Quelques mois avant le début de la Coupe du Monde 2018 en Russie, le sélectionneur Gareth Southgate l’avait annoncé : « Le maillot de numéro 1 est à prendre ». Car oui, la sélection anglaise n’a toujours pas de gardien numéro 1 pour jouer la Coupe du Monde 2018 en Russie. Et elle est bien la seule.

Pour ne citer qu’eux et depuis les départs de gardiens emblématiques tels que David Seaman (75 sélections), Peter Shilton (125 sélections) ou plus anciennement Gordon Banks (73 sélections), aucun gardien au XXème siècle n’a réussi à s’imposer dans les buts des Three Lions. Et a priori, le problème n’est pas prêt de se régler …

(2002-2012) Une succession de gardiens

Robinson / James / Green

Depuis le début des années 2000, trois gardiens se sont succédés, sans succès, dans les cages de l’Angleterre.

Cette story a débuté en 2002 avec la nomination de David James (1997-2010) alias « Calamity James », surnom qui l’a suivi grâce à ses nombreux superbes arrêts mais aussi ses énormes bourdes.
Après une première sélection en 1997 et une seconde en 2000, James devra attendre 2002 pour faire son come-back suite aux mauvaises prestations de son aîné David Seaman et l’arrivée de Sven-Goran Eriksson au poste de sélectionneur pour devenir enfin le numéro 1. Alors qu’il ne convainc pas lors de l’Euro 2004, son erreur face à l’Autriche lors d’un match éliminatoire pour le Mondial 2006 en Allemagne lui fait perdre sa place aux dépens de Paul Robinson (2003-2007).

Titulaire lors de la Coupe du Monde 2006, Robinson joue les cinq matchs en connaissant quatre « clean sheets » lors de la compétition. Mais en 2008 à cause de ses nombreuses bourdes, Fabio Capello rappelle David James. Mais une blessure un an plus tard permet à un nouveau gardien, Robert Green (2005-2012), de devenir à son tour numéro 1. En 2010, il est titulaire au Mondial sud-africain mais là, stupeur, il commet une énorme erreur lors du premier match contre les États-Unis (1-1). Le ballon lui passe sous le ventre sur une frappe de loin anodine de Clint Dempsey qui égalise. Suite à cela, il ne portera plus jamais le maillot des Trois Lions en tant que premier gardien.

La boulette de Green qui permet aux USA de tenir le 1-1 en phase de poule.

Après le Mondial, James n’est plus appelé par Capello qui prend sa retraite internationale. Green est lui relégué au rang de remplaçant. Par conséquent, c’est le jeune Joe Hart (23 ans) qui est propulsé titulaire !

Au final entre 2002 et 2012, les trois gardiens se sont partagés les cages de l’Angleterre sans réussite. James a ainsi connu 53 sélections, Robinson 41 et Green 12.

L’espoir Joe Hart

Crédit : Telegraph

A partir de 2010, une page se tourne en Angleterre et tous les espoirs sont maintenant tournés vers Joe Hart, le portier très prometteur de Manchester City. Avec son club, il remporte le championnat en 2012 et 2014 mais surtout, il est nommé « Meilleur gardien de Premier League » en 2011, 2012, 2013, 2015.
Après un Euro 2012 réussi, le pays tout entier se dit qu’ils ont enfin trouvé leur dernier rempart tant espéré. Le natif de Shrewsbury a ensuite participé à la Coupe du Monde 2014 au Brésil puis à l’Euro 2016 en France. Cependant, cette dernière compétition a été fatale à Hart. L’Angleterre fait un Euro catastrophique et Manchester City connaît un nouvel entraîneur : Pep Guardiola. Problème pour Joe Hart, il n’entre pas dans les plans du catalan et le force à partir. L’enfer commence alors pour lui, il rejoint le Torino FC en prêt et devient le premier gardien anglais à jouer en Serie A. Prêté à West Ham United en 2017-2018, il voit sa place de titulaire dans les buts anglais fragilisée au fil des mois malgré le fait qu’il ait participé aux 9 des 10 matchs pour la qualification de son pays à la Coupe du Monde 2018. Âgé de maintenant 31 ans et après 75 capes, le nouveau sélectionneur Gareth Southgate a considérablement rajeuni son effectif et le désormais ex-numéro 1 n’est pas du voyage pour la Russie. La relève se nomme alors Jack Butland (25 ans), Jordan Pickford (24 ans) et Nick Pope (26 ans).

Vers un nouveau turnover

Pickford / Pope / Butland

Les Champions du Monde 1966 arrivent alors au Mondial russe sans Joe Hart et donc sans gardien numéro 1. Malgré le fait que ce dernier ait joué tous les matchs de qualification (sauf le dernier car sans enjeu), Gareth Southgate a essayé trois différents gardiens durant les matchs amicaux.

Nick Pope est paradoxalement le plus âgé des trois portiers mais aussi le moins expérimenté. Il est seulement rentré en jeu lors du dernier match amical contre le Costa Rica à la 65 minute le 6 juin 2018 et fait partie de l’effectif pour la Coupe du Monde.

Lancé par Roy Hodgson en 2012, Jack Butland n’a lui connu que 8 sélections avec son pays mais a été testé lors des matchs amicaux de  novembre, mars et juin en concurrence avec Pickford.

L’ayant déjà côtoyé en 2015 avec les U21, Jordan Pickford est appelé par Southgate en novembre 2017 pour remplacer Hart. D’abord sur le banc puis de temps en temps avec les jeunes, il alterne les rencontres avec Butland et se fait remarquer lors du match contre l’Allemagne pour sa 1ère sélection le 10 novembre 2017. Score final : 0-0 !

Lors du match d’entrée à la Coupe du Monde 2018 contre la Tunisie, c’est le plus jeune et le plus prometteur gardien du trio qui est finalement choisi pour garder le but anglais. En juin 2017, Jordan Pickford (Sunderland) avait signé à Everton pour 34 M€ ce qui en fait le troisième gardien le plus cher de l’Histoire derrière Buffon et Ederson. C’est dire les espoirs qui sont placés en lui, en espérant qu’il ne se troue pas lui aussi durant la compétition. Comme ses aînés.

[themoneytizer id= »18234-28″]