Dans tous les débats gravitant autour de la Coupe du Monde Féminine en France, le niveau de médiatisation de l’évènement ou le niveau des équipes étaient souvent traités. Mais jamais les arbitres n’avaient fait partie de l’équation comme un souci pour le football féminin.

Et depuis le début à vrai dire, l’Arbitre Assistant Vidéo (VAR) n’est pas au top de sa forme lors de cette Coupe du Monde, mais aussi et surtout les arbitres qui l’utilisent. Cette technologie a des avantages mais aussi des inconvénients. Elle est toujours aussi discutée pour son utilisation qui peut être mauvaise aux yeux des téléspectateurs. Des personnes vous diront qu’elle freine la beauté du football et d’autres vous diront que cette modernité du football actuelle n’est pas utile.

Image associée
Voici la nouvelle technologie du football ! (crédit photo : UEFA.COM)

Une VAR critiquée…

Casey Stoney est l’une des nombreuses joueuses à avoir critiqué l’utilisation de la VAR pour décider si la faute d’Evelyn Nwabuoku sur l’Allemande Lina Magull constituait un penalty.

« L’arbitre doit voir ça ! Si vous êtes dans une bonne position, vous constaterez que c’est un penalty et que vous ne devriez pas avoir besoin d’aller vérifier à la VAR pour perdre encore plus de temps, alors je m’interroge sur la capacité de la vidéo lors de cette Coupe du Monde. »

Stoney s’interroge sur l’utilité de la VAR.
Résultat de recherche d'images pour "evelyne nwabuoku"
Voici Evelyn Nwabuoku joueuse de la Nigéria. (crédit photo : Latest football)

Quand on lui a demandé si un arbitre à une Coupe du Monde Féminine devrait être la meilleure personne pour visionner les vidéos, sans distinction de sexe, Stoney a déclaré: ” L’arbitre est la meilleure personne pour ce travail, pour donner aux joueurs la possibilité de jouer au football et parlons du football, pas de la VAR, ni des décisions des arbitres.
S’exprimant également sur BBC Two, l’ex-défenseur anglais, Laura Bassett, a déclaré que les arbitres utilisaient la VAR comme une “couverture confortable”.

Résultat de recherche d'images pour "laura bassett joueuse"
Laura Bassett en action. (crédit photo : FranceInfo)

Après la défaite de son équipe, l’entraîneur du Nigeria, Thomas Dennerby, a admis que l’utilisation de VAR avait conduit à des situations étranges pendant le match. Mais il avait prononcé ces mots avant que le Cameroun et l’Angleterre ne soient sur le terrain ce dimanche.

Et dimanche, ainsi qu’à Valenciennes, où l’entraîneur anglais Phil Neville s’est dit “honteux” du comportement camerounais alors que la rencontre a basculé dans la farce lorsque les joueuses camerounaises ont brièvement refusé de reprendre le match après qu’un but de l’Angleterre ait été validé après vérification par l’arbitrage vidéo. Après la pause, un but du Cameroun à au contraire été annulé après vérification, rendant les joueuses camerounaises hors-d’elles faisant retarder le match en protestant. Neville a par la suite félicité l’arbitre en indiquant à la presse après le match qu’elle avait fait de son mieux pour garder les joueuses sur le terrain.

Résultat de recherche d'images pour "phil neville"
Phill Neville et Ellen White discutant probablement des décisions arbitrales.. (crédit photo : Le Parisien)

… Mais elle est aussi utile

Vingt-sept arbitres et 48 arbitres assistantes supervisent les matches en France.

Image associée
Stephanie Frappart y est à cette Coupe du Monde. (crédit photo : RTL)

Certains arbitres ont officié dans les championnats du monde masculins, tels que Bibiana Steinhaus (Bundesliga), Stephanie Frappart (Ligue 1), Claudia Umpierrez (Uruguay), Ether Staubli (deuxième division masculine), tandis que l’arbitre assistante Chrysoula Kourompylia a officiée parmi les pour la ligue grecque.

Résultat de recherche d'images pour "bibiana steinhaus"
Bibiana Steinhaus avec Franck Ribery lors d’un match de Bundesliga. (crédit photo : Bundesliga)

Au cours du week-end, l’interprétation de la règle du hors-jeu était au centre des préoccupations, tandis que la semaine dernière, les pénaltys étaient infligés lorsque les gardiens de but écossais et nigérians ont été pénalisés par la VAR.

Voici un exemple, Allemagne – Nigéria, la huitième finale de cette compétition. (crédit vidéo : Youtube, UEFA)

La VAR a été utilisé lors de la Coupe du monde masculine 2018 et est appliqué dans les championnats italiens de Serie A et de Bundesliga, mais il n’a été utilisé dans aucune ligue féminine dans le monde. Un porte-parole de la FIFA a déclaré à CNN Sport que la VAR avait été utilisé de manière compétitive lors de la “phase de formation” pour les arbitres officiant en France, tels que la Alkass International Cup, un tournoi international masculin des moins de 17 ans et la Qatar Amateur League Cup.

Lors des quatre séminaires de préparation organisés avant la Coupe du Monde Féminine à Abu Dhabi, Doha (deux fois) et Paris, des séances d’entraînement avec les joueuses et des leçons concernant le simulateur de la VAR ont été organisées quotidiennement. “Le niveau de formation a convaincu la commission des arbitres de la FIFA de suggérer au Conseil de la FIFA, en mars 2019, d’utiliser le VAR au Mondial 2019 “, a déclaré le porte-parole.

Des arbitres qui répondent aux attentes selon Pierluigi Collina

Pierluigi Collina, président de la commission des arbitres de la FIFA, a déclaré lors d’une conférence de presse vendredi que “l’évaluation globale” des arbitres était “conforme à nos attentes”.

« Le département Arbitrage de la FIFA et en particulier Kari Seitz, notre chef de projet pour France 2019, ont travaillé d’arrache-pied avec les arbitres qui seront sur le terrain lors de la Coupe du Monde féminine. »

Pierluigi Collina
Résultat de recherche d'images pour "pierluigi collina"
Pierluigi Collina, le meilleur arbitre de tous les temps ? (crédit photo : Scoopnest)

Vingt-quatre équipes d’arbitres différentes des six confédérations ont été désignées pour la phase de groupes et elles ont fait preuve d’un engagement élevé et de qualités.” L’Italien a ensuite déclaré : “Je suis très heureux que le VAR ait très bien fonctionné jusqu’à présent. Nos arbitres n’ont commencé qu’après la Coupe du Monde de la FIFA 2018 à s’entraîner avec cet outil. Ils ont suivi un processus de préparation intensif pour se préparer à la Coupe du Monde féminine.”

En Angleterre, dans la Super League féminine, la norme d’arbitrage a été mise en standby la saison dernière, alors que plus d’attention a été portée à ce qui est devenu une division de premier plan entièrement professionnelle. Pour l’instant, il n’y a pas de groupe d’arbitres à temps plein pour ce championnat. Ce n’est qu’en 2016 que la English Football Association a mis en place un système d’évaluation permettant de contrôler la qualité de l’arbitrage dans le football féminin. Plus tôt cette année, Umpierrez, qui a arbitré dans la meilleure ligue uruguayenne, a déclaré à FIFA.com que le chemin à suivre pour les arbitres féminine était difficile. “J’aimerais beaucoup voir plus de femmes arbitrer le football masculin“, a ajouté Umpierrez, également avocate.

Résultat de recherche d'images pour "umpierrez"
Voici Claudia Umpierrez. (crédit photo : FIFA)

Le football féminin a fait de grands progrès ces dernières années. Les normes se sont améliorées, les investissements ont augmenté et on est plus que jamais à l’écoute, mais pour de nombreuses personnes impliquées dans le jeu, la norme d’arbitrage n’a pas évolué assez rapidement.