Qui dit période estivale dit également période de transferts. Le 9 juillet prochain, le marché sera ouvert en MLS jusqu’au 7 août. Même si cette fenêtre intervient en pleine saison américaine, les rumeurs en Europe laissent entendre du mouvement entre les deux continents.

Encore considéré il y a quelques saisons comme une ligue de vieilles gloires européennes en retraite dorée, la MLS se rapproche désormais d’une ligue de « transition », capable de faire évoluer de jeunes talents avant qu’ils ne s’envolent vers les meilleurs championnats. Fini les Drogba, Lampard, Pirlo et place aux Almiron, Barco, Acosta…

Des objectifs de développement élevés

Récemment les transactions effectuées par les franchises de MLS vers l’extérieur du championnat sont montées en puissance. Les montants obtenus sont aujourd’hui dans les moyennes des ligues européennes et le phénomène tend à se renforcer. On voit là les objectifs de la Major League qui souhaite se rapprocher des meilleurs championnats du monde.

Le but avoué est de réussir à faire venir de jeunes joueurs extrêmement prometteurs, de les faire grandir et enfin de les vendre aux meilleurs clubs européens. C’est une des premières étapes dictées par Don Garber, le commissaire de la MLS. La dernière sera sans doute de pouvoir conserver ces stars jusqu’à leur retraite.

Résultats de recherche d'images pour « transfert MLS don garber »
Don Garber poursuit le développement de « sa » ligue avec détermination et efficacité
(Crédit photo : The Spokesman-Review)

Le championnat nord-américain a tous les atouts pour convaincre : une belle qualité de vie, des infrastructures récentes, un niveau qui monte… Il apparaît comme un passage idéal pour les Sud-Américains qui ne souhaitent pas s’expatrier trop loin, trop tôt. D’où la présence d’excellents joueurs d’Amérique latine dans la ligue. Atlanta l’a bien compris.

Des chiffres parlants

D’ailleurs, Miguel Almiron est le joueur qui matérialise le mieux cette ascension. Le Paraguayen d’Atlanta a été vendu en janvier dernier à Newcastle pour la jolie somme de 36M$ (24M€). C’est tout simplement le montant le plus élevé pour un transfert dans la ligue. Ce record avait pourtant déjà été battu quelques semaines plus tôt avec la vente d’Alphonso Davies au Bayern Munich pour 15M$. Le prodige des Vancouver Whitecaps est devenu le joueur canadien le plus cher de l’histoire. Un accord a aussi été trouvé à la même période entre Columbus et Manchester City concernant le gardien Zach Steffen qui rejoindra son nouveau club cet été. Montant de la transaction : 12M$. On n’était pas loin également cet hiver d’assister à la signature de Luciano Acosta au PSG (estimé entre 9 et 13M$) qui aurait fait de cette période de transfert un moment plus historique encore.

Alphonso Davies signe au Bayern Munich pour un montant record (Crédit photo : Mercato365)

Autant de faits et de chiffres qui montrent la montée en puissance de la MLS. La ligue américaine de soccer s’impose enfin dans la planète du sport business et vient concurrencer les clubs du vieux continent avec plus d’insistance.

Une progression durable ?

Les trois plus gros transferts de la MLS ont donc été réalisés sur la période 2018/2019. Avant cela le record datait de 2008 avec la vente de Jozy Altidore des New York Red Bulls vers Villarreal pour « seulement » 10M$. La question légitime que l’on peut se poser : est-ce que les franchises US pourront renouveler ce type de performance financière ? Il semble que les clubs, sous l’impulsion de la ligue, se tournent désormais vers des pépites, des stars en devenir. Le statut de « Young Designated Player » permet d’aller chercher des jeunes joueurs qui intéressent déjà les Européens. Ezequiel Barco est le nouveau pari d’Atlanta qui a misé 15M$ sur le jeune argentin en 2018. Il est l’exemple de la nouvelle vision du marché des transferts aux USA.

Top 15 des transferts en MLS
(Crédit image : TransferMarkt)

La MLS bientôt parmi les grands

Un autre facteur mérite aussi d’être pris en considération : les académies. Ces centres de formation made in US sont très récents et commencent à donner des résultats. Il va sans dire que dans les années à venir, de bons joueurs sortiront et qu’ils seront vendus à prix élevés vers les plus grands clubs.

La MLS continue son évolution, tant sur le plan sportif qu’économique. Elle s’affirme de plus en plus comme une ligue de talents (sans mauvais jeu de mots avec la Ligue 1) et vient bousculer les rouages établis par les équipes du vieux continent. Le football est un monde qui change sans cesse et la MLS fait tout pour redistribuer les cartes.