexpérimentés de se former et d’évoluer indépendamment de la Premier League, et ce à un niveau très élevé. D’autre part, les centres de formation du pays sont parmi les meilleurs d’Europe. Même en Championship, ils jouissent d’une grande renommée due au passé glorieux des équipes. En 2017, 7 joueurs évoluaient en Premier League en ayant fait leurs classes à Leeds United.

Au sein de ces clubs, beaucoup de joueurs parviennent à passer du centre de formation à l’équipe première. Pour la saison 2019/2020, Reading compte dans ses rangs onze joueurs issus de son centre de formation, Birmingham City sept, Nottingham Forest six.

On comprend ainsi la logique de certains clubs de Premier League. Par une stratégie d’anticipation, ils achètent des joueurs très jeunes (de 15 à 20 ans) pour immédiatement les faire jouer non avec l’équipe première mais les équipes U23 voire U18.

Ce mercato sous-jacent s’immisce dans toutes les divisions inférieures, de la D2 à la D6 et à des sommes souvent très profitables pour les clubs vendeurs. Ainsi, Bolton Wanderers, qui descend en EFL League One (D3) cette saison, est parvenu à vendre Daniel Ogwuru (14 ans) à Manchester City pour 108 000 euros. Rochdale, équipe de D3 également, a vendu Daniel Adshead (2001) pour 335 000 euros à Norwich City.

Cette année, un centre de formation a beaucoup plus fourni en jeunes joueurs que les autres : c’est celui de Reading qui a offert James Hillson (2001) à Arsenal ainsi que Jamal Balogun (2000) et Cameron Green (1999) à Watford. L’académie du club rayonne depuis quelques années grâce à l’émergence de joueurs notables de Premier League tels que Gylfi Sigurdsson (Everton), Shane Long et Alex McCarthy (Southampton).

Gylfi Sigurdsson, un produit made in Reading (crédit photo : metro)

Grâce au travail des scouts, les clubs vont dans des divisions de plus en plus profondes pour dénicher la perle rare. Ainsi Tottenham s’est procuré la jeune star de Notts County (D4) : Kion Etete (17 ans). Wolverhampton est allé chercher Hong Wan (19 ans) à Yeovil Town (D5). Encore plus loin, Burnley a sorti Joel Senior (20 ans) de Curzon Ashton, un club semi-professionnel.

Si les clubs de Premier League n’offrent pas des milles et des cents pour acheter ces jeunes pépites afin de les faire jouer en U18 ou U23, ils n’hésitent pas à casser la tirelire pour des joueurs tout de suite destinés à l’équipe première. Encore là, c’est une véritable chasse au trésor qui atteint des sommes astronomiques.

Un Big Six à l’affût sans beaucoup dépenser

Rechercher des joueurs plus vieux (quoique…) dans les divisions inférieures, avec comme objectif de les faire jouer avec l’équipe première : voilà une stratégie qui présente des avantages conséquents. Le jeu proposé en Championship est de loin le plus élevé des D2 européennes. D’autre part, on l’a dit, les centres de formations offrent des pépites qui peuvent rester dans leur club jusqu’à 20, 21 ans et ainsi engranger une réelle expérience du haut niveau. Enfin, considéré comme un championnat où beaucoup de joueurs cherchent à rebondir, il n’est pas difficile de dénicher des joueurs d’un certain âge capables de tenir la route en Premier League.

Ainsi, ce sont plus d’une vingtaine de joueurs de division inférieure qui ont rallié la 1ère division anglaise pour la saison 2019/2020. Destination privilégiée, la Premier League a accueilli 9 des 10 transferts les plus chers provenant de Championship.

Les grandes équipes sont restées timide à ce niveau là, tout en faisant de très bons coups, privilégiant une jeunesse qui a déjà prouvé de belles choses. Liverpool a arraché la future star Harvey Elliott (16 ans) à Fulham. L’affaire s’avère déjà payante puisque le jeune anglais a signé des prestations tout à fait intéressantes lors des matchs de préparation, grâce à une technique dévastatrice et une vision du jeu très rare à son âge.

Harvey Elliott : un profil plus qu’intéressant pour Liverpool FC (crédits vidéo : Youtube, ScoutNationHd)

Tottenham a mis 10 700 000€ pour s’offrir l’ailier de Leeds United Jack Clarke (18 ans), qui aussitôt a été prêté au club de Marcelo Bielsa. Les Spurs ont également donné 27 000 000€ à Fulham pour lui voler sa star Ryan Sessegnon (19 ans). Manchester City a offert 4 320 000 euros à West Bromwich Albion pour Morgan Rogers (17 ans).

La star de Fulham deviendra-t-elle celle de Tottenham ?

Le milieu de tableau n’a pas été très dépensier à ce stade là. Si Everton, Wolverhampton et West Ham n’ont formulé aucune offre à des clubs de Championship, Watford a seulement acheté Craig Dawson à West Bromwich Albion pour 6 500 000€.

Un bas de tableau très dépensier

Avec un budget limité et en même temps le besoin de renforcer leur effectif, les équipes de bas de tableau ont vu la Championship comme un marché très profitable. Pas seulement butés à s’offrir des tous jeunes joueurs, ces clubs ont voulu aussi assurer le coup en achetant des hommes d’expérience à la fleur de l’âge.

Burnley et Brighton ont de commun qu’ils ont presque recouru uniquement à la Championship pour leur mercato. Burnley a privilégié l’expérience de l’ancien internationnal néerlandais Erik Pieters (31 ans, Stoke City) et de l’anglais Jay Rodriguez (30 ans, West Bromwich Albion) pour respectivement 1 100 000€ et 5 550 000€ et s’est renforcé dans les cages pour 2 750 000€ avec le gardien de l’Irlande du Nord Bailey Peacock-Farrell (22 ans, Leeds United).

Ici à la lutte avec Ashley Young, Erik Pieters a déjà une belle carrière derrière lui (crédit photo : Zimbio)

Avec une 17ème place peu rassurante l’année dernière, Brighton a trouvé un vent de fraîcheur avec des jeunes joueurs tels que Matthew Clarke acheté 4 200 000€ (23 ans, Portsmouth) ou Lewis Freestone déniché à Peterborough en EFL League One (20 ans). Le club n’a pas hésité à acheter le buteur français Neal Maupay (22 ans, Brentford) 22 000 000€ et Adam Webster (24 ans, Bristol City) 20 000 000€. Un pari très risqué mais qui s’avère pour l’instant payant puisque Maupay a marqué pour son premier match avec les Seagulls.

Seizième l’année dernière, Southampton a tout misé sur Che Adams, en provenance de Birmingham City. Le club a déboursé 17 000 000€ pour le jeune de 23 ans. Très rapide et adroit sur ses tirs, l’attaquant représente tout ce qui manquait offensivement au club.

Si Norwich est resté sur la réserve, Sheffield United a dépensé 17 millions d’euros pour avoir Luke Freeman (27 ans, Queens Park Rangers), Callum Robinson (24 ans, Preston North End) et Ben Osborn (25 ans, Nottingham Forest). Ajoutez à ces 3 achats les 19 100 000€ formulés à Swansea pour l’écossais Oliver McBurnie (23 ans).

En plus de la vente de Neal Maupay, Brentford aura fait quelques bénéfices avec la vente d’Ezri Konsa (22 ans) à Aston Villa pour 4 500 000€. Le dernier qualifié en Premier League s’est également offert Jota (28 ans, Birmingham City) pour 4 500 000€.

Ezri Konsa, un renfort important dans la défense d’Aston Villa (crédit vidéo : YouTube, Scouting Football)

Même les équipes de D3 ou D4 (voire plus loin) ont su tirer leur épingle du jeu pour vendre leurs éléments au prix fort. Ainsi, Todd Miller, à peine âgé de 17 ans et en provenance de Colchester (D4), a signé à Brighton. Tout frais promu en Championship, Luton Town a vendu James Justin (20 ans) à Leicester pour 6 500 000€ et Jack Stacey pour 4 000 000€ à Bournemouth (arrivé chez les Cherries avec les jeunes Phillip Billing d’Huddersfield et Lloyd Kelly de Bristol City qui auront coûté tous les deux 18 000 000€ et 13 000 000€).

Les clubs de Premier League ont ainsi tous été plus ou moins intéressés par les joueurs de Championship. Si le haut du tableau a préféré assurer le coup avec une seule ou deux acquisitions, le bas de tableau s’est avéré beaucoup plus gourmand avec des sommes astronomiques. La Championship, par ses centres de formation de grande qualité et son niveau très élevé s’est ainsi montré, par l’intérêt considérable des équipes de D1, comme une D2 de prestige. Avec tout cet argent rentré dans les caisses, il en reste ainsi énormément à dépenser pour combler les vides laissés par les joueurs partis…