Après un rachat tardif, l’OGC Nice a bâti une équipe prometteuse en seulement quelques jours. Avec une troisième place au bout de quatre journées, les Aiglons semblent prêts à s’envoler.

Le groupe Ineos, dirigé par Jim Ratcliffe, a racheté l’OGC Nice à la fin du mois d’août contre un montant avoisinant les 100 millions d’euros. Près de sept mois, c’est ce qu’il aura donc fallu au milliardaire anglais pour devenir le propriétaire à 100 % du Gym. Malgré un mercato réalisé à quelques jours de la clôture et dans la précipitation, les Aiglons semblent prendre progressivement leurs marques et pointent à la dernière marche du podium alors que le championnat s’apprête à reprendre. Les tensions et les disputes ont disparu avec les vacances, laissant place au sérieux d’une rentrée préparée et attendue. La Nissa Bella regarde un avenir qui s’annonce radieux.

Avant tout une affaire de potentiel

Jim Ratcliffe, président du groupe Ineos et nouveau propriétaire du Gym (Crédit photo : La Croix)

Le premier vol avait été réussi pour Nice. Pour la première saison de l’ère Puel, le club se classe à la quatrième place en 2016 avant de se hisser à la troisième un an plus tard. Galvanisée grâce aux investissements d’actionaires sino-américains, le Gym réalise un mercato ambitieux qui lui permet de retrouver une place de choix dans l’élite. Deux performances historiques qui constituent le meilleur bilan depuis quarante ans pour le club. En 2018, les Aiglons peinent à confirmer et le club s’enlise dans une crise interne. Jean-Pierre Rivière n’est pas d’accord avec la politique de recrutement de ses actionnaires et le fait savoir. La suite, nous la connaissons tous. Rivière claque la porte, en emmenant avec lui son bras droit Julien Fournier. Mais ce ne sera qu’une virgule pour cette belle histoire qui a commencé en 2011. Ineos et son PDG Jim Ratcliffe rachètent le club à la fin de l’été 2019 et met fin aux tensions. Exit les anciens actionnaires, Rivière et Fournier retrouvent leurs fauteuils de dirigeants.

« Si dès aujourd’hui, j’affirme qu’on peut rivaliser avec le PSG, on ne me prendrait pas au sérieux. Mais je pense qu’il y a la place juste derrière. On arrive à Nice avec des investissements conséquents, un plan de développement clair et ambitieux sur le long terme. »

Beaucoup de supporters niçois voient le Gym en Ligue des Champions dans quelques années (France Football)

Pourtant, l’OGC Nice n’était pas le premier choix dans la liste de courses de Ratcliffe. Ce n’est un secret pour personne, le club de Chelsea est à vendre. Et Roman Abramovitch est clair, il n’acceptera aucune offre en dessous de deux milliards d’euros. Avec la construction d’une nouvelle enceinte, en raison de la vétusté de Stamford Bridge, l’addition était salée. Même pour un patron multimilliardaire. L’OGC Nice présente un profil plus séduisant. Pour cent millions d’euros, Ratcliffe bénéficie d’infrastructures modernes et d’un stade tout neuf. L’Allianz Arena est sorti de terre en 2013 et a été l’une des enceintes hôtes de l’Euro 2016. Mais la vraie raison est ailleurs. Ce n’est pas à un anglais que l’on apprendra que la Ligue 1 n’est pas la Premier League. Derrière le PSG, il sera aisé pour le club d’accrocher la Ligue des Champions dans un futur proche. Bob et Jim ont flairé la bonne affaire.

Performer dès cette saison ?

Adam Ounas retrouve la Ligue 1 après une expérience ratée à Naples (Crédit photo : Sud Ouest)

Alors que tous les papiers ont été signés le 28 août, les Aiglons disposaient de très peu de temps pour faire leur marché. Le rachat du club est dans les tuyaux depuis le début de l’année mais ne devait être effectif qu’après le mercato. Le directeur technique Gilles Grimandi ne travaillait sur les dossiers que depuis quelques semaines et a dû accélérer les négociations. À l’heure de faire le bilan, le Gym a su tirer son épingle du jeu. Le club dispose d’une attaque toute neuve, avec Kasper Dolberg, Alexis Claude-Maurice et Adam Ounas. Dix-septième attaque de Ligue 1 l’an passé avec seulement 30 buts inscrits, ce trident, qui totalisait 33 buts à eux seuls en 2019, vient soulager le club qui avait considérablement perdu en intensité. Grimandi a su convaincre le PSG de lui céder Stanley Nsoki, prometteur latérale gauche, afin de pallier le départ de Romain Perraud. Une équipe jeune, encadrée par les tauliers Dante et Benitez, qui occupe déjà la troisième place du championnat. Assez pour retrouver l’Europe ?

« Au regard de notre effectif, je pense qu’il faudrait quand même de vrais tauliers, des profils à la Dante. Un mec qui a une grande expérience et qui peut tirer les jeunes vers le haut. Or aujourd’hui, les noms qu’on entend sont surtout des noms de jeunes joueurs.« 

Quelques supporters s’inquiètent déjà du manque d’expérience dans l’équipe de Nice (France Football)

Pourtant, le ciel n’est pas totalement dégagé sur la Côte d’Azur et une statistique dérangeante vient ennuager le paysage. Tous les buts de Nice ont été inscrits sur coup de pied arrêtés cette saison. Chassez le naturel il revient au galop ! Le manque de réalisme semble poursuivre l’OGC et faire de l’ombre dans le tableau de ce début de saison. Et l’attaque semble encore se chercher. Quand on s’intéresse au détail des matchs, on remarque que le Gym peine à les tuer. Par deux fois, la victoire est venu grâce à des buts dans le temps additionnel. Avec une moyenne d’âge de seulement 22 ans, les Aiglons doivent encore trouver leur marque afin de de redevenir l’équipe compétitive qu’ils étaient il y a trois ans. Mais cette nouvelle attaque, une fois rodée, pourrait en surprendre plus d’un. À l’image du trio Pépé – Bamba – Ikoné l’an passé à Lille.

Un projet à part entière

Le dernier trophée des Aiglons était une Coupe de France en 1997, bientôt un nouveau succès ? (Crédit photo : OGCNissa)

Beaucoup ont tenté de rapprocher le nouveau projet du Gym avec ceux des clubs de Ligue 1. Dès sa première conférence de presse, Bob Ratcliffe, frère de Jim et principal figure actionnariale du club, a refusé toutes comparaisons avec le Paris Saint-Germain. Pas question pour eux de dépenser des dizaines de millions d’euros pour des joueurs expérimentés. Nice compte s’appuyer sur sa formation et acheter des joueurs de moins de 23 ans, comme le club l’a fait ces dernières semaines. On est cependant loin du trading pratiqué par Monaco, puisque le Gym veut inclure ses pépites de façon durable dans son onze. Ratcliffe affirme également ne pas vouloir disputer le titre dès les premières saisons, comme un certain Champion’s Project en son temps. Le premier objectif est de regagner l’Europe et de s’installer durablement dans le top 4 de la Ligue 1.

« Nous pensons que la Ligue 1 est sous-évaluée si on le compare aux quatre autres grands championnats, elle a de très grands clubs comme l’OL, comme l’OM, ce sont des grands clubs avec une grande histoire, ce seront des concurrents. Paris sera aussi un concurrent. Le PSG a dépensé beaucoup sur les achats. Nous allons dépenser, mais nous allons surtout bâtir. Nous n’allons pas promettre la C1, pas pour cette saison ni pour la suivante. Ce sera un pari difficile, mais nous voudrions que la L1 ait 4 clubs en Champions’ League. Si nous pouvons aider le championnat à grandir, ce sera positif pour tout le monde » 

Bob Ratcliffe décrit un projet à part-entière et exclut toutes comparaisons (Foot Mercato)

S’il fallait rapprocher l’OGN version 2019 d’un autre club, ce serait le Lyon d’il y a quelques années. Celui qui achetait très peu et qui incluait ses meilleurs éléments du centre de formation dans son équipe, et qu’il gardait plusieurs années. Les premières actions des frères Ratcliffe sont encourageantes. Assez loin du foot business, l’objectif principal ne semble pas être la rentabilité. Du moins pas dans l’immédiat. Véritables amateurs de football, cette passion pourrait faire la différence. Le groupe Ineos est aussi propriétaire du FC Lausanne, qui joue en deuxième division suisse et qui joue très sérieusement la montée cette saison. Avec un tel soutien financier, les deux clubs pourraient bénéficier l’un de l’autre et créer une synergie identique à celle qu’a instaurée Red Bull entre Leipzig et Salzbourg.

« Sur Lausanne, on va réfléchir à une synergie entre les deux clubs. Il faut savoir que Lausanne est une équipe importante en Suisse. On va essayer de jouer la montée avec le nouveau stade. En Suisse ils ont une excellente politique de formation, de très bons jeunes.« 

Bob Ratcliffe à propos d’un potentiel lien entre Nice et Lausanne (Foot Mercato)

Le Gym choisit un moment clé pour grandir. Dès la saison prochaine, les droits télévisés vont exploser en Ligue 1, passant de 748 millions d’euros à 1,153 milliard, et les retombées pour les clubs seront importantes. De plus, l’attractivité du club semble être au beau fixe. Avec les transferts de Balotelli, Sneijder ou encore Dante il y a quelques saisons, Nice est désormais placé sur la carte de France. Il ne serait pas impossible de voir quelques noms ronflants débarquer sur la Côte d’Azur au cours des prochains mercatos. Nice suivra sans doute une progression lente mais Ineos bâtira des fondations solides et pérennes, afin d’inscrire le projet du club dans la durée. Et s’il est encore trop tôt pour tracer tous les contours de ce nouvel OGC, gardons un œil sur cette équipe. Et ce, dès cette saison.