Membre fondateur de la Football League en 1888, Notts County a, la semaine dernière, quitté le monde professionnel pour la première fois de son histoire. Bad Buzz sur Twitter, revente et joueurs impayés, récit d’une saison cauchemardesque.

Fondé en 1862, Notts County Football Club est l’un des plus vieux clubs au monde. La semaine passée encore, le club était le plus vieux professionnel de la Football League. En playoff pour remonter en troisième division la saison passée, Icare a volé trop près du soleil et s’est brûlé les ailes…

Les raisons d’un échec

Il y a un an exactement, le 12 mai 2018, Notts County accrochait le match nul à la Ricoh Arena contre Coventry pour le match aller des demi-finales d’accession en EFL League One. Malheureusement, une lourde défaite 1-4 à Meadow Lane une semaine plus tard mis un terme aux espoirs de promotion. Aujourd’hui, le club est officiellement relégué en Vanarama National League, le cinquième échelon de la pyramide anglaise. Conséquence d’une saison incroyable où les événements se sont enchaînés, à tel point que le club fut la risée de tout le pays en janvier dernier…

La saison débute sur une longue et inquiétante série de dix matchs sans victoires. Une période au cours de laquelle ne survit par l’entraîneur Kevin Nolan, remercié après cinq matchs uniquement. Son remplaçant ne fait guère mieux et est licencié au bout de quinze matchs. Nous ne sommes qu’en novembre et les dirigeants ont déjà utilisé deux coachs différents sans compter les intérimaires. Au final, ce n’est pas moins de cinq entraîneurs qui se succéderont au cours de cette saison. Un cauchemar inévitable.

Henry Winter, rédacteur en chef du Times Sport, dévasté par la relégation de Notts County (Crédit Twitter : @henrywinter)

Alan Hardy, président modèle

Il est facile d’énumérer les erreurs qui ont été commises par les joueurs, mais la raison de cette relégation est la façon dont le club était détenu. Une gestion désastreuse pour un président ressemblant en tout point à une parodie. En janvier dernier, ce dernier provoque un bad buzz monumental outre-Manche. Alors même que le club est au plus mal avec un seul succès sur les dix-sept dernières rencontres. Étant régulièrement actif sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, Alan Hardy est réputé pour être assez détendu sur Twitter, un peu trop peut-être.

Le 26 janvier dernier, alors que son club reste sur deux défaites contre les deux autres relégables, le président de Notts County publie par « inadvertance » une photo de lui, nu dans son bain. La photo reste plusieurs heures sur la toile avant d’être supprimée. Ce dernier se défend en affirmant qu’il voulait tweeter rapidement, et qu’en choisissant l’image il a pris la mauvaise qui était… une capture d’écran et que ce n’était pas lui. À l’image de son équipe, sa défense est loin d’être irréprochable… Moqué par l’Angleterre entière, ce dernier décide alors tout bonnement de mettre le club en vente ! Hardy affirmait alors que « si je pouvais revenir dix-huit mois en arrière, jamais je n’aurais acheté ce club ».

Alan Hardy, président modèle, comportement modèle (Crédit Photo : Daily Star)

Depuis, le Notts County Supporters Trust a tenté de reprendre en main le club. Pratique assez populaire en Angleterre, comme l’ont fait les Supporters Trust d’Exeter, Wycombe ou encore Portsmouth. Toutefois, celle du Notts County Supporters Trust s’avère être un échec. Le prix est trop élevé et les dons n’ont pas suffit. Hardy prétend avoir investi dix millions d’euros dans le club en un an et demi. Qui souhaiterait mettre dix millions d’euros dans un club désormais non professionnel ? Le club n’est toujours pas racheté mais des hommes d’affaires sud-africains seraient intéressés…

Une gestion indigne

Lors du mercato hivernal, pas moins de treize joueurs sont recrutés par les Magpies. Treize joueurs venant s’ajouter à un effectif déjà bien rempli de trente-deux joueurs. Au total, au cours de la saison, quarante joueurs vont jouer avec l’équipe première. Cohésion de groupe assurée… Notts County est un des clubs fondateurs de la Football League en 1888, ils étaient là à la naissance du football professionnel. C’est une gestion indigne d’un club mythique.

Il y a sept ans, le club évoluait en troisième division et avait même réalisé le match d’inauguration du Juventus Stadium en 2011. La Juventus Turin et Notts County sont en effet deux clubs amis depuis près d’un siècle, les Italiens ayant repris les lignes noires et blanches historiques du maillot des Anglais.

« Ce n’est pas seulement triste pour les fans de Notts – ils seront désemparés, sans aucun doute – c’est une relégation que les fans de football en général, tous ceux qui aiment l’histoire du jeu, ressentiront également. »

Andrew Dawnes, historien du sport (NottinshamshireLive)

Après la mise en vente du club, les Magpies ont plongé dans une crise quasi fatale. Ces derniers étaient même proches de la liquidation en cours de saison pour cause d’impôts impayés. Les joueurs furent payés en retard à quatre reprises cette saison et n’ont toujours pas reçu leur salaire du mois d’avril.

Le football est cruel… (Crédit Twitter : @GodSaveTheFoot

Quelles conséquences ?

Le club va donc devoir s’adapter à un milieu qu’il ne connaît pas : le football amateur. Déjà en League Two, les clubs devaient se contenter de miettes par rapport à la Premier League en terme de droits TV. En effet, alors que l’élite anglaise se partage 4.5 milliards d’euros chaque année pour les droits télé, l’ensemble de la Football League (deuxième, troisième et quatrième division) ne possédaient « que » 595 millions d’euros à se départager.

Notts County avait notamment un des plus gros budgets du championnat cette saison grâce d’une part à sa popularité ainsi que grâce à sa participation en play-offs la saison passée. Cet été, la plupart des joueurs quitteront le club alors que certains joueurs habitués à la cinquième division sont obligés de cumuler un autre métier en parallèle de celui de footballeur.

C’est donc un tout nouveau monde qui s’ouvre à eux. Selon les économistes anglais, les Magpies doivent absolument retrouver le monde professionnel d’ici deux saisons sous peine de connaître le même destin que York City. En 2015, York frôle la promotion en troisième division avant d’être relégué la saison suivante en cinquième division. Le club s’écroule complètement suite aux départs de la quasi-totalité de l’effectif et est relégué une nouvelle fois, en sixième division. L’approche de la Non League est très différente par rapport à la Football League et beaucoup de clubs relégués de quatrième division sombre rapidement en sixième division. C’est également le cas de Torquay United, qui était en quatrième division il y a quelques années et qui a été sacré champion de sixième division la semaine passée.

Torquay is back (Crédit Twitter : @TUFC1899)

Attention, foot populaire en danger

Ainsi, Notts County croule sous les dettes avec ces salaires impayés et cette crise dont ils n’arrivent pas à se dépêtrer. Il faudra à tout prix réaliser un début de saison solide pour éviter que le pire arrive une nouvelle fois. En attendant, le nouveau plus vieux club professionnel du monde n’est autre que leur rival historique : Nottingham Forrest, fondé en 1863. Un crève-cœur de plus pour les supporters.

Cette relégation du plus vieux club professionnel de la Football League pose un curieux contraste avec la promotion historique de Salford City en quatrième division, vainqueur des play-offs hier. Fondé en 1940, le club de la banlieue de Manchester et détenu par Peter Lim, Phil et Gary Neville, Nicky Butt, Paul Scholes, Ryan Giggs et David Beckham a enchaîné les promotions grâce à l’argent injectée par les anciens mancuniens. Le foot populaire est mort, laissant place au football business, même en Non-League…