Dans un championnat portugais vampirisé depuis des années par les trois grands du pays, il est difficile pour les autres équipes de se faire une place au soleil. Pourtant, un petit club du Nord du pays réussit, cette saison un excellent parcours, avec une belle cinquième place à la clé. Son nom ? Le FC Moreirense. Présentation d’un club en constante évolution.

Si le FC Moreirense n’est pas le club le plus reconnu au Portugal, les choses commencent à changer progressivement avec le bon parcours de l’équipe effectué après 23 journées de championnat. Avec une courbe de progression ascendante, un entraîneur faisant la part belle aux jeunes joueurs et une volonté d’aller de l’avant, l’équipe est devenue le poil à gratter de la Liga NOS. L’histoire d’une métamorphose.

Un parcours sans vague… ou presque

L’histoire du FC Moreirense se résume à une situation géographique indéfinissable puisqu’il n’existe pas de ville de Moreirense à proprement parlé. En réalité, il faut aller dans une bourgade nommée Moreira de Cónegos, une sorte de district de la ville même de Guimarães, situé au nord du pays pour trouver trace du club. Fondé en 1938, celui-ci n’avait d’ailleurs jamais véritablement fait parlé de lui sportivement parlant hormis pour une sombre affaire de corruption datant de la saison 2011/2012. Pour laquelle, le club, des dirigeants et des joueurs de l’époque ont été condamnés.

Sur le terrain, faisant régulièrement le yo-yo entre première et seconde division, essayant tant bien que mal de se maintenir et de rester à flot, Moreirense n’était pas spécialement destiné à faire la une des journaux sportifs lusitaniens. Jusqu’en janvier 2017. À la surprise générale, les verts et blancs réussissent à s’adjuger la Taça da Liga Final, l’équivalent de la Coupe de la Ligue française, face au SC Braga par 1 but à 0. Ce premier trophée de leur histoire engrangé, un coup de projecteur a été lancé sur Moreirense, équipe en progression depuis lors.

Moreirense, vainqueur du premier trophée de l’histoire du club (Crédit vidéo : YouTube)

Avec Ivo Vieira, le changement, c’est maintenant

À la suite donc de ce trophée et de deux maintiens acquis plus que difficilement, le FC Moreirense a peut-être pris la décision la plus importante de son histoire. S’il est toujours difficile de préjuger du parcours d’un entraîneur, force est de constater que la venue d’Ivo Vieira, un ancien défenseur du Nacional CD, a été le bon choix. Le technicien de 43 ans semble, en effet, perpétuer la tradition des entraîneurs portugais.

Ayant souvent travaillé dans des équipes de jeunes, en tant qu’assistant ou dans des équipes de bas de classement ou de seconde division, Vieira a apporté de la fraîcheur et une certaine ambition dans son sillage. Dans cette rigueur de tous les instants réside probablement la naissance d’un groupe.

Ivo Vieira, entraîneur de Moreirense, va toujours vers l’avant (Crédit photo : desporto.sapo.pt)

Preuve en est la qualité du football pratiqué cette saison, avec un jeu d’attaque en 4-3-3 le plus souvent, une défense solide et une efficacité à toute épreuve avec 13 victoires. Ce qui situe l’équipe juste derrière les 4 grands clubs du pays en nombre de matchs remportés. Et les résultats suivent puisque Moreirense est devenue une équipe crainte dans le championnat. Et surtout dans son petit stade, le bien nommé « Parque de Jogos Comendador Joaquim de Almeida Freitas » où, dernièrement, même le grand FC Porto est venu se casser les dents.

Moreirense a tenu en échec le grand Porto (Crédit vidéo : YouTube)

Menés 1-0 à la 80ème minute, pour le compte de la 21ème journée de championnat, les hommes de Sérgio Conceição n’en menaient pas large et n’avaient dû leur salut qu’à une réalisation de Herrera… à la 92ème minute. Avant de buter sur le gardien de Moreirense, le Brésilien Jhonatan, auteur d’un spectaculaire arrêt à la dernière seconde de la partie pour préserver le match nul un but partout. La zone de Guimarães ne réussissant décidément pas aux « Azuis e Brancos » d’Iker Casillas, tenus en échec une semaine plus tôt par le… Vitoria Guimarães en championnat.

Une équipe de revanchards

Côté terrain, si le FC Moreirense ne comporte aucune star affichée et aucun nom reconnu internationalement, hormis l’international algérien Rafik Halliche, elle dispose en revanche de nombreux joueurs revanchards ou en quête de reconnaissance tels que le Français Bilel Aouacheria, formé à l’AS Saint-Etienne. L’émulation de l’équipe s’en trouvant renforcée par l’ajout de joueurs de talents et à fort potentiel qui bonifient l’ensemble dans une Liga NOS où, derrière les grosses écuries, des places se libèrent.

Le premier de ces joueurs de talents, Arsénio Nunes, 29 printemps bien sonnés, est un milieu de terrain portugais, passé notamment par des clubs bulgares durant sa carrière. Celui-ci apporte régulièrement son expérience et sa maîtrise du jeu. Ce qui permet à Moreirense de s’appuyer sur son métronome pour lancer les attaques ou calmer le jeu.

Le second joueur est un autre milieu portugais, qui peut également jouer deuxième attaquant, Chiquinho, 23 ans. Auteur cette saison de 5 buts, cet ancien du Benfica, où il n’a pas pu percer, montre son efficacité devant le but. Et se permet, par la même occasion, d’être le quatrième meilleur passeur du championnat avec 6 offrandes.

Le troisième larron de l’équipe est sans doute le joueur à suivre et une future pépite en devenir. Son nom ? Heriberto Tavares, 22 ans. Passé par les équipes de jeune du Benfica, auteur également, comme son compère Chiquinho, de 5 buts cette saison, son pied gauche fait des ravages dans les défenses. Et, pour rassurer ses anciens supporters, en bon « benfiquiste », il a la particularité d’avoir marqué contre les « ennemis » des « Aigles » cette saison. Un but contre le Sporting en championnat. Et un autre, sublime, contre Porto en coupe du Portugal. Son Style n’étant pas sans rappeler un certain Ousmane Dembelé. Benfica ne s’y est pas trompé du reste puisque le joueur est en prêt avec un objectif précis : lui donner du temps de jeu. Ce qui semble être une réussite jusqu’à maintenant.

Heriberto Tavares, un but somptueux contre Porto, en Coupe (Crédit vidéo : YouTube)
Et un autre contre le Sporting, pas de jaloux (Crédit vidéo : YouTube)

Un club devenu ambitieux

D’ores et déjà, le FC Moreirense semble avoir réussi sa saison en obtenant un maintien largement plus facile que les saisons précédentes. Outre le fait d’être au classement devant des clubs plus aguerris tels que le voisin de Guimarães, le Vitoria, ou encore Boavista, Moreirense s’est également découvert de l’ambition. Et jouera son va-tout jusqu’au bout pour participer à la lutte pour la qualification en Europa League, la saison prochaine.

Ivo Vieira, entraîneur du mois de janvier de Liga Nos (Crédit photo : moreirensefc.pt)

Ivo Vieira a, dans tous les cas, réussi son pari en faisant découvrir à tout le Portugal une équipe joueuse, jeune et voulant continuer à être dans une bonne dynamique. En tirant le meilleur parti d’un groupe assoiffé de revanche, le technicien est la pierre angulaire qui manquait à un petit club sans prétention pour passer un cap. La récompense n’ayant pas tardée puisque Ivo Vieira a été désigné par ses pairs « Meilleur entraîneur » du mois de janvier. Un titre amplement mérité et remis par la Fédération portugaise.

L’entraîneur ne faisant qu’un avec ses joueurs pour les pousser davantage vers le haut et comme il dit lui-même, ses joueurs sont « fantastiques » et ont du « caractère ».

« Os jogadores que tenho são fantásticos e não há adjetivos suficientes para os caracterizar »

Ivo Vieira affirmant être fier de ses joueurs (Crédit photo : www.record.pt)
Une attaque Tavares-Félix, en club et en sélection ? (Crédit photo : @NewsBenfica)

D’ici la fin de saison, le calendrier semble particulièrement ouvert et gageons que Moreirense servira de tremplin à l’éclosion de futurs talents. Dont le plus visible pourrait être Heriberto Tavares, coéquipier en sélection espoirs portugaise d’un certain João Félix.