Anciennement à la tête d’une des plus grandes sélections du monde, l’ancien adjoint de Luis Enrique est longtemps resté dans l’ombre. Il semble aujourd’hui s’être imposé avec la carrure d’un tacticien qui fascine et intrigue. Mais qui est vraiment Robert Moreno, l’homme dont on ne connaissait presque rien ?

Avant le mois de juin, le nom de Robert Moreno ne vous évoquait probablement rien. Et c’est plutôt normal. Le technicien espagnol a suppléé Luis Enrique pendant pas moins de neuf ans. Même le public amateur espagnol n’était pas familier à son identité. Après avoir connu un passé où il était plus en retrait et dans l’ombre, Moreno est parvenu à imposer son style lors de son aventure avec la Roja, terminée de façon dramatique.

Avide de connaissances tactiques depuis son adolescence, l’ex-adjoint d’Enrique intrigue. Aujourd’hui, de nombreux médias retracent son passé au bord des terrains et s’intéressent à sa personnalité et ses qualités, insoupçonnées.

Image associée
Luis Enrique et Robert Moreno lors de leur collaboration au Barça (crédit photo : FC Barcelona)

Un passé intéressant… totalement inconnu

Robert Moreno est un des rares entraîneurs à ne pas avoir eu une carrière de joueur auparavant. En effet, le Catalan a obtenu un master en tactique et entraînement à l’université de Barcelone. Il a également écrit un livre intitulé Mi receta del 4-4-2, en 2013, préfacé par Luis Enrique.

Le natif de Barcelone entraîne depuis ses 14 ans lorsque son professeur de sport lui a confié une équipe de jeunes de l’Hospitalet. Avant d’entrer dans un domaine plus complexe, il entraîne des modestes clubs de la ville de Gaudi comme Castelldefels ou Damm.

Résultat de recherche d'images pour "robert moreno el hospitalet"
Robert Moreno en compagnie de Santiago Ballesté, président de l’Hospitalet où l’ex-sélectionneur espagnol se rend très souvent (crédit photo : Twipu – CE L’Hospitalet)

Tout commence le 10 juillet 2010, après le sacre de la Roja à la Coupe du Monde. Robert Moreno raconte qu’il a reçu un appel de Luis Enrique. Ces deux derniers ne se connaissent absolument pas mais le natif de Gijón lui demande ouvertement d’être son adjoint ; Moreno acceptera dans les jours suivants.

Il épaule Luis Enrique, pour la première fois, lorsqu’il s’occupe du Barça B de 2010 à 2011. Après une expérience intéressante avec la promotion de la réserve azulgrana, le désir d’un nouveau défi s’installe. La Roma est donc leur nouvelle destination, de 2011 à 2012, avant le Celta Vigo. Le duo atterrit à Barcelone en 2014 où il écrit l’histoire blaugrana en remportant deux Championnats d’Espagne, une Ligue des Champions et trois Coupes du Roi. Après avoir fait vibrer les supporters, les deux acolytes quitteront la Catalogne. À la suite d’une nouvelle saison à Vigo en accompagnant Juan Carlos Unzué, Robert Moreno décidera de se lancer dans le challenge de la Selección.

Cette tâche inédite débute en juillet 2018 suite au naufrage espagnol de la Coupe du Monde en Russie. Robert Moreno seconde de nouveau Luis Enrique qui reprend une sélection malade et en pleine reconstruction.

Après un bilan correct, l’ancien coach du Barça est contraint de jeter l’éponge (on apprendra le décès de sa fille en juin 2019, NDLR). Habituellement numéro deux, Moreno prend les rênes de la Roja. Inédit pour le Barcelonais qui, dans sa jeune carrière, n’avait encore jamais dirigé une équipe de si gros calibre.

Résultat de recherche d'images pour "robert moreno"
Robert Moreno et la sélection espagnole, une histoire d’amour qui aurait pu se prolonger (crédit photo : AS)

Une collaboration (presque) parfaite avec Enrique

S’il fallait retenir LE mot important lors de la conférence de presse d’investiture de Robert Moreno, c’était le mot : « valeur ». Un élément important sur lequel il avait beaucoup insisté.

« Durant les neuf années avec Luis Enrique, je crois que tout le staff a appris de lui, des valeurs qui dépassent même le cadre du foot. Je suis très influencé par sa façon de travailler et je vais garder cela à l’esprit. Nous essaierons de faire de notre mieux. »

Robert Moreno, lors de sa présentation devant la presse

Sur le plan footballistique, Moreno exprime sa volonté d’avoir la possession de la balle mais pas de façon stérile. C’est aussi quelqu’un qui travaille beaucoup autour de la vidéo, adepte des technologies. Il revisionne souvent les matchs comme l’explique Gabriel Sans.

« Robert est un professionnel novateur, inquiet et méthodique, séduit par les médias informatiques. »

Gabriel Sans, journaliste sportif chez Mundo Deportivo

Il est également un partisan du 4-4-2 mais reprend surtout le 4-3-3, mis en place lors des premiers matchs de qualification à l’Euro 2020 et à la Ligue des Nations.

Résultat de recherche d'images pour "alineacion españa inglaterra""
Le XI de la Roja pour affronter l’Angleterre en Ligue des Nations, en octobre 2018 sous Luis Enrique (crédit image : Herza Global)
Résultat de recherche d'images pour "alineacion noruega espana""
Le XI espagnol, composé par Robert Moreno, en octobre 2019 pour affronter la Norvège dans un match de qualifications à l’Euro 2020 (crédit photo : BeSoccer)

Concernant le vestiaire, Moreno n’est pas du genre à faire des distinctions entre les joueurs. Là aussi, c’est un des principes auquel s’attachait Luis Enrique. Si le courant passait aussi bien entre Moreno et son groupe, c’est aussi parce qu’il a toujours été très proche de ses hommes. Il est resté au contact des expérimentés et a bien accueilli les nouveaux.

« Moreno a en lui l’âme de l’équipe, les joueurs le connaissent bien, il connait le système parfait, il sait comment travaillait Luis Enrique. »

Iñaki Cano, journaliste pour AS TV

Robert Moreno fait preuve de beaucoup d’humilité et de reconnaissance envers son ancien collaborateur. Le Catalan avait lâché une phrase forte en septembre dernier qui symbolisait le respect solide et ancré entre les deux hommes.

« Si à un moment, Luis décide qu’il a envie de recommencer à entraîner et qu’il souhaite compter sur nous, je serai le premier à faire un pas de côté pour retravailler avec lui. »

Robert Moreno, le 3 septembre dernier
L’observation et l’application, deux clés de la réussite de Robert Moreno (crédit photo : RTVE)

Ce dernier avait poursuivi en exprimant sa tristesse à Enrique tout en expliquant qu’il acceptait la situation même si elle n’était pas idéale. Nouveau symbole fort de reconnaissance.

« Moi, la situation qui me plaisait, c’était celle d’avant (le départ d’Enrique, NDLR). Je considère Luis comme un ami et les amis sont plus importants que n’importe quel projet. »

Robert Moreno avant le déplacement aux Îles Féroé, le 3 septembre 2019

Luis Enrique influence la gestion de Robert Moreno. En témoignage cette déclaration où ce dernier reconnait ouvertement qu’il est dans la continuité de son prédécesseur.

« Tout ce qui se passe dans la sélection, ce sont les décisions de Luis Enrique […] les décisions que nous allons prendre sont très similaires à celles qu’il prendrait. Sans être présent, il est avec nous. »

Robert Moreno lors de sa première conférence de presse, avant le match contre Malte

Mais c’est également le Catalan qui choisissait de poursuivre avec la mentalité et la philosophie de l’Asturien, en partie pour le respect qu’il exprime envers lui.

Un coach expérimenté et ambitieux

Jamais numéro un et jamais mis sur le devant la scène. Malgré ça, Robert Moreno a une très bonne expérience dans le football. Son vécu est riche d’événements forts : Des Ligas remportées, une Ligue des Champions, une remontada incroyable contre Paris (6-1), etc…

Image associée
Doté d’un grand savoir footballistique, Moreno aura beaucoup fait progresser la Roja avec sa magie de voir grand. (crédit photo : RTVE)

Ses passages à l’Hospitalet ou à l’université de Barcelone ont fait de lui un passionné de la tactique. De plus, Robert Moreno voit, et a toujours vu, comme un leader. L’article de Mundo Deportivo, intitulé « Un second avec une vision de leader », prouve à quel point il n’est pas un opportuniste. La place qu’il occupait il y a peu de temps le récompensait de son passé investi, bien qu’il y soit arrivé dans des circonstances particulières.

« Robert Moreno est une personne qui connaît très bien les codes du football et cela se voitIl a cette âme d’entraîneur. Il dirige l’équipe avec humilité et professionnalisme. »

Sergio Ramos lors de la nomination de Moreno au poste de sélectionneur

En effet, même sans avoir connu des moments forts sur le terrain, cela ne l’empêche pas de savoir ce qu’il faisait et comment. La personnalité qu’il s’est forgé se décèle : quelqu’un de humble, attentionné et à l’aise dans son rôle. Sa mentalité de toujours aller de l’avant reste une excellente qualité.

Résultat de recherche d'images pour "robert moreno champions league"
Le natif de Barcelone a assurément marqué l’histoire de la Roja de par son incroyable réussite (crédit photo : beInSports)

« Jouer l’Euro 2020 et le gagner. »

C’était l’objectif de Robert Moreno qui espérait frapper un grand coup sur l’Europe dès cet été, avant sa destitution

Ses attentes étaient toutes à fait raisonnables. Effectivement, durant les qualifications à l’Euro, La Furia a montré qu’il faudra de la force ainsi que de l’envie pour la vaincre. Espérons maintenant que les attentes placées en cette équipe talentueuse seront comblées sous le nouveau gouvernail de Luis Enrique.

Un épilogue digne d’une tragédie

Malheureusement, la belle histoire a brutalement pris fin en novembre dernier lorsque Luis Enrique décide de revenir au poste de sélectionneur. Il annonce qu’il ne compte plus sur son adjoint Robert Moreno et le renvoie. Ce dernier est qualifié de « déloyal » pour avoir voulu rester numéro un jusqu’à la fin de l’Euro 2020.

Luis Enrique avait tenu une conférence de presse de présentation sans indiquer clairement pourquoi il ne voulait plus de Robert Moreno à ses côtés. (crédit vidéo : @LeSportAvecCanal)

Le torchon brûle, ou plutôt a brûlé. Pourtant, Robert Moreno a indiqué que la fédération lui avait fait signé un contrat le faisant aller jusqu’à l’Euro 2020. Un contrat qu’il avait signé… avec l’accord de Luis Enrique ! Deux versions différentes dont on ne connaîtra probablement jamais la vérité.

On peut néanmoins s’interroger sur les volontés de Luis Enrique qui décide d’écarter sans raison son ami de longue date. D’autant plus que le projet était conçu pour continuer avec exactement le même staff. L’ancien coach de L’Hospitalet avait clairement dit qu’il accepterait de faire un pas de côté mais « pour retravailler avec lui ». Robert Moreno ne semblait donc pas avoir commis d’erreur sportive… mais peut-être qu’une chose a déplu à l’Asturien. Laquelle ? Peu de chance que nous l’apprenions si même le Barcelonais dit ne pas en avoir la moindre idée.

La célèbre émission espagnole “El Chiringuito” compare la version de Robert Moreno à celle de Luis Enrique sur des faits abordés lors de leur conférence de presse. Beaucoup d’éléments divergent… (crédit vidéo : @ElChiringuitoDeJugones)

Parti de presque rien, Robert Moreno aura pu goûté au plaisir de mener la sélection avant de se retirer médiatiquement. Un sentiment d’inachevé. Evidemment, la présence de Luis Enrique à ses côtés durant de longues années l’aura aidé à devenir ce qu’il est maintenant : sorti de l’ombre. Les qualités acquises durant cette aventure lui seront bénéfiques pour son futur. Désormais, Robert Moreno n’est plus un entraîneur d’intérim mais un tacticien à part entière, un élève qui a dépassé son maître. Comme il l’a déclaré, il veut devenir entraîneur et poursuivre sa carrière. Qui sait, peut-être reverra-t-on Robert Moreno sur un banc prochainement…