En marge de la Coupe du Monde 2018, la FIFA a fait son choix lors du 68ème Congrès de Moscou pour l’attribution du Mondial 2026. Le Maroc n’a pas été retenu. 

On connait l’identité de l’organisateur du premier Mondial à 48 équipes en 2026. Ou plutôt les organisateurs. En effet, le triumvirat USA-Mexique-Canada a été choisi face au challenger marocain.

Sans surprise

8h30 heure française, Gianni Infantino – le président de la FIFA – prend la parole pour un vote de désignation qui doit intervenir à la mi-journée. Pour effacer tous risques de vote truqués, ce n’est plus le Congrès de l’instance mais son comité exécutif (devenu Conseil de la FIFA) qui organise ce genre de scrutin. Mais l’issue était déjà scellée si on en croit les journalistes et pays votants : la Coupe du Monde reviendra sur le continent américain 24 ans après. Au final, la candidature commune appelée “Projet United” récoltera 134 votes des délégués de la fédération internationale de football contre 65 pour le Maroc, soutenu par l’Afrique et la France notamment.

Qu’est-ce qui a joué en leur faveur ?

Pour la première fois dans toute l’histoire de la Coupe du Monde, un Mondial sera donc organisé par trois pays en même temps, dépassant la co-organisation asiatique Corée du sud/Japon en 2002. Les retombées financières ont expliqué en grande partie ce choix puisque les Etats-Unis, le Canada et le Mexique promettait l’organisation de “la Coupe du monde la plus lucrative de l’histoire” avec environ 14 milliards de dollars de recettes. Beaucoup trop pour le Maroc qui affirmait un “net pour la Fifa de 5 milliards de dollars”. A l’instar de l’attribution sans suspense des JO 2024 et 2028 respectivement pour Paris et Los Angeles le 14 septembre dernier au Pérou, le match final était davantage synonyme d’un affrontement David contre Goliath. Outre l’aspect financier, la proximité géographique du Maroc n’a pas eu l’impact souhaité. Contrairement à l’unification et la fraternité de la candidature nord-américaine. C’est la cinquième fois que le Maroc n’est pas retenu pour l’attribution d’une Coupe du monde après des revers en 1994, 1998, 2006 et 2010.

[themoneytizer id=”18234-28″]