Certains ont entendu parler de Kadidiatou Diani pour la première fois, samedi dernier au Havre. Face aux Etats-Unis, l’attaquante tricolore a signé un doublé. Présentation d’une joueuse au talent XXL.

C’est toujours la même histoire.

Ceux qui auront distraitement zappé samedi soir dernier, entre la 2 672ème rediffusion de Columbo et le Plus grand cabaret du monde, pour finalement s’arrêter net sur le match amical France/Etats-Unis sur W9 se seront forcément demandés qui est cette joueuse, numéro 20 fiché dans le dos, capable de planter, à la 56ème minute ce but :

À la 56ème, Kadidiatou Diani inscrit un doublé face aux Etats-Unis. Quand on lui demande si c’est un centre ou un tir elle répond « Ah c’est un tir! Quand on centre il faut viser les cages. Donc c’est fait exprès » (source : FFF)

Cette numéro 20, face aux Américaines, elle a inscrit un doublé. À la 9ème minute, c’était déjà elle. La numéro 20.

En planter deux aux Américaines, championnes du monde en titre, ce n’est pas rien. Bien sûr, samedi, c’était l’Amérique, mais c’était pas vraiment l’Amérique : outre-Atlantique, les joueuses sont en pleine intersaison et n’ont pas joué depuis le mois d’octobre. Elles manquent de rythme. Et puis manquaient à l’appel Tobin Heath et Megan Rapinoe. Deux des meilleures joueuses mondiales.

N’empêche, les 22 000 supporters du Stade Océane du Havre et les millions de téléspectateurs n’ont soudain vu plus qu’elle, l’attaquante seule en pointe, qu’on arrivait si bien à trouver.

Kadidiatou ouvre le score dès la 9ème minute face aux Américaines, sur une belle action de Delphine Cascarino (source : FFFtv)

Mais c’est qui celle-là ?

Celle-là, c’est Kadidiatou Diani.

L’oeil de Julien Mabille, pour faire connaissance avec Kadidiatou Diani, 4 minutes de talent (source : Youtube)

Elle joue au PSG, porte le numéro 11. Avec 9 buts, c’est la deuxième meilleure buteuse de l’équipe en championnat, derrière Marie-Antoinette Katoto et ses 17 réalisations. Kadi Diani, c’est aussi la meilleure passeuse, 15 passes décisives. Elle réalise peut-être sa plus belle saison.

Kadi Diani n’existe pas que dans les stats. Sur le terrain, elle est aussi cette indiscutable titulaire de l’attaque parisienne aux côtés de Marie-Antoinette Katoto.

L’année 2019 pourrait être celle de Kadi Diani, avec la Coupe du Monde en ligne de mire. Pour elle, ça devrait être tout droit. A l’issue du match face aux Etats-Unis, la sélectionneuse Corinne Diacre a souligné sa performance :

« Je suis ravie et très contente pour elle. Kadi a une deuxième corde à son arc. Elle est capable de jouer sur le côté et dans l’axe, elle l’a prouvé ce soir (samedi). Ça confirme ses bonnes performances avec son club. C’est bien qu’elle marque aussi avec nous ».

Corinne Diacre, sélectionneuse des Bleues

Faut dire que Kadi Diani n’est pas avare de buts en équipe de France. Elle a écumé tous les niveaux des sélections de jeunes, avec pour principal fait d’arme le sacre mondial en U17 en 2012 en Azerbaïdjan dont elle fut une des artisanes majeures : elle inscrit un doublé en demi-finale face au Ghana, et propulse les Bleuettes en finale, face à la Corée du Nord. L’histoire se règlera aux tirs aux buts.

Et c’est tout de même une page d’histoire qui s’écrit ce jour-là. Ces gamines de 17 ans et moins rapportent un France le premier titre mondial de l’histoire du football féminin. Dans un anonymat quasi complet. Sur le plateau de Pascal Praud, on découvre une Kadidiatou lycéenne aux côtés d’Aïssatou Tounkara, qui viennent de triompher dans le Caucase, et pourtant reprennent les cours « mercredi prochain ». Elles sont sur le toit du monde des 17 ans. Mais le quotidien reprend, comme si de rien n’était.

Aïssatou Tounkara et Kadidatou Diani, championnes du monde des moins de 17 ans sont les invitées de Pascal Praud au lendemain de leur sacre (source iTELE) 

Vient un second sacre en 2013, lors des Championnats d’Europe des moins de 19 ans, où les Bleuettes, Diani en tête, terrassent l’Angleterre 2-0. Les portes de l’équipe de France A s’ouvrent. Kadi Diani les enfoncent. Pour sa première sélection en 2014, face à la Nouvelle-Zélande, elle marque l’unique but de la rencontre, but de la victoire.

Comme Amel Majri, ou Marie-Laure Delie, Kadidiatou Diani marque pour sa toute première apparition en Bleue (source FFF)

Kadi Diani, de Juvisy à Paris, ascension XXL

Il y a tant de talents précoces qui ne donnent rien. Ou perdent la tête se croyant déjà au sommet.

Kadi Diani aurait pu être de ceux dont on se souvient épisodiquement, en se disant « Tiens, c’est vrai, il était pas mauvais celui-là. Mais qu’est-ce qu’il est devenu ? ».

Incroyable destin pour cette native d’Ivry-sur-Seine, qui commence le foot vers 11-12 ans, rejoint le FC Juvisy (devenu le Paris FC en 2016) à 15, devient championne du monde à 17, d’Europe à 19.

A Juvisy, elle découvre la D1 dès sa première saison, en 2010. Elle fait trois apparitions. Aux côté des internationales Gaëtane Thiney, Céline Deville, Sandrine Soubeyrand (actuelle coach du Paris FC), elle grandit. La saison 2014-2015 est la meilleure : 17 matchs de championnat, 13 titularisations.

Elle étonne par sa science du placement, son agilité à jouer des deux pieds, sa capacité à anticiper, surprendre l’adversaire. Et à la voir marquer de véritables bijoux, pas étonnant que le PSG lui fasse les yeux doux.

Juvisy perd largement face à Lyon lors de ce match de Ligue des Championnes, mais Kadi Diani éclaire le ciel juvisien d’une frappe somptueuse (source Youtube)

Elle signe en 2017.

Le PSG sort d’une saison décevante, terminant à la 3ème place, avec 49 points. C’est 6 de moins que Montpellier, 14 de moins que Lyon. Et c’est une place en Ligue des Championnes qui leur passe sous le nez. Kadi Diani a pour mission de renforcer l’attaque. Mission accomplie. Pour sa première saison sous ses nouvelles couleurs (2017-2018), elle marque 6 buts. A mi-saison 2018-2019, la voici déjà à 9.

Elle devient une habituée des rendez-vous en bleu, où elle fait figure d’ancienne. A 23 ans, elle compte déjà 43 sélections, a déjà marqué à 6 reprises.

2018-2019, une saison au firmament ?

2018-2019, saison de l’éclatement de son talent. Pourtant, la numéro 11 parisienne et la numéro 20 tricolore auront à ferrailler pour faire de cette saison un rêve.

Avec Paris, il y a le championnat. Les Lyonnaises ne sont qu’à deux points. Pourquoi ne pas aller les chercher ? En Ligue des Championnes, se dressent en quart les redoutables Anglaises de Chelsea, et Fran Kirby, leur maîtresse à jouer.

https://twitter.com/ChelseaFCW/status/1083710869643513856
Pour avoir un aperçu du talent de Fran Kirby, nominée au Ballon d’Or féminin 2018

Verdict le 27 mars, alors les matchs aller et retour auront été joués. Et puis la Coupe du Monde. Il y a trois matchs de poule, à compter du 7 juin. Corée du Sud (7 juin), Norvège (14 juin), Nigéria (17 juin). Puis des huitièmes, quarts, demi, et on l’espère tant, une finale.

Kadi Diani sera de toutes les parties. Qu’elle porte haut ce numéro 20, ce nom de Diani.