Le Sacramento Republic FC s’est invité il y a quelques jours dans l’actualité de la MLS. La raison ? Une avancée significative sur le projet de son nouveau stade en vue de rejoindre la ligue majeure de soccer.

Sacramento, c’est la capitale de la Californie. La ville se situe au Nord Est de San Francisco et son agglomération de 2,4 millions d’habitants connaît un développement important depuis une dizaine d’années. Sacramento, c’est aussi la ville du Republic FC, le club de soccer local qui partage l’engouement sportif de la cité avec la puissante équipe NBA des Kings et l’équipe de ligue mineure de baseball des River Cats. Candidat actif à la MLS, le Republic alterne aujourd’hui son quotidien entre sa vie en USL Championship et son rêve de rejoindre l’élite du soccer américain. Cette franchise a-t-elle les ressources pour monter en division supérieure ? Comment procède-t-elle ? Focus sur le club et ses ambitions.

Bienvenue chez les Quails

L’équipe du Republic FC dans leur maillot domicile
(Crédit : prosportstalks.com)

Classements du Republic FC depuis sa 1ère saison

Le Sacramento Republic FC est une jeune franchise (comme beaucoup d’autres aux USA) de la United Soccer League, la 2ème division américaine. Elle est née en 2012 grâce à la volonté et aux investissements de Warren Smith et Joe Wagoner qui étaient tous deux déjà bien impliqués dans le réseau sportif local. Il faudra près de 2 ans pour structurer le club et construire une équipe. Et c’est donc en 2014 que les Quails, surnom donné aux joueurs et supporters de la franchise, entament leur saison inaugurale en USL. Cette première année est idyllique pour l’équipe californienne puisqu’elle remporte les play offs après avoir terminé 2ème de la saison régulière. Ce championnat reste encore aujourd’hui le seul titre glané par le Republic. Même si Sacramento s’est qualifié systématiquement pour les séries éliminatoires, l’équipe peine à passer ne serait-ce que le 1er tour. Elle reste sur 2 éliminations face aux Swope Park Rangers, l’équipe réserve du Sporting Kansas City.

Le blason du Republic FC
(Crédit : sacrepublicfc.com)

L’équipe a élu domicile depuis la mi-saison 2014 au Papa Murphy’s Park, un stade de 11 500 places qu’elle partage avec une équipe de rugby. Elle y joue ses matchs dans un maillot rouge orné de son blason reprenant les codes du drapeau californien : l’étoile rouge et le grizzly, symboles de l’état. On peut également y lire “Urbs Indomita”, du latin “La cité indomptable”, surnom de la ville de Sacramento. Pour le côté frenchy, Romuald Peiser, ancien portier de l’ESTAC et du FC Gueugnon, est arrivé cette année en tant qu’entraineur des gardiens.

Le club connaît un succès populaire important. Le Republic FC possède un des meilleurs publics de l’USL avec une affluence moyenne qui varie entre 11 300 et 11 500 supporters depuis sa 1ère saison. L’équipe joue à guichets fermés presque tous ses matchs et possède quelques records de l’USL sur les remplissages de son stade. Un support de bonne augure pour une accession en MLS.

Sacramento et la MLS, une longue histoire

Mais même avec de fervents supporters, accéder à la meilleure ligue de soccer des États-Unis n’est pas une mince affaire. Le droit d’entrée en MLS se monte à $150 millions que la franchise doit régler à la ligue. Mais cette somme, même si elle paraît considérable, doit se voir comme un investissement rentable. Une fois inclu dans le système, partenariats, droits tv, rayonnement, merchandising et autres se voient décupler. C’est aussi pourquoi le Commissaire Don Garber et ses équipes ont établit un cahier des charges que chaque prétendant doit mettre en application s’il veut une chance de pouvoir être sélectionné comme franchise d’expansion.

On peut néanmoins ressortir quatre critères qui constituent des points incontournables :

  • Un actionnariat motivé avec de solide base financière
  • Un stade ou un projet de construction approuvé, avec de préférence une enceinte dédiée uniquement au soccer
  • Une zone de chalandise importante où la MLS pourrait toucher un grand nombre de personnes
  • Une fan base locale bien établie

Cela fait donc quelques année que la cité californienne tente de satisfaire aux conditions dictées par la ligue. En effet, depuis décembre 2011 déjà, l’idée d’amener la MLS à Sacramento est évoquée. Des études sont réalisées et des sites de construction pour un stade sont visités. En 2012, Sacramento, par le biais du Republic FC franchit une première étape en établissant une équipe de soccer professionnelle qui évoluera en USL à partir de 2014. En 2013, Warren Smith, propriétaire des Quails, souhaite absolument rejoindre l’élite en 2016, malheureusement sans succès. Mais les espoirs restent intacts et sont même renforcés par l’arrivée de nouveaux investisseurs : les propriétaires des Kings de Sacramento en NBA et ceux de l’équipe NFL des San Francisco 49ers.

En janvier dernier, Ron Burckle, millionnaire co-propriétaire des Pittsburgh Penguins en NHL, devient l’investisseur principal du Republic FC avec la ferme intention d’intégrer la MLS. Cette manne financière permet d’être pleinement en adéquation avec les attentes de la ligue. La candidature californienne reçoit également de nombreux soutiens des pouvoirs publics locaux et spécialement de la municipalité.

Le 9 avril, le maire Darrell Steinberg annonce une aide de $33 millions pour la réalisation du nouveau stade de 20 000 places situé dans le centre ville et dont les derniers rendus ont été présentés quelques jours plus tôt. Coût total de cette opération : $252 millions. Armé de ce “vaisseau” du soccer, de leur fans inconditionnels et d’un actionnariat fort, Sacramento semble plus près que jamais de l’élite du soccer Nord-Américain.

« Les propriétaires (de la MLS) et le bureau du Commissaire ont reconnu que Sacramento est prêt à 100%. Tout le monde a travaillé dur et nous sommes prêts.”

Ron Burkle, co-propriétaire du Republic FC, le 5 avril 2019.

Une finale face à Saint Louis pour 2021

La MLS suit un calendrier pour les expansions. Don Garber annonce en 2016 que le championnat comptera 26 équipes en 2020 et 28 en 2021. En 2017, Sacramento fait partie des dossiers retenus pour candidater. Après les intégrations d’ores et déjà programmées de Nashville et Miami en 2020 puis de Austin en 2021, il ne reste plus qu’une place à pourvoir et plus qu’un adversaire : Saint Louis.

Le Sacramento “Built for MLS” sera-t-il sélectionné par le Commissaire de la ligue Don Garber ?
(Crédit : sacbee.com)

« J’espère, et j’attends pleinement, que Sacramento soit l’une des 28.”

Don Garber, Commissaire de la MLS, en avril 2016, sur l’expansion de la ligue à 28 équipes.

Le choix entre les deux villes va être extrêmement compliqué. Toutes deux ont des propriétaires motivés aux reins solides, des projets de stade dédié au soccer et une forte popularité locale. La position géographique de Sacramento est ici à la fois un avantage grâce aux liens forts entre le ballon rond et la Californie mais aussi un inconvénient car il existe déjà 3 franchises dans ce même état. Le point le plus positif dans le dossier du Republic, c’est son stade dont le projet est bien plus avancé et qui pourrait voir le jour en 2021 contre 2022 pour Saint Louis.

Mais alors MLS ou pas à Sacramento en 2021 ? Difficile à dire. Au jeu des pronostics, plusieurs médias et spécialistes tendent à croire que la ligue va accepter les deux villes et chercher une trentième franchise (Détroit ?) pour l’horizon 2022. Don Garber devrait se prononcer avant la fin de cette année, possiblement lors du All-Star Game. Ce qui est certain, c’est que le Sacramento Republic FC a mis tous les ingrédients pour réaliser le rêve de toute une ville.

Les fans du Republic FC, parmi les meilleurs de l’USL, attendent la MLS
(Crédit : sacbee.com)