Les Berlinois affrontent ce soir le VfB Stuttgart dans un match qui s’annonce incontestablement comme l’un des plus importants de leur histoire. Club malheureusement méconnu hors des frontières germaniques, il est temps de mettre cette équipe à sa place.

Pour l’histoire, pour la beauté du football : Alle zusammen Unioner ! Si le Hertha Berlin évolue bel et bien en Bundesliga, la fierté de la capitale allemande n’est autre que le FC Union. Club mythique aux passé tragique, l’Union a l’occasion ce soir de monter en Bundesliga à la défaveur du Stuttgart de Benjamin Pavard. Mais pourquoi faudrait-il supporter l’Union Berlin ce soir ?

Parce que l’Union Berlin est un club symbole de la résistance contre la RDA

Refondé en 1966, l’Union Berlin fut situé à Berlin-Est, contrairement à son rival du Hertha. Le club pense donc à l’époque pouvoir dominer sans trop de difficulté son championnat. C’était sans compter sur le Dynamo Dresde qui est relocalisé à Berlin sur ordre de la Stasi pour devenir le club de la police de Berlin, le BFC Dynamo. Soutenu par des membres du gouvernement tels que Erich Mielke (chef de la Stasi), le BFC Dynamo est manipulé et les championnats sont corrompus. Le FC Union ne peut que s’incliner et le Dynamo remporte dix titres consécutifs, entre 1978 et 1988.

Les supporters de l’Union se sont toujours affirmés contre la Stasi. Ainsi, lors des rencontres contre le BFC Dynamo, ces derniers entonnaient des « faites tomber le mur » à chaque coup franc pour l’Union, en référence évidemment au Mur de Berlin. En 1970, c’est un joueur qui s’est fait suspendre à vie pour avoir insulté un adversaire de « Cochon de Stasi » lors d’une rencontre face au BFC Dynamo.

Les rencontres entre le Dynamo et l’Union étaient souvent sujets à de vives affrontements en tribune (Crédit Twitter : HistoryNed)

Parce que le club n’a jamais réellement rencontré de succès sportif

Une Coupe d’Allemagne de l’Est en 1968 et une 3. Liga (D3) en 2009. Voilà à quoi se résume le palmarès du FC Union Berlin. Un palmarès quasi vierge pour l’un des clubs les plus mythiques d’Allemagne. Si les Berlinois ne détiennent pas une grande armoire à trophée, leur histoire n’en est pas plus maigre que celle des cadors de Bundesliga, loin sans faux. Car si le Hertha Berlin évolue bel et bien en Bundesliga, la fierté de l’Allemagne de l’Est n’est autre que l’Union Berlin.

Fondé en 1906, le club évoluait alors dans des couleurs bleues et blanches, celles de son rival actuel, le Hertha. Après la seconde guerre mondiale, les forces alliées demandent la dissolution de toute organisation allemande, club de football y compris. Le club fut donc dissout puis refondé en 1966 sous le nom de 1. FC Union Berlin, et aborda des couleurs rouges et blanches à liseré jaune que l’on connait aujourd’hui. Lors de la division entre l’Est et l’Ouest, les hommes en fer sont bloqués par l’hégémonie du BFC Dynamo, corrompus par la Stasi.

Après la réunification, les Berlinois espèrent reprendre en 2. Bundesliga. Que nenni. L’Eiserne Union repart de la 3. Liga en 1991. Terminant second en 1994, les Berlinois pensent tenir leur promotion en 2. Bundesliga mais l’accès leur est refusé en raison de mauvaises finances.

Parce que les supporters sont (vraiment) prêts à tout pour sauver leur club

L’Union Berlin a toujours eu une tendance populaire, possédant des finances très limitées. En 2004, le club était au bord de la faillite, la fédération allemande (DFB) réclamant près d’un million et demi d’euros. Pour sauver l’Union, les supporters et un homme d’affaire du nom de Dirk Zingler parviennent à réunir cette somme et sauvent le club. Quelques mois après avoir en partie sauvé ce dernier, ce même Dirk Zingler devient président du club, poste qu’il occupe toujours aujourd’hui, quinze ans plus tard.

« Saignez pour l’Union », quand les supporters sont prêts à tout pour leur club (Crédit photo : berliner kurier)

Il y a quelques années, des fans ont montrés qu’ils étaient prêts à tout pour leur club avec la campagne Blüten für Union (Saignez pour l’Union). Le club avait une nouvelle fois de sérieux problèmes financiers et avait besoin d’argent pour valider sa place en 3. Liga. Les supporters ont donc décidé de faire des dons de sang. La raison ? Les donations de sang sont remboursées financièrement en Allemagne. Ainsi, les supporters ont pu offrir l’argent récolté au club.

Autre fait marquant, la rénovation du stade par les supporters eux-mêmes. En 2008, le stade de l’Union Berlin tombe peu à peu en ruine et nécessite de toute urgence d’être rénové, mais le club n’a pas l’argent. Une fois encore, les fans vont sauver l’institution et plus de 2500 personnes vont participer à la reconstruction du stade « An der Alten Förstere » (La petite maison forestière). Les supporters et certains joueurs ont ainsi travaillés toute la saison sur leurs temps libres, soit pendant près de 140 000 heures pour construire une merveille de stade au cœur de la forêt.

Parce que le « An der Alten Förstere Stadion » est exceptionnel

« La petite maison forestière ». Rien qu’avec son nom, le stade de l’Union Berlin est fantastique. Que ce soit de part son apparence ou lorsque l’on connaît son histoire, ce stade est l’un des plus mythiques d’Allemagne. Imaginez presque 22 000 supporters debout à chaque match, chantant à tue-tête à la gloire de leur équipe. La petite maison forestière est un stade magnifique niché au beau milieu de la forêt, bien loin des circuits touristiques comme si cette dernière était protégée des malheurs du foot business.

D2, D3 ou D4, l’Union Berlin est fidèle à la tradition allemande (Crédit photo : Ultras-Tifo)

Parce que « Eisern Union » est l’un des meilleurs hymne de football

Du Punk Rock entonné par 22 000 personnes avant chaque rencontre à domicile, quoi de mieux pour motiver son équipe, se mettre dans l’ambiance et faire trembler les adversaires ? Le Eisern Union, interprété par Nina Haugen, tient son origine d’un concert organisé sur l’Alexanderplatz de Berlin le 7 octobre 1977. Alors que le concert tourne à l’affrontement avec les forces de l’ordre, la foule défie la police en scandant le cri de ralliement des supporters de l’Union : « Eisern Union ». Un cri qui restera à jamais lié à l’histoire du club.

Parce que Ritter, la mascotte de l’Union Berlin est superbe

Rien que ça vaut le coup de les supporter (si, si) !

Ritter, la mascotte de l’Union Berlin (Crédit Photo : BZ Berlin)

Parce que les supporters sont au cœur du club

Chose assez commune en Allemagne mais totalement inexistante en France, les supporters sont écoutés et ont réellement un rôle à jouer dans le quotidien de leur club. « Le football est principalement là pour les personnes qui y participent localement » déclarait le président il y a quelques mois. Le club tient à ce que les supporters soient impliqués dans l’évolution du club.

Parce que le An der Alten Förstere Stadion est un stade multi-fonction

En plus d’être magnifique et mythique, le An der Alten Föstere Stadion est un stade qui peut servir à autre chose que du football. Non, le stade n’a pas un terrain de tennis, de handball ou de basket sous sa pelouse. Il a mieux. À l’occasion de la Coupe du Monde 2014, le club a invité tous les supporters à venir au stade…avec leur canapé ! L’objectif ? Faire un salon / salle cinéma géant(e) pour vibrer tous ensemble. Résultat garanti, souvenir à l’infini.

Avouez que c’est un petit lifegoal (Crédit Photo : Independant.ie)

Parce l’Union Berlin claque quand même un peu plus que Leipzig en représentant de l’ex Allemagne de l’Est.

Sans rancune envers le RasenballSport Leipzig, quoi que…