Pour certains, il s’agit d’un terme appartenant au passé. Pour d’autres il est toujours d’actualité mais n’a plus cours dans le club entrainé par Christian Gourcuff. Voici une description d’une philosophie de jeu adopté telle une marque de fabrique.

Le jeu à la Nantaise, expression crée par un journaliste au début des années 90 et adopté immédiatement par l’ensemble des amoureux du ballon rond est un style de jeu au code bien défini. Érigé comme le symbole du FC Nantes triomphant, cette philosophie de jeu est devenu un état d’esprit à part entière avec ses règles et joueurs emblématiques. Né il y a quatre décennies en Loire-Atlantique, le jeu à la Nantaise est toujours d’actualité, loin de Nantes car les plus grandes équipes du continent en ont adoptés les principes, du moins pour certaines phases de jeu.

« Le football, je l’ai toujours conçu comme ça : jeu collectif, proposer la solution, ne toucher qu’une fois la balle pour accélérer, tout le monde a le droit de marquer, de défendre aussi. Donc pour moi, le jeu à la nantaise, c’est un peu le jeu que je connaissais tout gamin. »

Japhet N’Doram se livre sur la conception du jeu à la Nantaise (SoFoot)

Naissance d’une marque de fabrique

Dans les années 60, le football français vit une période compliquée. L’équipe de France ne fait pas parler d’elle pour ces résultats et les clubs français n’ont pas laissés de souvenirs impérissables à nos aïeux. La France du football sortait de la grande époque du stade de Reims et les verts de Saint-Etienne n’étaient pas encore la bande de héros dont la ferveur d’un pays entier allait emmener cette équipe en finale de la coupe d’Europe des clubs champions au milieu des seventies. Dans cet entre-deux, un entraîneur , José Arribas et une équipe, le FC Nantes, allaient révolutionner le football à leurs manières.

José Arribas, l’initiateur

José Arribas est le mentor, le père de ce célèbre jeu à la Nantaise. Mais qui était-il ? Il n’est pas né avec cette vision du football. Il s’est, comme tout à chacun, construit avec le temps. Il a apprit, il a donné. Bref, il avait un vrai vécu dans le football, c’est même une référence pour bon nombre d’entraîneurs. Né à Bilbao en Espagne en 1921, il émigre vers la France comme beaucoup de ses compatriotes à l’adolescence. Il atterrit donc à Nantes, suite aux évènements qui ont agités le pays d’Andrès Iniesta, dans les années 1930 et la dictature.

José Arribas fut l’entraîneur du FC Nantes de 1960 à 1976. Il a donc eu le temps de mettre en place ses préceptes de jeu. On ne peut pas parler de tactiques, puisqu’il s’agit de l’aveu même de son fondateur d’une idée de jeu, d’un mouvement collectif plus que d’une tactique. Le jeu à la Nantaise est avant tout un état d’esprit collectif. Ce qui ne ferait pas de mal à certains de nos footballeurs contemporains tant leurs égos et l’individualisme ont pris le pas sur ce sport qui se joue, ne l’oublions pas, à onze contre onze.

1976 ARRIBAS José (Panini)
José Arribas lorsqu’il entraînait le FC Nantes (Crédit photo : FCN-Museum.com)

Il ne s’agit donc pas d’une tactique bien définie. C’est une idée du football qui évolue selon l’adversaire du jour. Il était donc très difficile pour les adversaires de Nantes de savoir comment cette équipe allait jouer face à eux. Le jeu à la Nantaise s’appuyait sur un jeu de passes simples et courts, ou chaque joueur était la pour son coéquipier. C’était le « un pour tous et tous pour un » du football. Ces principes de jeu s’adaptent au grès des adversaires mais aussi des joueurs nantais disponibles. Le système de jeu pouvait donc changer au fil du temps.

Résultat de recherche d'images pour "José Arribas Nantes"
Le centre sportif du FC Nantes porte le nom de son entraîneur mythique. Pas un hasard ! (Crédit photo : presseocean.fr)

Les joueurs n’ont pas adhérés de suite à ce style de jeu. Les entraînements furent très lourds à supporter. Des entraînements révolutionnaires pour l’époque, notamment des séquences sans ballon où le placement des uns pour les autres étaient travaillés. D’autres séquences où les joueurs jouaient dans des périmètres réduits afin de favoriser les passes courtes et rapides. La défense jouait le hors-jeu très haut. Il n’y a pas de bloc au milieu de terrain, le mouvement était de mise, casser les lignes une loi. Une révolution pour l’époque. Cette façon de joué collaient à la peau des joueurs, estampillés FC Nantes. Ainsi, la fidélité au club des protagonistes sur le terrain étaient sans failles. Plusieurs joueurs de cet époque devinrent coach par la suite : Jean-Claude Suaudeau (disciple de la méthode Arribas) ou Henri Michel pour ne citer qu’eux.

Des images impréssionnates d’un football flamboyant grâce au célèbre jeu à la Nantaise (Crédit vidéo : Youtube/Sebastien Montier)

Suaudeau reprend le flambeau

José Arribas parti, Jean-Claude Suaudeau prit le relais tout de suite. Avant de devenir l’entraîneur en chef, il s’est d’abord frotté au poste de formateur au centre de formation Nantais. Une fois nommé entraîneur principal en mars 1982, l’une de ses premières décisions fut de ré-introduire sur le terrain, ce que l’on n’appelait pas encore à l’époque le jeu à la Nantaise. L’entraîneur précédent, Jean Vincent, n’avait pas inscrit cette philosophie de jeu comme fil conducteur pour son équipe. Jean-Claude Suaudeau en véritable héritier de José Arribas va remettre au goût du jour la marque de fabrique du F.C Nantes. Pour son premier mandant à la tête de l’équipe (il finit le premier en 1988 pour revenir entre 1991 jusqu’en 1997, NDLR), coach Suaudeau s’inspira de l’équipe du Brésil comme son illustre prédécesseur, mais pas à la même époque : Brésil 1958 pour Arribas (et l’avènement de Pelé), Brésil 1978, 1982 pour Suaudeau. La base de jeu à la Nantaise naquit en Amérique du Le jeu à la nantaise ne s’invente pas, il faut en être imprégné, l’avoir pratiqué et assimilé sud donc, au pays du carnaval de Rio.

« Le jeu à la nantaise ne s’invente pas, il faut en être imprégné, l’avoir pratiqué et assimilé. »

Guy Hillion, ancien recruteur historique du FC Nantes, aujourd’hui à Chelsea (FCNantais.com)

Lors de son premier passage à la tête des canaris. Coach Suaudeau a eu à disposition la meilleure équipe de l’histoire du club. La qualité de jeu du F.C Nantes traversa les frontières. Le centre de formation tournait à plein régime et d’excellents jeunes joueurs (dont les futurs champions du monde Didier Deschamps et Marcel Desailly) ont fait leurs apparitions en équipe première. Jean-Claude eut, sous ses deux mandants d’excellents résultats. Sous sa houlette, le club fut champion de France et est devenu un bastion du football Français de cette fin de vingtième siècle.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-1.jpeg.
Jean-Claude Suaudeau ou le symbole du FC Nantes qui gagne… et qui joue bien ! (Crédit photo : lagrinta.fr)

Les préceptes de jeu prônés par Suaudeau sont l’essence même de ce jeu à la Nantaise, un concept qui peut être flou. Pourtant ses caractéristiques sont bien précises : assise défensive solide et replacement rapide, supériorité numérique dans la zone ou se trouve le ballon, décalage dû à la supériorité numérique, passe rapide et simple, projection rapide vers l’avant, jouer la contre attaque dès que possible. Ici pas besoin de technique bien particulière, de passement de jambes à répétitions. C’est avant tout un collectif qui se met en mouvement.

Démonstration en vidéo du jeu à la Nantaise (Crédit vidéo : Youtube/Soccer.fr)

La saison 1994/1995 fut couronné pour le FC Nantes par un titre de champion de France. Cette saison là, l’équipe est restée 32 matchs invaincues. Les Loko, Ouedec et Karembeu et consorts sont tombés face au Strasbourg de Franck Leboeuf lors de la 33ème journée de championnat donc. Cette saison-là, la maîtrise collective frôla le génie. La mécanique était huilée, personne ne semblait pouvoir faire tomber ses incroyables Nantais. Le jeu paraissait si simple et pourtant lorsqu’une chose paraît simple c’est qu’elle ne l’est pas : l’effectif canari a tout simplement trouvé un équilibre parfait entre la rigueur défensive et la rapidité de leur contre attaque. Plusieurs joueurs des jaunes et verts étaient habitués des listes du sélectionneur National de l’époque : Aimé Jacquet. Cette saison est restée pour les amoureux du jeu à la Nantaise comme la plus aboutie.

Denoueix, le chant du cygne

Jean-Claude Suaudeau a fini son deuxième bail à la tête des canaris un avant que la France ne devienne championne du monde pour la première fois. Raynald Denoueix lui succède. Il fit toute sa carrière de joueurs à Nantes. Il a donc dans son ADN, le fameux style propre joueurs de la Loire-Atlantique. Il a naturellement repris l’équipe avec les mêmes idées de jeu. Nantes en cette fin de siècle est restée au sommet de la hiérarchie du football français. Les jeunes accédant à l’équipe première s’était parfaitement appropriés les principes du jeu à la Nantaise dès le centre de formation puisqu’avant de reprendre la suite de coach Suaudeau, Raynald Denoueix fut éducateur pendant quinze dans les équipes de jeunes du club. Son mandat se clôturera par un titre de champion de France en 2001. Auparavant deux coupes de France sont venus garnir un peu plus l’armoire à trophées des canaris. Personne n’a oublié la finale de la coupe de France 2000 ou Mickaël Landreau et Réginald Becque soulevèrent ensemble cette coupe, toute une époque.

Résultat de recherche d'images pour "denoueix"
Jean-Claude Suaudeau (à g.) a passé le flambeau à Raynald Denoueix (à d.) en 1997 (Crédit photo : Ouest-France)

Denoueix a donc préféré finir son bail à la tête du FC Nantes sur un titre de champion, le huitième pour le club. Il est donc parti la tête haute, par la grande porte. Son départ sonne comme le déclin du club. Personne n’a repris la relève pour préserver ce célèbre style de jeu nommé jeu à la Nantaise. Le déclin se fit lentement mais surement. Après Denoueix, la fibre maison s’en est allé. Le club est redescendu en Ligue 2 en 2007 après quarante-quatre ans de présence dans l’élite en continue. Un tremblement de terre dans le paysage footballistique de l’époque. Depuis le club a retrouvé l’élite et la stabilité malgré le très contesté président Waldemar Kita, propriétaire du club, qui arrive à broyer les entraîneurs à vitesse grand V. Il est très difficile de cohabiter avec lui. Son caractère impulsif et intrusif dérange plus d’un technicien. Nous sommes loin de la fidélité des joueurs du club devenant éducateur puis entraîneur avec réussite selon une méthode bien connue : le jeu à la Nantaise.

Résultat de recherche d'images pour "descente en ligue 2 nantes 2007"
Waldemar Kita est propriétaire du FC Nantes depuis 2007 (Crédit photo : Sport.Francetvinfo.fr)

Ce fameux jeu à la Nantaise est LE mouvement collectif par excellence. Mouvement par lequel ce sport universel qu’est le football prend tout son sens. En effet, certaines équipes s’en remettent à un exploit individuel de leur crack afin de faire basculer une rencontre en leur faveur, efficace mais triste. Un but du FC Nantes version jeu à la Nantaise est l’oeuvre et la réussite d’un collectif jouant les uns pour les autres. Aujourd’hui, de grandes équipes européennes ont adaptés ce style de jeu qui faisait le bonheur et l’admiration des amoureux du beau jeu. Le jeu à la Nantaise n’est pas mort, les cadors d’aujourd’hui l’ont magnifiés qu’ils soient d’Espagne, d’Italie ou d’Angleterre.