Arrivé en janvier 2013 à Monaco, Vadim Vasilyev va passer plus de 6 ans sur le Rocher. Le vice-président va gérer de mains de maitres l’AS Monaco avec une belle réussite jusqu’à la saison 2018/2019. Les mauvais résultats vont lui coûter sa place. Monaco devra rebondir après ce départ si soudain.

La saison de Monaco est décidément très mouvementée. Alors que l’on pouvait penser que la situation était revenue au calme. Dmitri Rybolovlev a écarté son vice-président le 14 février dernier. L’avenir nous dira si c’était une bonne décision tant Vadim Vasilyev avait tissé sa toile.

Un bilan sportif exceptionnel

Conseiller du président en janvier 2013, Vadim Vasilyev devient rapidement directeur sportif puis vice-président de l’AS Monaco. Le dirigeant russe va faire revenir le club de la principauté dans la lumière. Le bilan sportif est vraiment très bon (Champion de Ligue 2 en 2012/2013, champion de France 2016/2017, 1/2 finale de Ligue des Champions en 2016/2017, double finaliste en Coupe de la Ligue et cinq podiums depuis la remontée en Ligue 1). Sur les cinq dernières saisons de Ligue 1, Monaco se place second derrière le Paris SG en classement cumulé.

Monaco, champion de France 2017. Si loin aujourd’hui… (crédit photo : LFP)

Des choix forts

Durant son règne monégasque, Vadim Vasilyev a souvent fait les bons choix. D’abord c’est lui qui déniche Leonardo Jardim pour remplacer Claudio Ranieri après la saison 2013/2014. Un choix qui aura su faire faire tous les sceptiques sur l’entraîneur portugais qui aura su mener Monaco au titre de Champion de France 2017.

Vadim Vasilyev va aussi savoir bien s’entourer. En bossant avec l’agent Jorge Mendes, il va pouvoir faire venir des stars pour lancer le projet monégasque (James Rodriguez, Radamel Falcao, Joao Moutinho…).
Mais aussi en nommant Luis Campos (désormais directeur sportif du LOSC) au poste de directeur technique qui pourra signer des jeunes talents. Bernardo Silva, Thomas Lemar, Tiémoué Bakayoko, Djibril Sidibé, Benjamin Mendy… c’est lui ! Ces derniers auront une grosse part de responsabilités dans la course au titre en 2017.

James Rodriguez et Radamel Falcao sous le maillot de l’ASM (crédit photo : F365)

Des ventes records

Vadim Vasilyev peut également être fier de son travail au niveau des ventes de joueurs. En appliquant la nouvelle politique du club qui consiste à acheter des jeunes talents pour les revendre avec une plus-value, le dirigeant aura réalisé plus de 800 millions d’euros de vente et 200 millions d’euros de plus-values lors de son passage. Un montant hallucinant. Monaco investit beaucoup d’argent mais la vente rapporte encore plus.

Kylian Mbappé vendu plus de 220 millions d’euros (crédit photo : RMC Sport)

Les limites du trading

Mais le trading des joueurs a des limites et cette saison cela n’a pas marché pour Monaco. Malgré les arrivées de nombreux joueurs à forts potentiels (Willem Geubbels, Aleksandr Golovin, Benjamin Henrichs, Jean-Eudes Aholou, Antonio Barreca, Pelé, Samuel Grandsir …), les résultats ne sont pas au rendez-vous même si les nombreuses blessures n’ont pas aidé le staff de l’ASM.

L’échec Thierry Henry

Englué dans les profondeurs du classement, Vadim Vasilyev s’est résigné a écarté Leonardo Jardim pour Thierry Henry. Mais rien n’a fonctionné cette saison. Entre les cadres qui n’ont pas été à leurs niveaux (Kamil Glik, Djibril Sidibé, Jemerson…) et les nombreuses blessures (Stevan Jovetic, Rony Lopes, Falcao, Danijel Subašić, …), Thierry Henry a du s’appuyer sur des jeunes encore un peu tendres et n’a jamais réussi à redresser la barre. Monaco a déjà aligné 42 joueurs en championnat en 25 journées.

Thierry Henry lors de son arrivée à Monaco (crédit photo : F365)

Thierry Henry n’aura passé que 3 mois sur le banc de Monaco et finalement Leonardo Jardim a repris son poste en janvier 2019. Aveu de faiblesse ou non, c’est un échec imputé à Vadim Vasilyev qui l’avait déjà fragilisé. Dmitri Rybolovlev a du remettre la main à la poche pour se renforcer au mercato (Cesc Fàbregas, Gelson Martins, William Vainqueur, Adrien Silva, Naldo, Fodé Ballo-Touré, …). Et même si Monaco s’est repris en février avec 2 victoires et un nul pour remonter à la 16ème place, cette succession d’échecs aura couté le poste de Vadim Vasilyev.

« Le départ de Vadim Vasilyev m’a fait un petit pincement au cœur parce que le club est revenu sur le devant de la scène nationale et européenne beaucoup grâce à lui, on a vécu des moments géniaux avec l’apothéose en 2017 avec le titre de champion et la demi de LDC. Par contre je suis plutôt d’accord avec le choix du Président Rybolovev de changer de direction, ses choix durant les deux dernières années ont été catastrophique et je pense que c’est le bon moment pour changer de stratégie (d’acheter que des jeunes joueurs à fort potentiel). »

Maurice Haioun, supporter de Monaco

Un nouveau vice-président sera nommé le 22 février prochain avec probablement une nouvelle stratégie et des nouvelles méthodes. C’est Oleg Petrov, un proche du propriétaire, qui devrait être désigné à l’issue du conseil d’administration. D’ailleurs Oleg Petrov a assisté à la victoire de Monaco contre Nantes au stade Louis II samedi 16 février. Sa tâche sera immense pour faire oublier Vadim Vasilyev.

[themoneytizer id= »18234-28″]