Situé dans la ville de Valence, le Levante Unión Deportiva a toujours été dans l’ombre de l’ogre blanquinegro. Mais ce club qui n’est aujourd’hui qu’une écurie moyenne pourrait bien créer la surprise et se faire enfin sa place au soleil cette saison, pour ce qui serait seulement sa troisième consécutive dans l’élite. 

La saison dernière a été assez curieuse pour Levante UD. Après un début de saison brillant où ils ont pendant quelque temps bataillé pour les places européennes, la formation de Paco López a commencé peu à peu à perdre pied. Une chute lente mais conséquente, qui les fera atterrir à la quinzième position à la fin de la saison. Mais aujourd’hui, la donne semble avoir changé. Et pas question de refaire les mêmes erreurs. L’équipe a mûri, s’est renforcée et beaucoup d’éléments portent à croire que ce ne sera pas une nouvelle fois la même histoire. Alors pourquoi Levante sortirait-il enfin du lot cette saison ? Premières pistes d’explication avant-coureuses. 

Paco López, technicien tout terrain

Recruté dans la panique en mars 2018 alors que Levante flirtait avec la relégation, Paco López débarque à Valence avec pour mission de sauver le club de la descente. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a su lever les doutes et rapidement confirmer qu’il était bien l’homme de la situation. À son arrivée lors de la 27ème journée de Liga, les Granotes pointaient à la 17ème place du classement, à un petit point de la zone de relégation. La situation était critique. Mais c’était sans compter sur un technicien plein de ressources qui a su remotiver ses troupes et retourner la situation. Son bilan ? Huit victoires, deux nuls et seulement deux petites défaites en douze journées. Impressionnant. D’autant plus que Levante s’est offert quelques succès de prestige comme face à l’Athletic Bilbao, au FC Séville et même face au Barça. Au final, le club termine l’édition 2017/2018 à la 15ème place, cette fois à dix-sept de la zone de relégation. Le maintien est donc obtenu haut la main et, au final, Levante se retrouve même plus proche des places européennes que de la descente. Incroyable, non ?

Inutile de dire que Paco López sera maintenu à son poste pour la saison suivante, avec cette fois peut-être moins de pression, mais d’autres ambitions. Et c’est là que ça coince. En effet, c’est à ce niveau que l’on peut qualifier la saison 2018/2019 de Levante comme assez fallacieuse, voire même frustrante. Pour cause, la première partie de saison a été négociée avec brio par les Granotes. Avec six victoires et quatre nuls dans les quinze premières journées, le Levante de Paco López semble être un possible prétendant à l’Europe. Mais la suite fut bien moins glorieuse et la phase retour du championnat va sonner la dégringolade des valencianos. À tel point que le club termine une nouvelle fois à la quinzième place avec plus de seize défaites, et semble retombé dans ses vieux travers. 

En septembre 2018, Wissam Ben Yedder et le FC Séville ont étrillé Levante (2-6) à l’Estadio Ciudad de Valencia (crédit photo : Icon Sport)

Toutefois, tout n’est pas à jeter dans la saison passée. Loin de là, puisque le club aura tout de même montré pas mal d’éléments encourageants. Une force de caractère, des attaquants performants mais aussi une véritable capacité à faire trembler les plus gros (victoire 2-1 face au Real au Bernabéu, NDLR) et à prendre des points même dans les moments difficiles (match nul 4-4 sur la pelouse d’Eibar, NDLR). Et c’est véritablement Paco López qui est à l’origine d’une bonne partie de cette palette. Rappelons également que le technicien espagnol n’est en poste que depuis un an et demi, et que la saison dernière n’était concrètement que sa première pleine à la tête du club. Cette saison, nous aurons sans aucun doute une vision plus large et plus posée de ce qu’est réellement le Levante de Paco López. Mais ce dernier n’est pas le seul élément qui laisse présager d’une belle saison du côté des valencianos

Un mercato peu luxurieux, mais à prendre au sérieux

13 millions d’euros. Voilà ce qu’a dépensé Levante cet été. Une somme qui n’a rien d’exceptionnel mais qui reste tout de même assez cohérente avec la situation sportive du club, puisque ce montant le place à la 14ème position au classement des clubs de Liga ayant dépensé le plus cet été. Mais si cette somme est inférieure à celles dépensées par la plupart des clubs qui aspirent à la première partie de tableau, ce n’est pas pour autant que leur écart avec Levante s’est creusé. 

Quatrième meilleure attaque mais deuxième pire défense de Liga la saison dernière, Levante avait clairement un secteur prioritaire à renforcer lors du mercato. Et ça, les dirigeants l’ont bien compris. De ce fait, ils ont exercé leur option d’achat sur Rúben Vezo (Valence CF) et Rober Pier (Deportivo La Corogne), les deux défenseurs centraux qui leur ont été prêtés la saison dernière. Mais bien sûr, reconduire les mêmes joueurs ne permet pas de se renforcer. C’est pour cela que le club a également fait l’acquisition de Carlos Clerc (CA Osasuna), Jorge Miramón (SD Huesca) et Óscar Duarte (Espanyol). Des défenseurs solides ayant l’expérience de la Liga, qui en plus arrivent gratuitement car tous en fin de contrat. « Problema resuelto », comme disent nos amis ibériques.

La saison dernière, Levante a inscrit 4 buts de plus que l’Atlético Madrid mais en a également concédé 37 de plus (crédit photo : AFP / JOSE JORDAN)

Au milieu de terrain, deux arrivées intéressantes sont également à noter : celle de Nemanja Radoja, milieu défensif physique du Celta Vigo, et celle de Gonzalo Melero, le jeune milieu relayeur de Huesca formé au Real Madrid. Deux recrues pertinentes au milieu de terrain qui viennent s’ajouter aux cinq recrues du secteur défensif… On peut dire que le club s’est bien renforcé. Mais il ne s’est pas arrêté là…

Une force de frappe considérable

Avec 59 buts inscrits, l’attaque de Levante a été la quatrième la plus prolifique de Liga la saison dernière. Une statistique tout simplement impressionnante pour un club qui aura terminé à la 15ème place du classement général. 

Ses deux attaquants, Roger Martí et José Luis Morales, ont inscrit respectivement 13 et 12 buts. La ligne d’attaque a donc été à l’origine de moins de la moitié des buts. Un chiffre surprenant qui montre bien qu’à Levante, le danger ne vient pas seulement du secteur offensif. Or, ne pas dépendre de sa ligne d’attaque est un atout pour une équipe, sans oublier que cela complexifie la stratégie défensive de ses adversaires. Toutefois, cela oblige le reste de l’équipe à s’impliquer considérablement offensivement, ce qui est peut-être la cause des statistiques défensives piteuses de Levante la saison dernière.  

Paco López et ses dirigeants ont d’ailleurs sûrement eu ce raisonnement étant donné qu’ils se sont lancés à la recherche d’un nouvel attaquant pour épauler Martí et Morales, et ainsi déresponsabiliser quelque peu le reste de l’équipe. Et ce n’est pas n’importe quel joueur qui a rejoint Levante cet été puisqu’il s’agit d’un attaquant qui a déjà fait ses preuves en Liga, en la personne de Sergio León. L’avant-centre espagnol quitte le Betis Séville suite à deux saisons compliquées en Andalousie et veut relancer sa carrière après avoir brillé en il y a quelques années avec Osasuna. Même s’il n’arrive pas au top de sa forme, Sergio León va offrir de nouvelles possibilités à Paco López et son profil complémentaires à ceux de Morales et Martí pourrait bien dynamiser encore davantage le secteur offensif des Granotes

En 2016/2017, Sergio León a brillé avec Osasuna et a inscrit 10 buts en Liga (crédit photo : vozperica.com)

Levante dispose donc désormais d’un véritable trident offensif, qui sera également épaulé par Borja Mayoral. En effet, le jeune attaquant espagnol (22 ans) du Real Madrid sera de nouveau prêté chez les valencianos cette saison. Ce joueur va offrir encore un nouveau profil à Paco López, mais aussi lui donner de sacrés maux de tête pour faire jouer tout ce beau monde. 

Mais celui qui devra organiser l’animation offensive de l’équipe sur le rectangle vert, c’est son capitaine. Auteur de 12 buts et 5 passes décisives en Liga la saison dernière, José Luis Morales est le véritable leader de l’attaque azulgrana. Affublé du brassard de capitaine, l’ailier espagnol dispose d’une redoutable capacité d’élimination et est également capable d’adresser des centres millimétrés lors de ses nombreux débordements. Il est également un formidable contre-attaquant et est l’atout offensif principal de Levante, où il évolue depuis 2011. Le joueur de 32 ans est aujourd’hui au top de sa forme et semble avoir encore de beaux jours devant lui sous le soleil d’Espagne. 

10 buts en 2018, 12 en 2019… Combien Morales inscrira-t-il de buts cette saison ? (crédit photo : transfermarkt.fr)

Alors bien sûr, il est peu probable de voir Levante décrocher une place européenne à la fin de la saison. Mais au vu des forces en présence, Paco López a toutes les cartes en main pour jouer la première partie de tableau. On vous aura prévenu, Levante n’est pas venu pour faire de la figuration cette saison !