À quatre journées de la fin, Caen est totalement ou presque revenu dans la course du maintien. S’ils évitent la relégation, on pourrait alors considérer cela comme miraculeux. Cela est possible grâce à des derniers matchs réussis.

Il y a un mois et demi, nous faisions un article sur l’infime chance de Caen d’accéder au maintien. Ils étaient dix-neuvième et possédaient huit points de retard sur Amiens. Et pourtant à l’aube de la trente-cinquième journée, les Malherbistes n’ont plus que quatre points de retard sur Amiens, le dix-septième. Avant de se déplacer à Guingamp, ils peuvent donc tout à fait espérer ce sauvetage qui paraîtrait miraculeux. Pour faire la passe de trois ?

Une troisième victoire de suite serait inédite cette saison (crédit Twitter : @beINLigue1Confo)

Une série très positive

Le 16 mars dernier lors de la vingt-neuvième journée, Caen encaissait un cinglant 5-0 sur leur pelouse face à l’AS Saint-Etienne. Les joueurs ont la tête sous l’eau et leurs supporters n’hésitent pas à les chambrer. Mais depuis, le Stade Malherbe est l’une des meilleures équipes du championnat d’un point de vue comptable. Ils ont en effet pris neuf points en seulement cinq rencontres et sont septièmes du classement, à quatre unités de Saint-Etienne. Les Normands sont même devant le PSG ou encore Marseille.

Le classement de Caen lors des cinq dernières journées (crédit Photo : LFP)

Trois victoires, deux défaites donc et une excellente défense avec seulement trois petits buts encaissés. Les victimes dans leur tableau de chasse sont Monaco, Nice et Dijon. Et qui plus est, il y a deux concurrents directs dans le lot.

Brice Samba, un vrai mur

Au début de saison, Brice Samba est loin d’être impérial et commet quelques boulettes. Dès la première journée à Paris, l’ancien marseillais commet deux erreurs (une mauvaise relance et un dégagement contré). Plus récemment, face à Saint-Etienne, il fait une faute de main sur le premier but. Mais depuis, Brice Samba est l’égal de ter Stegen. Rassurez-vous, la comparaison est bien évidemment une blague.

Face à Monaco, il réalise notamment six arrêts et contre Nice, c’est la bagatelle de huit parades. Samba arrête également un penalty sur cette rencontre. À croire que la Côte d’Azur lui réussit.

Les exploits de Brice Samba face à Nice (crédit Vidéo : Youtube : LFP)

Sur les cinq dernières rencontres, le gardien de la République démocratique du Congo a fait un total de 27 arrêts pour 29 tirs cadrés concédés. Cela fait un ratio énorme de 93.1% de parades. Ce pourcentage permet à Brice Samba d’avoir 73.6% d’arrêts depuis le début de la saison, qui le place neuvième dans les meilleurs gardiens du championnat sur cette statistique.

Les pourcentages d’arrêt depuis le début du championnat (crédit Photo : Dsas)

Il faut néanmoins remettre en perspective ce classement puisque des joueurs devant lui n’ont disputé que trop peu de matchs. En effet, Dimitry Bertaud (Montpellier), Mauro Goicoechea (Toulouse) ou Abdoulaye Diallo (Rennes) n’ont joué respectivement qu’une, quatre et six parties. On peut alors dire que le gardien de Caen est sixième. Une place inespérée puisque avant ces cinq rencontres il n’avait fait que 69.8% de parades. Si maintien il y a, Brice Samba sera l’une des causes principales.

Un duo d’entraîneurs, vraiment ?

Le 21 février dernier, Rolland Courbis arrive à Caen pour « donner une valeur ajoutée au staff de Fabien Mercadal ». Malgré cette venue, ce dernier reste l’entraîneur principal de Caen. On peut néanmoins en douter. Même s’il donne les consignes au bord du terrain, c’est l’ancien consultant de RMC qui parle durant les conférences de presse. Dans l’une d’entre elles, Courbis a avoué que c’était lui qui prenait les décisions quant aux joueurs mis sur le terrain.

« Qui décide entre Fabien et moi ? Jusqu’à la trêve internationale, c’était tous les deux. Or depuis qu’on échange nos idées, on est 8 à 9 fois sur 10 d’accord. Si on a un désaccord sur un cas, il en faut un qui décide. Et celui qui décide, c’est moi jusqu’à la 38ème journée. On continue de travailler de la même façon. Au lieu d’être derrière Fabien, je crois que c’est beaucoup plus clair. Si jusqu’à aujourd’hui j’avais 90 % des responsabilités, là j’en ai 100 % »

Rolland Courbis, le 29 mars 2019 (conférence de presse)

Des choix de joueurs payants

Depuis l’arrivée de Rolland Courbis, des joueurs ont disparu de la circulation alors que d’autres sont revenus sur le devant de la scène. C’est le cas par exemple du défenseur central Younn Zahary. Âgé de 20 ans, il enchaîne les titularisations et les entrées en jeu alors qu’auparavant, il était soit sur le banc, soit avec la réserve.

Celui qui a réellement disparu du groupe est Claudio Beauvue. Arrivé en prêt du Celta Vigo, l’ancien lyonnais a joué régulièrement au début de saison puis presque plus depuis quelques semaines. En effet, il n’a disputé que 67 minutes lors des dix dernières rencontres de championnat. Pire. Il a été mis à l’écart par le club le 18 avril dernier, sans toutefois préciser la raison. Le joueur a alors réagi sur son compte Twitter…

La réaction de Claudio Beauvue quant à sa mise à l’écart (crédit Twitter : @CBeauvue)

Ce sont donc des choix payants au vu des derniers résultats. Une série qu’ils devront confirmer ce soir face à Guingamp. Une victoire les ferait revenir à un point du dix-septième alors qu’une défaite remettrait les Bretons dans la course au maintien. Un match à la vie ou à la mort.