Ce n’est pas le plus connu des vingt entraîneurs qui officie en Ligue 1. Entraîneur-adjoint pendant des années, il a pris cet été le costume de n°1 dans le club de son cœur : Le Dijon Football Côte d’Or (D.F.C.O). Zoom sur un coach qui espère maintenir son club dans l’élite.

Pour être honnête, pas grand monde n’auraient misé sur Stéphane Jobard pour prendre la succession d’Antoine Koumbouaré, qui a maintenu le club dans l’élite en passant par la petite porte (Dijon, 18ème, s’est maintenu après l’étape des barrages face au RC Lens, NDLR). Les observateurs de la Ligue 1 et autres consultants auraient misé sur un coach plus expérimentés pour s’assoir sur le banc du Dijonnais. Patrice Garande, Bruno Genesio ou Pascal Dupraz pour ne citer qu’eux, ont été évoqués, mais les dirigeants bourguignons ont promu cet été Stéphane Jobard qui fut précédemment entraîneur adjoint à Dijon puis à Marseille. Portrait.

Stéphane Jobard est un enfant de Dijon. Il n’y est pas né (il naquit à Langres le 21 février 1971, NDLR) mais à commencé à jouer pour le Cercle Dijon, club alors en quatrième division en 1992. Milieu de terrain, il a joué six saisons dans ce club, avant qu’une fusion des deux équipes de la villes n’ait lieu en 1998. À partir de cette année-là il rejoint le tout nouveau DFCO, participant à l’ascension et à la professionnalisation du club entre 1998 et 2006.

Ses débuts au DFCO, alors en National 2, s’effectuèrent donc l’année ou Zidane, Petit ou Deschamps entre autres, imprimèrent la première étoile sur le maillot bleu. Il resta fidèle au DFCO jusqu’à l’arrêt de sa carrière sur le gazon en 2006. Jobard va évoluer et grandir avec son équipe et ira jusqu’en Ligue 2. Il porta le maillot rouge à 102 reprises. Cela peut paraître peu, puisque Stéphane Jobard a joué de 1998 jusqu’en 2006, soit huit saisons. Cela représente une dizaine de matchs par an seulement. L’explication vient peut être du fait que l’ancien adjoint de Garcia à l’OM était professeur de sport en parallèle. Une fois les crampons raccrochés le technicien de quarante huit ans est revenu au dernier club de Yoann Gourcuff un an après la fin de sa carrière de joueur. Il est donc devenu entraîneur de la réserve en 2007.

Les supporters dijonnais connaissent parfaitement le nouvel entraîneur, ce un enfant du club (crédit photo : dijon-sportnews.fr)

L’apprentissage du banc

Coach jobard débute son aventure sur le bord du terrain en entraînant la réserve De Dijon. Il va effectuer deux saisons sur ce banc. Afin de parfaire son apprentissage il devient éducateur au club en coachant les moins de 19 ans. Cette expérience ne durera qu’un an, puisqu’à partir de la saison suivante, il retournera diriger la réserve du club pour une période bien plus longue : six saisons. En effet, le technicien bourguignon sera titulaire de ce poste de 2010 à 2016. Le président du club, Olivier Delcourt, a souhaité dès son arrivée à la tête du club, crée un centre de formation. Vœux exaucé puisqu’aujourd’hui quelques joueurs en sont sorties (Florent Mollet ou Enzo Loiodice pour ne citer qu’eux). Stéphane Jobard, à son poste, a pu parfaire la formation de ces footballeurs, avec succès. Dans ses conditions, il fut nommé adjoint d’O.Dall’Oglio lors de la saison 2016/2017, année ou le club accède pour la seconde fois de son histoire dans l’élite. Cette expérience durera deux saisons. Dans sa progression, il ne manquait qu’une étape : l’obtention du DEPF (diplôme d’entraineur de football professionnel).

« Stéphane faisait partie de ma liste prioritaire. Ce qui a prévalu pour moi, c’est son expérience et sa connaissance du club. »

Propos du président du DFCO, O. Delcourt, lors de l’intronisation de son nouveau coach (MadeinFOOT)

Pendant cette formation, le technicien Dijonnais à suivi l’ancien coach maison devenu entraîneur de l’olympique de Marseille : Rudi Garcia. Afin de valider son diplôme, Jobard fut son adjoint la saison dernière. Les dirigeants Dijonnais conscient de la formidable opportunité que cela représentait pour ce fidèle parmi les fidèles du DFCO l’a libéré afin qu’il emmagasine une expérience dans un club de premier plan. Rudi Garcia est parti en fin de saison dernière. La collaboration entre Jobard et l’OM prit fin au même moment. Une fois ce sésame en poche donc, Jobard revint du côté de la préfecture de la Côte d’Or. Lorsque Dijon eut besoin de nommer un coach pour son équipe une, cet enfant du club fut dans la short-liste du président. Celui-ci à sondé plusieurs entraîneurs sans succès. Les faiblesses de l’effectif Dijonnais ont refroidis les prétendants. Comme pour O. Dall’Oglio en son temps, le président Delcourt a nommé un entraîneur issu de la réserve sur le banc de l’équipe professionnelle : Stéphane Jobard. Pendant le mercato d’été, un peu à la surprise générale, le nouveau coach, qui a signé un contrat portant sur deux saisons, prit ses fonctions cette fois-ci en tant qu’entraîneur principal avec pour mission le maintien dans l’élite.

Le nouveau coach du DFCO parlant de ses ambitions de début de saison, avant Dijon-ASSE (Crédit vidéo : YouTube/DFCO Officiel)

Pour les dirigeants de l’ancien club d’Eric Carrière, ce choix de promouvoir un coach issu de la réserve n’est donc pas une nouveauté. Le club souhaite bien entendu que Stéphane Jobard ait autant de succès qu’Oliver Dall’Oglio qui a su stabilisé le club en Ligue 2, le faire remonter dans l’élite et le maintenir ce qui n’était pas chose aisée lorsque l’on connait le budget limité du club. Même si Dall’Oglio fut remplacé en cours de saison dernière, confronté à des résultats décevants, il a longtemps bénéficié de la confiance de sa direction.

Celle-ci estimait qu’un coach maison était la solution idoine pour aider Dijon à atteindre ses objectifs. Le DFCO a toujours su préparer ces effectifs de la même manière : quelques jeunes sortis des équipes réserves du club, quelques joueurs venus de divisions inférieurs (Ligue 2 ou amateurs) et quelques anciens à l’image de Florent Balmont par exemple. Ce cocktail de joueurs a su faire grandir le club et le pérenniser dans le monde du professionnalisme. Le plus dur sera de le stabiliser dans en Ligue 1, afin de progresser, encore et toujours. Rappelons tout de même que le club de Dijon a, à peine plus de vingt ans. Ce qui a été fait depuis est admirable.

Le stade Gaston Gérard va-t-il connaître une saison de plus en Ligue 1 sous la houlette de Jobard ? (Crédit photo : dfco.fr)

Ce choix de promouvoir Jobard à la tête de l’équipe professionnel n’est pourtant pas un choix par défaut. Quand on connait le contexte du club, il s’agit même d’une idée assez bonne. En effet, pour un club sans grands moyens financiers mais qui commence à former ses propres joueurs, qui de mieux que l’ancien coach de la réserve pour entraîner l’équipe ? Avec les bons résultats obtenus par Jobard auparavant et, après avoir fait joueur les jeunes du club avec la réserve. Il est tout simplement naturel qu’il continue avec l’effectif pro en incluant ces mêmes jeunes avec qu’il a travaillé les saisons passées, en Ligue 1.

Il s’agit donc d’une continuité en douceur pour le club. Pour l’entraîneur, la suite logique est un mélange d’excitation eu sens des responsabilités. La rigueur et le professionnalisme de ce fidèle Dijonnais ont donc été mis en avant. L’apprentissage d’être le coach n°1 de son équipe commence donc aujourd’hui même si, de part son expérience de second, il n’arrive pas en terre inconnue. C’est donc pour le technicien, une forme de continuité dans son évolution.

Avec Jobard à sa tête, comment jouera Dijon cette saison ?

Pour cet entraineur qui connaît la maison depuis plus de vingt-cinq ans, la tâche s’annonce ardue. En effet, le DFCO est un candidat à la descente. La saison dernière le club s’est maintenue dans la douleur. Antoine Koumbouaré, conscient des difficultés du club, a préféré renoncé à poursuivre l’aventure une fois le maintien acquis. Jobard, issu de l’équipe réserve s’appuiera sur les jeunes du centre de formation qu’il connait parfaitement bien.

Les carences défensives dijonnaises vont tenter d’être masquées par l’arrivée de l’ex-lorientais Bruno Ecuele-Manga. Il manquait un patron à cette défense. L’ancien adjoint de Dall’Oglio aime le jeu porté vers l’avant avec une assise défensive solide. Dijon cette saison devrait donc avoir un équipe tourné vers l’attaque, avec un jeu en contre assez intéressant. Toutefois l’effectif bourguignon n’étant pas assez étoffé, il sera difficile de joueur ainsi toute la saison. La direction du club a souhaité limiter l’effectif professionnel à vingt quatre membres. Entre les ventes de joueurs et les arrivées à ce jour (le mercato n’étant pas fini), l’équipe de Dijon ne semble pas armée pour jouer les troubles fêtes dans l’élite. Le maintien s’il a lieu, sera déjà une réussite.

Le président du DFCO a misé sur la continuité. (crédit photo : canal-supporters.com)

Conclusion, le Dijon football Côte d’Or est l’un des favoris à la descente en Ligue 2. C’est cependant un choix risqué pour le coach Jobard. C’est même quitte ou double. Soit le pari du maintien est une réussite et sa côte montera en flèche, soit il connait l’échec avec une descente en Ligue 2 et il serait peu probable qu’il continue son mandat à la tête de l’équipe première. Il serait étonnant de le voir quitter tout de même le DFCO. La balle est donc dans le camp de cet enfant du club, la pression aussi.