Lassana Diarra a mis un terme à sa carrière le 21 février dernier. Le joueur de 33 ans n’ira pas au bout de son contrat avec le Paris SG qui devait se terminer en juin 2019. Une carrière très prometteuse pour un joueur si talentueux mais qui laissera des regrets.

Clap de fin pour le joueur qui termine à Paris dans la ville où il est né. Après prés de 15 ans en professionnel, l’ancien pensionnaire du Havre a rangé ses crampons. Cependant il restera une énigme pour bons nombres d’amoureux du football.

Un (grand) voyageur peu patient

Le milieu défensif de formation va joueur dans 10 clubs différents au cours de sa carrière entre 2004 et 2019 (Le Havre, Chelsea, Arsenal, Portsmouth, Real Madrid, Anji Makhatchkala, Lokomotiv Moscou, Marseille, Al-Jazira Club et Paris SG), preuve d’une certaine inconstance.

Lassana Diarra est très impatient et il veut tout tout de suite. Lors de son passage en Premier League, le joueur encore jeune a du mal à se faire une place face à la concurrence chez les blues et les gunners, où il est même aligné en latéral droit.

Lassana Diarra a joué avec Claude Makélélé à Chelsea (crédit photo : Le10sport.com)

Mécontent de son temps de jeu et plutôt que de rester pour tenter de s’imposer, la sentinelle ira chercher une place de titulaire à Portsmouth où il restera une seule année pour signer au Real Madrid. Il y retrouvera son ancien coach de Chelsea, José Mourinho.

Un caractère bien trempé

Le successeur annoncé de Claude Makélélé s’impose dans la maison blanche. Son jeu est taillé pour la Liga et ses qualités footballistiques (jeu court, jeu long, vivacité, physique, technique) lui permettent de devenir un titulaire indiscutable. C’est au Real Madrid que le joueur a connu l’apogée de sa carrière. Mais le milieu défensif refusera des propositions de prolongation du club madrilène avec augmentation mais jugé insuffisante pour le joueur très gourmand. L’international français tiendra même tête à son entraineur et son égo va lui jouer des tours, n’hésitant pas à aller au clash pour partir du club.

Lassana Diarra et José Mourinho au Real Madrid (crédit photo : le quotidien du peuple)

L’aventure se terminera mal avec « The Special One » et le joueur restera même six mois sans jouer avant de choisir un exil doré en Russie.

« J’ai énormément appris de lui. Il n’a rien à voir avec les autres. Moi et Mourinho, on s’est dit des choses… On s’est insultés. Parfois, on ne se disait pas bonjour pendant un mois. C’est un orgueilleux, je suis un orgueilleux… »

Lassana Diarra à propos de son entente avec José Mourinho (en 2012)
Lassana Diarra dans ses œuvres (crédit vidéo : YouTube ILARSSONI)

Des choix plus financiers que sportifs

Alors que sa carrière semblait enfin bien lancée dans la maison blanche, le joueur est réputé pour être difficile à gérer et les offres ne sont pas nombreuses. « Lass » fait un choix financier en signant en Russie au FK Anji Makhatchkala, dirigé par le milliardaire russe et homme d’affaires controversé Souleyman Kerimov. Son salaire est doublé mais le choix sportif laisse à désirer.

D’ailleurs, encore une fois, l’aventure tourne court mais le joueur souhaite continuer dans le championnat russe en rejoignant le Lokomotiv Moscou. Là aussi, ce sera un mauvais choix qui va plomber le reste de sa carrière. Après une saison en 2013/2014, le club russe souhaite baisser son salaire car le Français se montre moins performant. Le joueur ne se laisse pas faire et décide de rompre son contrat. Ce conflit bloquera Lassana Diarra qui ne pourra pas jouer pendant un an. Ce qui marquera un énorme coup d’arrêt dans sa carrière. En mai 2016, le Tribunal arbitral du sport (TAS) l’avait même condamné à verser une amende de 10 millions d’euros au club moscovite. Un conflit entre le joueur et le Lokomotiv Moscou qui se réglera en mars 2017.

L’homme qui devait 10 millions

À l’été 2015 alors que le joueur n’a plus joué depuis un an, Marseille lui tend la main. Le milieu défensif découvre la Ligue 1 à 30 ans et impressionne par son niveau de jeu qui, d’ailleurs, lui permettra de revenir en équipe de France. Comme si rien ne s’était passé, comme s’il avait toujours joué au plus haut niveau.

À l’issue d’une bonne saison, Lassana Diarra n’a pas obtenu la revalorisation salariale souhaitée. Marseille refuse aussi de régler une partie de l’amende que le joueur devait au Lokomotiv Moscou. Le joueur s’estime trahi. Diarra quittera le club en février 2017 après six premiers mois où il n’est que l’ombre de lui même. Et signera en avril à Al-Jazira pour jouer 5 matchs en six mois, justifiant son image de mercenaire.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1d1b6.jpg.
Lassana Diarra, lors de son passage à Al Jazira (crédit photo : l’Equipe)

Puis en janvier 2018, presque contre toute attente, il signe au Paris SG pour un dernier contrat. Le natif de Belleville en région parisienne ne disputera que 19 matchs pour finalement prendre sa retraite en février 2019. Il n’endossera finalement pas le rôle du numéro 6 qui manque encore au PSG aujourd’hui, malgré son expérience.

Lassana Diarra avec son dernier club (crédit photo : ParisFans)

Un bilan en bleu aussi très mitigé

En club, l’image de mercenaire de Lassana Diarra est dans toutes les têtes des passionnés de football. Et son parcours en Bleu aussi aura eu des hauts et des bas.

Première convocation en 2007, titulaire pour les matchs de qualification pour l’Euro 2008, Lassana Diarra sera sélectionné pour l’Euro 2008 sans pour autant jouer. Il sera de nouveau titulaire pour les qualifications pour le Mondial 2010 mais sera forfait pour raison de santé. Cela lui évitera le fiasco en Afrique du Sud.

Ensuite, sous l’ère Laurent Blanc, et malgré sa polyvalence, il sera barré par la rude concurrence et ne sera pas pris pour l’Euro 2012. Didier Deschamps le convoquera cette même année quelques temps après son intronisation mais il sera (encore) forfait à cause d’une blessure. En 2013, il prend sa retraite internationale. Là aussi, un gâchis mais dû aux blessures cette fois-ci.

Avec son retour en grâce sous le maillot de l’OM, Didier Deschamps le convoque de nouveau et il fera même parti des 23 pour l’Euro 2016. Celui qui a perdu sa cousine après les attentats du 13 novembre 2015 pendant un certain France/Allemagne (2-0) devra encore vivre un moment douloureux en raison d’un souci à un genou. Au final, « Lass » comptera tout de même 34 sélections en bleu mais ce qui reste peu au vu de son énorme potentiel.

« Lassana a une expérience internationale, il a joué dans de grands clubs européens et a un rôle stratégique devant la défense. Il doit nous apporter son expérience. Diarra possède une marge de progression du fait de son inactivité mais il a un rayonnement intéressant »

Didier Deschamps à propos de Lassana Diarra le 1er octobre 2015.

Même si Lassana Diarra est passé dans de nombreux grands clubs, il est passé à côté d’une immense carrière entre blessures et business. Le sens des priorités. Avec seulement 250 matchs disputés tous championnats confondus, on peut dire que sa carrière laisse présager quand même à un incroyable gâchis pour un joueur de ce calibre-là.

Le 15 février dernier, à 4 mois de la fin de son contrat, il décide de dire stop au football. Après une carrière tumultueuse, Diarra sort par la petite porte. Une sortie qui restera un mystère, un peu à l’image du joueur qu’il aura été.

[themoneytizer id=”18234-28″]