L’ancien entraîneur de New-York City FC passe avec succès sa première saison sur le banc de Nice. Avec un effectif pourtant modeste, le champion du monde 1998 a déjà assuré le maintien.

Après une très belle carrière de joueur qui prend fin à l’été 2011 à Manchester City, Patrick Vieira (âgé de 35 ans) entame une reconversion chez les Cityzens. Pendant deux ans, il sera nommé ambassadeur du club puis responsable du développement. Souhaitant revenir plus proche du terrain, il deviendra entraîneur des U21 de Manchester City puis celui de New York City. À l’été 2018, Patrick Vieira a la lourde responsabilité de remplacer Lucien Favre parti au Borussia Dortmund.

Un début de saison pourtant compliqué

Au début de la saison, Patrick Vieira doit reconstruire une équipe désormais privée des départs de cadres comme Jean-Michaël Seri et Maxime Le Marchand (Fulham), Alassane Pléa (Borussia Mönchengladbach), Nampalys Mendy (retour de prêt à Leicester), Marlon (retour de prêt à Barcelone) et Arnaud Souquet (La Gantoise). Rien que ça.

Pour compenser ces départs, l’OGC Nice mise sur des jeunes comme l’espoir lyonnais Myziane Maolida (recruté pour environ 10M€ avec clause de rachat prioritaire pour l’OL), le défenseur de Troyes Christophe Hérelle et le virevoltant latéral droit algérien Youcef Atal débarquant du KV Courtrai.

Myziane Maolida signe à Nice (crédit photo : fan2logym)

Le temps de remodeler une équipe, Nice va surtout perdre ses deux premiers matchs dans son stade de l’Allianz Riviera d’autant que Mario Balotelli, qui a décidé de rester malgré l’intermède marseillaise, n’est pas encore opérationnel.

Des changements de système payants

L’ancien capitaine d’Arsenal essaye plusieurs système et va obtenir sa première victoire à Lyon lors de la quatrième journée (0-1) avec une composition d’équipe en 3-5-2 et avec le premier match de Mario Balotelli.

Le 3-5-2 de Nice contre Lyon (crédit photo : lequipe.fr)

Patrick Vieira compose son équipe en fonction de son adversaire mais aussi de son effectif. Lors de la cinquième journée, les Aiglons remportent leur première victoire (2-1) contre Rennes avec une composition cette fois en 5-3-2. L’ex-gunner cherche sa meilleure formule, comme à NYCFC, et fait avec les moyens du bord. À l’issue de la dixième journée, Nice est seulement quatorzième du classement.

Deux mois d’invincibilité

Montrant encore toutes ses capacités d’adaptation, l’ancien coach de New York City FC va redresser la barre et enchainer près de deux mois sans défaite ! Nice va gagner quatre matchs de Ligue 1 entre la onzième et la quatorzième journée pour passer de la quatorzième à la septième place.

Victoire de Nice 2-0 contre Lille (crédit vidéo : youtube Ligue 1 conforama)

Les Aiglons marqueront ensuite le pas en décembre mais sans concéder de défaite jusqu’à la vingtième journée.
Patrick Vieira impose sa patte et est encensé par son président Jean-Pierre Rivère qui est ravi de son choix.

Patrick Vieira félicite Wylan Cyprien (crédit photo : Nice-Matin)

Un changement de direction mais toujours pas de renfort

Patrick Vieira a bien ciblé les faiblesses de son effectif, et surtout, souligne le manque de profondeur de son banc et le manque d’efficacité offensive. Le champion d’Europe 2000 souhaite des recrues et le fait savoir.

« Le match de ce soir reflète bien notre première partie de saison : on a eu une très bonne maîtrise technique et tactique, on a eu de bonnes séquences mais malheureusement quand on arrive dans les trente derniers mètres, on a un peu de difficultés à se procurer des occasions dangereuses… Il faudra donc qu’on profite du mercato pour nous renforcer »

Patrick Vieira en décembre dernier (TopMercato)

En janvier 2019, le conseil de surveillance décide de remplacer Jean-Pierre Rivère par Gauthier Ganaye et le directeur général Julien Fournier est remplacé par son directeur adjoint Claude Li. Mais la ligne de conduite de la nouvelle direction ne change pas. Et malgré le départ de Mario Balotelli à Marseille, aucun renfort n’arrivera.

Malgré plusieurs pistes intéressantes concernant plutôt des prêts (Valère Germain, Ryad Boudebouz, Younès Belhanda…), la direction ne donnera pas suite. Un attaquant n’aurait pas été du luxe car Nice, bien que classé neuvième après 29 matchs, possède la dix-neuvième attaque avec seulement 21 buts. Seul Guingamp a fait pire avec seulement 19 buts. Le meilleur buteur niçois reste l’ancien stéphanois Allan Saint-Maximin avec (seulement) six réalisations.

Un discours positif qui plait à ses joueurs

Après la trêve hivernale, Nice continue sa bonne saison et sera même invaincue en janvier en championnat (deux victoires et deux nuls). Mais l’effectif monte ses limites et donne raison à son coach. En février, le club azuréen va perdre trois matchs de L1 sans marquer le moindre but. Mais là encore, l’ancien joueur de la Juventus va remobiliser son effectif pour en tirer le maximum.

« On a fait un match sérieux, on a été mis en difficulté mais on est resté concentrés. On a eu un peu de réussite c’est vrai, Walter Benitez a fait quelques arrêts exceptionnels. Mais dans l’ensemble, je ne trouve pas que notre victoire soit volée. On a vu une équipe déterminée qui a joué sa chance à fond »

Patrick Vieira avec sa victoire 1-0 contre Lyon en février (Sports Orange)

Toute la saison, le discours du coach niçois sera bien passé auprès de ses joueurs. Le nouveau coach de Nice s’est appuyé sur une ossature composée du gardien argentin Walter Benitez, du défenseur brésilien Dante, et des jeunes français Adrien Tameze, Malang Sarr, Wylan Cyprien et Allan Saint-Maximin.

Patrick Vieira aura aussi fait preuve d’autorité et n’aura pas hésité à écarter Mario Balotelli pour le bien de son vestiaire. L’ancien capitaine des bleus aura montré des qualités de meneur d’homme comme celle qu’il avait quand il était joueur. Une vraie bonne pioche pour l’OGC Nice.

Patrick Vieira congratule Allan Saint-Maximin (crédit photo : Nice-Matin)

Le moins que l’on puisse dire est que Patrick Vieira aura réussi son examen de passage en tant que coach principal en Ligue 1. Ce dimanche, les Aiglons (neuvième du championnat) se déplacent à Dijon qui est dans la zone rouge à la 19ème place. Nice veut terminer le plus haut possible et pourrait bien compliquer encore plus la situation des dijonnais avec l’ADN Vieira dans le jeu. Et dans les têtes.