Ce samedi, Bruno Génésio vient d’annoncer son départ de l’Olympique Lyonnais en vue de la saison prochaine. Un soulagement pour la majorité des Lyonnais mais aussi une “story” qui démontre une faille dans la communication controversée de Jean-Michel Aulas.

Au poste depuis la trève hivernale de 2015, Bruno Génésio arrivait en fin de contrat à l’issue de cette saison. L’entraîneur de Lyon souhaitait que sa situation soit clarifiée au cours de cet exercice. C’est pourquoi Jean-Michel Aulas avait prévu une prolongation début avril.

Aulas/Génésio : un désaccord sur le moment de la prolongation

Alors que les deux hommes étaient en accord pour une non-prolongation à la fin de la saison dernière, Bruno Génésio a commencé à mettre la pression à son président durant le mois de janvier. Il veut savoir rapidement s’il sera prolongé ou non à l’issue de cette saison.

Je n’ai pas de pression, ni dans un sens ni dans l’autre. Mais il faudra simplement, à un moment donné, qu’on sache, le club et moi, ce que l’avenir nous réserve. C’est important de le savoir assez tôt.

Bruno Génésio en janvier dernier (conférence de presse)

Cette déclaration n’est alors pas du goût de Jean-Michel Aulas qui lui rétorque dans la foulée.

Ce ne serait pas une bonne solution d’attaquer la discussion dès maintenant. Ce serait une trop forte pression par rapport aux objectifs. Mon plus grand souhait est que Bruno réussisse à l’OL. On va se mettre au travail pour que les objectifs soient atteints. Mais je pense qu’il ne faut pas précipiter les choses concernant une prolongation de contrat.

Jean-Michel Aulas en janvier dernier (OLTV)

Le mois suivant, le Président lyonnais annonce que la décision sera prise fin mars. Cela sera confirmé le 20 mars où il avoue que ce choix sera pris à l’issue du match de Coupe de France, le 2 avril.

Une conférence de presse lunaire

Une conférence de presse est alors prévue après le match. Mais nous connaissons tous l’issue. En effet, les médias l’annoncent : Génésio doit être prolongé pour deux saisons. Mais patatras, l’Olympique Lyonnais s’incline sur le score de 3 à 2 face à Rennes et ne verront pas la finale de la Coupe de France.

La conférence de presse est malgré tout toujours d’actualité. Bruno Génésio et Jean-Michel Aulas se présentent alors devant les journalistes. À l’issue d’un long discours du président où il vante notamment les résultats du coach et le manque d’indulgence des supporters, Aulas annonce que la prolongation sera potentiellement en fin de saison. Il critique par la même occasion les journalistes en sous-entendant qu’ils révèlent de mauvaises informations. Une conférence de presse qui devient lunaire avec la mine déconfite de Génésio à ses côtés.

La conférence de presse surréaliste de Jean-Michel Aulas (Crédit vidéo : Youtube L’Equipe)

Finalement, dix jours plus tard, c’est Génésio lui-même qui annonce son avenir. Une communication ratée de A à Z pour Jean-Michel Aulas lui qui par habitude, calcule au mot près sa communication aussi bien dans les médias que sur les réseaux sociaux..

Des résultats à la dérive par la suite

La conférence de presse qui devait rassurer Génésio pour la fin de saison n’a donc pas eu lieu, perturbant à l’inverse le coach lui-même et les joueurs. Cela s’est d’ailleurs ressenti lors des deux dernières rencontres. Tout d’abord, samedi dernier, les Lyonnais s’inclinent 3 buts à 1 contre Dijon au Parc OL, le cancre du championnat ! Puis ce vendredi, ils perdent de nouveau à Nantes sur le score de 2-1. Trois défaites de suite, une première depuis janvier-février 2017.

Mais le pire dans ces défaites est le sentiment que les joueurs ont lâché l’entraîneur. Depuis quelques matchs, on ne reconnait plus certains joueurs comme Tanguy Ndombélé, Nabil Fékir ou bien Houssem Aouar. Et que dire de l’énigme Memphis Depay ! Pourtant pétris de talent, ils ne semblent plus vouloir faire les efforts nécessaires pour aider à la réussite de leur club. L’annonce de la non-prolongation va peut-être les réveiller dans l’optique d’assurer la troisième place du championnat.

Des supporters contents du départ de Génésio

Pourtant de la famille lyonnaise (il y est né et à joué à l’OL), Bruno Génésio n’était pas en odeur de sainteté pour la majorité des supporters lyonnais. Lors de l’annonce de son nom au parc OL, il est par exemple sifflé par une bonne partie du stade. Des “Génésio démission”, “Génésio démission” étaient aussi très souvent scandés dans le stade.

Bruno Génésio sifflé au stade (Crédit vidéo : Youtube footbol69)

Et que dire des réseaux sociaux (bon ça reste les réseaux sociaux hein) où il reçoit une multitude d’insultes et de critiques des fans lyonnais. L’un des groupes des ultras lyonnais, les Bad Gones 1987, ne souhaitaient pas une reconduction de contrat. Certains pensaient également à ne pas se réabonner au stade en cas de prolongation de Génésio.


Les Bad Gones ne souhaitaient pas une prolongation (crédit Facebook : Bad Gones 1987 Officiel)

Mais d’où vient tout ce déferlement de haine et qu’est ce qu’on lui reproche ?

Beaucoup de reproches envers Génésio

Tout d’abord, les Lyonnais lui reprochent de n’avoir gagné aucune compétition nationale. Cela pourrait se comprendre avec l’ogre parisien dans le tableau sauf qu’ils n’ont pas affronté Paris. Ils se faisaient chaque année éliminer par des clubs dits inférieurs. Cette saison par exemple, Lyon s’est fait éliminer par Strasbourg en Coupe de la Ligue et Rennes en Coupe de France, les deux rencontres étant à domicile.

Les supporters l’accusent également d’un manque de jeu collectif. Les victoires sont en effet principalement dues à des exploits individuels des attaquants. La saison dernière, ils se sont reposés sur des joueurs qui marchaient sur l’eau comme Mariano Diaz (18 buts), Nabil Fékir (18 buts) ou Memphis Depay (19 buts) pour avoir l’une des meilleures attaques du championnat (85 buts). Cette année, le premier est parti et les deux autres sont dans le dur (9 buts et 6 buts). Résultat : seul Moussa Dembélé dépasse les dix buts et ils n’ont marqué que 57 buts.

Les cinq meilleurs buteurs de Lyon (crédit photo : LFP)

L’un des griefs des supporters envers Génésio est également de ne pas assez faire confiance aux jeunes du centre de formation. Cette saison, seuls Anthony Lopes, Houssem Aouar, Lucas Tousart et Nabil Fékir jouent de manière régulière. Bien trop peu alors que la formation lyonnaise est l’une des meilleures de France, si ce n’est la meilleure. Les lyonnais demandaient notamment de faire jouer régulièrement Oumar Solet (un match joué) ou Maxence Caqueret au milieu de terrain (aucune rencontre disputée). Surtout qu’en voyant les performances de Marcelo, le premier cité n’aurait sans doute pas fait tache.

Les supporters voulaient que Maxence Caqueret joue en équipe A (crédit Photo : Twitter @mcaqueret10)

Le dernier point de discorde est le nombre de non-matchs des Lyonnais, principalement face aux petites équipes. Combien de points Génésio et Lyon ont-ils perdu face à des clubs qui jouent le maintien ? Rien que cette saison, ils n’ont pas gagné six matchs face à des équipes hors du top 10. Tout ceci à cause de la difficulté à Bruno Génésio de s’adapter face à des équipes qui jouent en bloc bas.

Quel entraîneur pour la saison prochaine ?

Maintenant que le départ de Bruno Génésio est acté pour l’an prochain, les Lyonnais doivent se pencher sur le nouvel entraîneur. De nombreuses pistes émergent comme Laurent Blanc, José Mourinho, Hervé Renard ou Marcelo Gallardo. Une chose est sûre : il devra cohabiter avec un Jean-Michel Aulas omniprésent (s’il reste) et des supporters très exigeants. Mais ce qu’ils veulent en priorité est du jeu. Un aspect qu’ils n’ont que trop rarement connu sous l’ère Génésio malgré quelques performances exceptionnelles (à City ou face à Paris notamment).