Apparaissant comme l’une des équipes à suivre de la Coupe du Monde qui se tiendra du 7 juin au 7 juillet 2019, l’Angleterre a aujourd’hui dans ses rangs l’un des plus beaux effectifs de son histoire.

Les Three Lionesses espèrent enfin inscrire leur nom sur le trophée. La sélection, qui fêtera en novembre les 50 ans de son premier match officiel, n’a encore remporté aucun trophée majeur. Pour autant, l’équipe nationale dispose d’une histoire riche et fameuse mais pleine de déboires.

Toujours debout

Depuis qu’elle est devenue une équipe officielle en 1969, l’équipe d’Angleterre a très souvent été présente aux grands rendez-vous. Elle a participé à quatre Mondiaux sur sept et huit championnat d’Europe des Nations sur douze. Comptez là-dedans une période difficile avec trois « Euros » et un Mondial manqués de 1989 à 1993.

Depuis 2005, les Three Lionesses ont réussi à se qualifier pour toutes les compétitions majeures, s’imposant comme des grandes prétendantes chaque année. L’Angleterre a également su s’imposer comme l’une des meilleurs selections au monde. Finaliste de l’Euro en 1984 et en 2009, l’Angleterre termine troisième de la dernière Coupe du Monde en 2015 après avoir échoué en quarts de finale en 2007 et 2011. En 2017, les Three Lionesses sortent de l’Euro en demi-finale.

L’équipe d’Angleterre médaillée de bronze en 2015 (Crédit Photo : Irish Mirror)

Pour résumer, la sélection nationale est sur un bilan encourageant de deux demi-finales sur ses deux dernières compétitions majeures, ce qui fait d’elle une équipe à surveiller de très près.

Désillusion et déception

Si les Three Lionesses débarquent en France sur une série très prometteuse pour enfin rafler l’or, elles ont à plusieurs reprises caressé du bout des doigts les grands trophées.

Lors de l’Euro 1984 (premier Euro auquel les Three Lionesses participent), où demi-finales et finales se jouent en match aller et retour, l’Angleterre se défait aisément du Danemark en demi-finale avec une victoire 3-1. Elle affronte alors la Suède en finale. Les Suédoises prennent l’avantage lors de la première rencontre avec un score de 1-0. Au match retour, Linda Curl permet à ses coéquipières de se diriger vers la mort subite en inscrivant le seul but du match. Héroïne avec son but salvateur, elle tombe de haut en ratant son penalty. La Suède finit par remporter la séance des tirs aux buts 4-3.

Suède – Angleterre 1984, un match historique à la fin tragique pour les Three Lionesses (Crédit Twitter : @AntiqueFootball)

En 1987, l’Angleterre, alors considérée comme l’une des grandes favorites, est à nouveau défaite en demi-finale par les scandinaves en prolongations. S’en suit une période compliquée où elles vont manquer nombre d’Euros d’affilée et disparaître de la scène internationale.

25 ans après la terrible défaite contre la Suède, les Anglaises accèdent miraculeusement à la finale de l’Euro 2009 après avoir été meilleures troisièmes lors des phases de poule et avoir arraché la victoire in extremis contre la Finlande et les Pays-Bas, en quarts puis en demi-finale. Mais le retour à la réalité est très difficile avec une lourde défaite face à une Allemagne conquérante qui les écrase 6-2.

En 2015, à l’occasion de la Coupe du Monde disputée au Canada, les Anglaises passent encore près de l’exploit en éliminant la Norvège puis le pays hôte, mais en tombant face au Japon en demi-finale par un contre-son-camp malheureux de Laura Bassett à la 92ème minute. En voulant tâcler le ballon à l’entrée de la surface pour le mettre en corner, elle lobe sa gardienne : le ballon frappe la transversale, rebondit quelques centimètres derrière la ligne, et ressort. Un but semblable à celui de Lampard contre l’Allemagne en 2010, à la différence que celui-ci est accordé. Le Japon s’envole en finale. Une cruelle désillusion complétée en 2015 par une défaite 3-0 contre les Pays-Bas en demi-finale de l’Euro, après la belle victoire des joueuses anglaises 1-0 contre l’équipe de France.

La cruelle défaite contre le Japon en demi-finale de la Coupe du Monde 2015 (Crédit vidéo : Youtube FIFATV)

L’équipe d’Angleterre reste donc sur un goût amer, le sentiment non pas d’être frappée par l’injustice mais de ne pas être récompensé de ses efforts. La seule consolation : les compétitions non-officielles.

Une vitrine bien plus remplie… par les compétitions non-officielles

Ironie du sort, la galerie des trophées est pleine de trophées de compétitions non-officielles. En 1985 et 1988, les Three Lionesses gagnent le Mundialito, une compétition regroupant quatre grandes nations qui s’affrontent dans un système semblable aux play-offs. Toutes les équipes s’affrontent dans un système de poules, les deux premiers jouent la finale.

En 2013 et 2015, les Anglaises remportent le Tournoi de Chypre, l’un des tournois les plus importants après l’Euro, les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde. En 2019, elles gagnent la « She Believes Cup » en terminant en tête devant les Etats-Unis, le Japon et le Brésil, rien que ça !

Une équipe d’Angleterre conquérante et récompensée de ses efforts lors de la Coupe She Believes en 2019 (Crédit photo : FIFA.com)

Avec ces nombreux trophées récents, les Three Lionesses donnent un signal fort à leurs adversaires. 2019 pourrait être l’année du sacre, enfin. Un sacre qui permettrait d’oublier une fois pour toutes les innombrables désillusions d’une équipe vue depuis la nuit des temps comme un sérieux outsider.